Le HCR fixe à 90 000 le nombre des populations dans les camps de Tindouf
Le HCR fixe à 90 000 le nombre des populations dans les camps de Tindouf

Genève, 10/12/08- Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a fixé à 90 000 le nombre des populations des camps de Tindouf, en remettant en question de nouveau le chiffre avancé par les autorités algériennes qui continuent pourtant à refuser le recensement de ces populations.

Le Maroc, rappelle-t-on, ne cesse de demander, depuis plus de deux décennies, au HCR de procéder à un recensement de ces populations, selon les critères interna-tionaux scientifiquement reconnus afin de collecter des données démographiques exactes et non approximatives sur leur nombre et leurs origines, soulignant que seul un tel enregistrement pourrait mettre fin aux incohérences qui caractérisent l'évolution des statistiques utilisées par le HCR, spécifiques à la seule situation des populations des camps de Tindouf.

Mais le gouvernement algérien refuse ce recensement, en persistant à avancer le chiffre de 165.000 personnes et ce depuis 1982.

Le chiffre de 90 000 est publié à l'occasion de la tenue, mardi, par le HCR de la Conférence annuelle pour les annonces de contributions pour l'année 2009, sous la présidence de Mme Laura Thomson, Représentant Permanent de Costa Rica et Présidente du Comité Exécutif pour 2009 en présence du Haut Commissaire.

Dans le document publié par le HCR sur la mise à jour de l'appel global pour 2009, le chapitre qui traite de la région de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient ( ME-NA), établit à 90 000 le nombre de bénéficiaires de l'action du HCR dans les camps de Tindouf, un chiffre qui est agréé dans le Mémorandum d'Entente entre le PAM et le HCR.

Le document relève que "l'absence de solution politique" à la question du sahara "entraîne de nombreux défis qui entravent la mise en oeuvre de solutions durables" à la situation des personnes se trouvant dans les camps de Tindouf, en Algérie, ajoutant que le HCR "continuera à fournir l'assistance de base" à ces personnes.

Le document rappelle que le HCR met en oeuvre les mesures d'établissement de la confiance (CBM), en coopération avec le Représentant Spécial du Secrétaire Géné-ral des Nations Unies pour le sahara et les autorités marocaines et algériennes.
Selon le document, les CBM facilitent le contact entre les populations des camps de Tindouf et les membres de leurs familles dans les provinces marocaines du sud.
sur quelle base le HCR a basé le chiffre 90 000 puisque à ma connaissance le HCR n'a jamais été autorisé à faire des recensements ????????????
plusieurs millions de dollards sont déversés par le Hcr sans connaitre la population ?
ce serait compréhensible pour une zone inaccessible ... mais là ?

90 000 bénéficiares de l'aide
mais on ne sait pas qui on aide

peut etre ausi les indépendantiste sahraoui d'Algérie Heu



" confronté à la censure, je suspends ma participation à ce forum "
Lorsque le Maroc a reccuperé son territoire, il y´ avais seulement 74.000 habitants, selon les statistiques espagnoles des année 70. Mais la junte miliaire d´ alger depuis les années 70 balance des chiffres astronomiques: 165.000 comme nombre des populations dans les camps de Tindouf.
Sahara :Le Maroc n'abandonnera jamais ses ressortissants séquestrés dans les camps du Polisario à Tindouf (ministre)

Rabat, 11/12/08- Le Maroc n'abandonnera jamais ses ressortissants séquestrés dans les camps du Polisario à Tindouf, en Algérie, a affirmé M. Khalid Naciri, ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement.

"Il s'agit de nos compatriotes, de Marocaines et de Marocains, et leur pays ne les abandonnera jamais", a-t-il souligné, mercredi soir, dans une déclaration à la deuxième chaîne de télévision "2M", en ajoutant que toute instrumentalisation en la matière n'est qu'un "acte méprisable".

En dépit du bouclage des camps, "les informations sortent malgré tout. Certains de nos concitoyens parviennent à franchir les barbelés et à rejoindre la mère patrie", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'aujourd'hui, quelle que soit "l'opacité que des systèmes militaires veulent instaurer, cette opacité ne tient pas la route et le monde entier sait ce qui se passe là-bas" dans les camps.
 
Facebook