El Guerrouj retouve son trone

Source: Thomas Bonnet, Sport24.com

Après un début de saison difficile, Hicham El Guerrouj s’est rassuré sur les pistes du stade d’Heusden Zolder. Le Marocain a signé la meilleur performance de l’année sur 1500 mètres et fait à nouveau figure de favori pour les JO. Dans le camp tricolore, Leslie Djhone et Muriel Hurtis ont déçu.


El Guerrouj reprend le pouvoir

Chute à Atlanta, défaite à Sydney, le roi incontesté du 1500 mètres a connu deux terribles revers sur les pistes olympiques. La malédiction des JO donnait le sentiment de devoir se poursuivre cette saison à Athènes. En proie à des problèmes respiratoires récurrents, Hicham El Guerrouj multipliait les sorties en demi-teinte depuis le début de l’année prenant même une indigne 8e place lors du Golden Gala de Rome alors que la concurrence s’avérait plus vorace que les années précédentes. Le Kenyan Bernard Lagat, le Bahreïni(d'origine marocaine) Rashid Ramzy et le Français Mehdi Baala prenaient conscience qu’un coup d’état était possible et abordaient la dernière ligne droite avant Athènes gonflés à bloc.

Un seul soir a suffi à Hicham El Guerrouj pour faire taire la rébellion. Dans le stade d’Heusden-Zolder, le Marocain a envoyé un message fort à tous ses rivaux : une victoire et surtout la meilleure performance de la saison en 3’29’’18 qui rend au recordman du monde le statut de favori pour la médaille d’or. «Je suis extrêmement heureux. J’aurais pu courir en 3’27’’. Je doublerai le 1500 et le 5000 mètres à Athènes. Je n’ai jamais douté», lance-t-il serein à l’issue de la réunion. Ses adversaires sont prévenus, le roi est bel et bien de retour. Le Grand Prix belge a également révélé au grand jour un nouveau rival, le jeune Ethiopien de 19 ans, Mulugeta Wendimu, auteur du record national en 3’31’’13. Le bataille s’annonce épique dans la capitale grecque.

Les Bleus à la peine
Les coureurs tricolores n’ont pas été à la fête ce samedi soir à Heusden. Leslie Djhone qui restait sur une victoire de prestige au Stade de France en 44’’99 comptait sur la dernière sortie avant le voyage olympique pour confirmer son statut de leader de l’athlétisme français. Alors que Marc Raquil est handicapé par une blessure aux ischio-jambiers, son compatriote de 23 ans peut prétendre jouer les trouble-fête à Athènes sur le tour de piste. Sa prestation à Heusden n’a pas convaincu. A moins de quinze jours de l’envol vers la Grèce, le cinquième lors des derniers Mondiaux à Paris s’est contenté d’un deuxième place avec un modeste 45’’37. Mais l’heure n’est pas encore à l’inquiétude.

Muriel Hurtis n’a pas encore pris son envol cette année. Mise sous pression par les bonnes performances de Christine Arron, la médaillée de bronze au stade de France ne trouve pas le bon rythme sur le demi-tour de piste. Dès qu’elle est mise en difficulté, Hurtis se désunit et n’a pu à l’heure actuelle s’approcher des ténors du sprint en ne signant qu’un discret 22’’68. La réunion de Zolder ne l’a pas rassurée. Elle a subi la loi de locale, Kim Gevaert, auteur devant ses supporters d’un très beau doublé sur 100 et 200 mètres. De quoi prendre confiance avant les JO. «Je suis très heureuse d’avoir été capable de résister à la pression. C’était difficile avec de très bonnes athlètes sur la ligne de départ», lançait-elle au terme du meeting. Sourire pour l’une, doute pour l’autre…

Pour Laetitia Valdonado, la soirée a pris des allures dramatiques. L’athlète tricolore a remporté la finale C du 800 mètres, signé le troisième meilleur temps du jour (1’59’’35) et surtout réalisé les minima pour les JO… Mais malheureusement trop tard. La liste des sélectionnés pour les Jeux Olympiques est bouclée depuis le 24 juillet. Laetitia Valdonado ne foulera pas la piste athénienne. Cruel.


Source: Thomas Bonnet, Sport24.com
 
Facebook