News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Hadith de Tamim al Dari
« Raconté par Fatima bint Qays, soeur de Dahhak ibn Qays : Amir ibn Sharahil ash-Sha'bi a dit : Fatima bint Qays faisait partie des premières femmes émigrantes. Je lui ai demandé de me raconter un Hadith qu’elle avait directement entendu du messager d’Allah (paix soit sur lui), et il n’y avait aucun lien externe entre eux. Elle dit : Très bien, si tu le souhaites, je suis prête à le faire. Il lui a dit : Bien, racontes moi donc. Elle a dit : j’ai épousé le fils de Mughira, et il était un jeune homme choisi des Qouraych à cette époque, mais il est tombé en martyr dans le premier Jihad (le combat du coté du Messager d’Allah (sallalahou ‘alayhi wa sallam). Lorsque je suis devenue veuve, Abdurrahman ibn Awf, l’un du groupe des compagnons du Messager d’Allah, m’a remis une proposition de mariage. Le Messager d’Allah (paix soit sur lui) m’a également envoyé le même message pour son esclave affranchi, Oussama ibn Zayd. Il m’avait été communiqué que le Messager d’Allah (paix soit sur lui) avait dit (à propos d’Oussama) : celui qui m’aime devrait aussi aimer Oussama. Lorsque le messager d’Allah (Paix soit sur lui) m’a parlé (à ce sujet), je lui dis : mes affaires sont entre tes mains. Tu peux me marier à celui que tu voudras. Il a dit : tu ferais mieux d’aller à la maison d’Oumm Charik. Oumm Charik était une femme riche des Ansar. Elle a dépensé généreusement pour la cause d’Allah et s’occupait des invités avec beaucoup d’hospitalité. J’ai dit : Bien, je ferai comme tu le souhaites. (Mais alors) il (a eu une autre idée à ce sujet puis) a dit : ne le fais pas, parce-que Oumm Charik est une femme qui reçoit fréquemment des visites, et je n’aime pas que ta tête ou que tes jambes soient découvertes, et que les étrangers puissent apercevoir ce que tu n’aimes pas. Tu ferais mieux d’aller à la maison de ton cousin, Abdullah Ibn Amr ibn Umm Maktum. Il faisait partie de la branche des Banu Fihr des Qouraych, et il faisait partie de cette tribu (à laquelle Fatima appartenait).

J’ai donc déménagé vers cette maison, et lorsque ma période d’attente était terminée, j’ai entendu la voix d’un crieur qui annonçait que la prière serait observée à la mosquée des prières congrégationnelles. Je me suis donc rendue à la mosquée et ai accompli la prière avec le Messager d’Allah (Paix soit sur lui), et j’étais au rang des femmes qui était le plus proche de celui des hommes. Lorsque le messager d’Allah (Paix soit sur lui) a fini sa prière, il s’est assis sur le pupitre, en souriant et a dit : Tout adorateur devrait rester assis à sa place. Puis il a dit : Savez-vous pourquoi je vous ai demandé de vous rassembler ? Ils ont dit : Allah et son Messager le savent mieux. Il a dit : Par Allah, je ne vous ai pas rassemblés pour une exhortation ou pour un avertissement. Je vous ai retenus ici car Tamim al Dari, un Chrétien qui est venu pour accepter l’Islam, m’a dit une chose qui s’accorde avec ce que je vous ai dit sur Dajjal. Il m’a raconté qu’il a navigué sur un bateau avec trente hommes des Banu Lakhm et des Banu Judham, et qu’ils ont été malmenés par les vagues dans l’océan pendant un mois. Puis elles (les vagues) l’ont mené (près de) à la terre au milieu des océans (une ile) au coucher du Soleil. Ils ont pris place dans une barque et ont débarqué sur cette île. Il y avait une bête avec de longs cheveux épais (et à cause de cela) si bien qu’ils ne pouvaient pas distinguer son avant de son arrière. Ils dirent : Malheur a toi, qui peux-tu être ? A quoi elle a répondu : Je suis Al Jassassa [Littéralement « espionne »]. Ils dirent : Qu’est-ce qu’Al Jassassa. Elle a dit : O peuple, allez voir cette personne dans le monastère qui est très désireuse d’en savoir sur vous. Il (le narrateur) a dit : Lorsqu’elle a désigné pour nous une personne, nous avons peur que ce ne soit un démon.

Nous nous sommes alors hâtés vers le monastère où nous avons trouvé une personne bien bâtie, ayant les mains attachées à son cou, et des chaines de fer serrant ses chevilles à ses jambes. Nous avons dit : Malheur à toi ! Qui es-tu ? Il a dit : Vous entendrez bientôt parler de moi, mais dites moi qui vous êtes. Nous avons dit : Nous sommes un peuple d’Arabie, et nous avons embarqué sur un bateau, mais les vagues nous ont emportés pendant un mois, puis elles nous ont menés près de cette île. Nous avons pris les canots, et débarqué sur cette île. Là, une bête avec de nombreux cheveux épais nous a rencontré, et à cause de l’épaisseur de ses cheveux, son avant ne pouvait être distingué de son arrière. Nous lui avons dit : Malheur à toi, qui est tu ? Elle a dit : Je suis Al Jassassa. Nous avons dit : Qu’est-ce qu’Al Jassassa ? Elle a dit : allez voir cette personne dans le monastère qui est très désireuse d’en savoir sur vous. Nous sommes donc venus à toi en toute hâte craignant que cela puisse être le Diable. Il (la personne enchainée) a dit : Parlez-moi des palmiers de Baysan. Nous avons dit : En quel honneur demandes-tu des informations à leur propos ? Il a dit : Je vous demande s’ils donnent des fruits ou non. Nous avons dit : oui. Ce à quoi il a dit : je pense qu’ils ne donneront plus de fruits. Il a dit : Informez-moi du lac de Tabariyya [lac de Tibériade, mer de Galilée, Kinneret] ! Nous avons dit : que veux-tu savoir à son propos ? Il a dit : Est-ce qu’il est rempli d’eau ? Ils ont dit : Il y en a en abondance. Il a dit : je pense qu’il s’assèchera bientôt. Il a dit encore : Parlez-moi de la source de Zughar. Ils ont dit : que veux-tu savoir à son propos ? Il (la personne enchainée) a dit : Est-ce qu’elle donne de l’eau, et est-ce qu’elle irrigue (la terre de ses habitants) ? Nous avons dit: Oui, elle donne de l’eau en abondance et ses habitants (de Médine) irriguent leurs terres avec.

Il a dit : Informez-moi du Prophète illettré ; qu’a-t-il fait ? Nous avons dit : Il a quitté Makka (la Mecque) et s’est établi à Yathrib (Médine). Il a dit : Est-ce que les Arabes le combattent ? Nous avons dit : oui. Il a dit : Comment se comporte-il avec eux ? Nous lui avons dit qu’il avait vaincu ses voisins, et qu’ils lui avaient prêté allégeance. A quoi il nous a répondu : C’est vraiment arrivé ? Nous avons dit: oui. C’est alors qu’il a dit : Si c’est le cas, il est meilleur pour eux qu’ils lui obéissent. Je vais vous dire qui je suis. Je suis le Dajjal, et il me sera bientôt permis d’être libéré. Je partirais alors, et je voyagerai sur la terre, et n’épargnerai aucun lieu où je débarquerai pendant quarante nuits, excepté à Makka et à Tayba (à savoir Médine). Ces deux (lieux) me sont interdits et je ne tenterai pas d’y entrer. Un ange se confrontera a moi avec un sabre dans sa main, et me barrera le chemin, et il y aura des anges pour garder toutes les routes qui y mènent. Alors le Messager d’Allah (Paix soit sur lui) a frappé le pupitre avec le bas de son bâton et a dit : Cela implique que Tayba signifie Madina (Médine). Ne vous ai-je pas raconté un récit (du Dajjal) comme celui-ci ? Le peuple a dit : Oui, et ce récit rapporté par Tammim al Dari m’a plu car il corrobore le récit que je vous ai présenté sur (Dajjal) en rapport à Madina et à Makka. Remarquez, il (Dajjal) est en mer de Syrie (Mediterrannée) ou en mer du Yemen (Mer Arabe). Non, au contraire, il est à l’Est, il est à l’Est, et il pointa de sa main vers l’Est. Je (Fatima bint Qays) a dit : J’ai préservé ceci dans ma mémoire. (Ce récit du Messager d’Allah (Paix soit sur lui)).

(Sahih Muslim)
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.



ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit



Modifié 4 fois. Dernière modification le 10/07/12 23:45 par kazakzoz.
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X