Florent Amadio:espoir du patinage français
Patinage artistique: le petit Amodio deviendra très grand



r.

"Je bosse pour gagner et je vois que j'ai vraiment les compétences pour aller plus loin. Ca va m'aider à bosser encore plus pour l'avenir et pour les grandes +compét+ à venir. Et comme disait mon +coach+, ce n'est que le début de quelque chose d'énorme", annonce le gamin, qui traîne depuis quelques temps l'étiquette de grand espoir du patinage français.

Le "coach", c'est "Bernard (Glesser). Depuis toujours". Florent Amodio n'avait que 4 ans quand l'entraîneur l'a détecté lors d'une séance publique à la patinoire de Cergy-Pontoise, en région parisienne.

"J'étais en train de donner un cours et je vois passer un petit bonhomme entre mes jambes. J'ai trouvé qu'il avait un sacré coup de patin. J'ai demandé à ses parents s'ils voulaient bien me le confier. Trois ou quatre mois après, il était déjà avec moi en stage. A partir de là, on a commencé notre histoire et ça fait quinze ans maintenant", raconte Bernard Glesser.

L'entente entre le maître et l'élève est exemplaire. Pas de coups de gueule ou de coup de patins dans la glace à l'entraînement. "Pour moi, il est hors du commun. Il a le coeur sur la main, il est très très humain et très attachant. Il est adorable", confie le technicien.

Le frêle Amodio est né au Brésil, à Sebral. Abandonné, il a été adopté par un couple français alors qu'il n'avait qu'un mois. Sa mère, institutrice, et son père, qui travaille dans l'informatique, ont aussi adopté une fille du même village que Florent

Florent Amodio est retourné au Brésil il y a deux ans, accompagné de ses parents. "J'ai vu où j'étais né. Voilà. J'ai vu et j'ai pu mettre une image sur mes pensées et ça s'arrête là et c'est mieux comme ça", glisse Amodio, qui préfère parler de son avenir: les jeux Olympiques.

"C'est le début pour moi, j'ai 19 ans. Ma première expérience aux Jeux, dans quatre ans il n'y en a d'autres. C'est encore du boulot, encore plus. Je veux continuer à aborder ça avec plaisir et ce sens du fun. C'est un énorme rêve. Je ne vois pas ce qu'il y a dans ma vie qui pourrait être aussi magique", s'enthousiasme-t-il.

Amodio, qui vit à Fremainville (Val d'Oise), se consacre actuellement pleinement au patinage. Bachelier il y a deux ans, il a obtenu cette année son brevet d'Etat et patiente pour passer le niveau 2.

En attendant, il assure qu'il ira à Vancouver - avec le champion du monde 2007 Brian Joubert - sans pression.

"Sans pression, c'est facile à dire mais c'est comme ça que ça marche pour moi, quand j'arrive détendu et que je prends plaisir à patiner", répète-t-il.

Pour Bernard Glesser, pas question de viser le podium olympique pour cette fois, même si Florent Amodio, aux qualités innées de fluidité dans le mouvement, en a le potentiel, physique et surtout mental.

"Il a tout ce qu'il faut au niveau des acrobaties, du physique, des interprétations, de la danse, du rythme. Il a tout le potentiel pour y arriver, mais c'est encore un long chemin entre le potentiel et ensuite le podium", tempère-t-il."
 
Facebook