Le fermier écossais !

Un paysan écossais du nom de Fleming peinait un jour dans son champ pour gagner la vie de sa famille lorsqu'il entendit un cri de détresse provenant d'une mare située tout près. Jetant ses outils, il y courut et vit un enfant qui se débattait en hurlant de terreur dans une mer de boue où il était déjà enfoncé jusqu'à la taille. Le fermier sauva l'enfant de ce qui aurait pu être une mort lente et horrible.

Le jour suivant, un riche équipage s'arrêta devant l'humble demeure de l'Écossais. En descendit un gentilhomme élégant qui se présenta: c'était le père de l'enfant que Fleming avait sauvé.

- Je veux vous dédommager pour votre peine. Vous avez sauvé la vie de mon enfant.

- Non, répondit le fermier en repoussant l'argent que le père lui tendait, je ne peux pas accepter d'être rétribué pour ce que j'ai fait.

À ce moment apparut un garçonnet à la porte de la pauvre masure.

- C'est votre fils, demanda le gentleman?

- Oui, répondit fièrement Fleming.

- Eh bien, voici ce que je vous propose. Laissez-moi lui procurer le haut niveau d'instruction dont mon propre fils jouira et si le vôtre ressemble un tant soit peu à son père, il deviendra sans aucun doute un homme dont nous serons fiers tous les deux.

Ce qui fut fait.

Le fils du paysan fut inscrit dans les meilleures écoles, obtint son diplôme de St Mary's Hospital Medical School, à Londres et finit par être connu mondialement pour sa découverte de la pénicilline. On aura reconnu Sir Alexander Fleming.

Plusieurs années passèrent: le fils du gentilhomme souffrit d'une pneumonie. Sa vie fut sauvée cette fois par la pénicilline.

Le nom du gentilhomme? Lord Randolph Churchill.

Le nom de son fils? Sir Winston Churchill.

Qui donc a dit: n'arrive que ce qui doit arriver?





On dit que les femmes sont les meilleures gardiennes de la tradition.
C’est dans le secret des cuisines que la culture passe de mère en fille.
On répète les gestes immuables,on commente les dosages avec amour
 
Facebook