150 dollars dans le secteur du nettoyage et de 260 dollars pour les métiers...
Le Koweit se penche sur le sort de ses immigrés



Un système de recrutement contesté

Pour être autorisé à venir travailler au Koweit, tout immigrant doit bénéficier d’un sponsor ou
« kafil » , obligatoirement de nationalité koweitienne. Dans la majorité des cas, des agences implantées dans les pays d’origine des travailleurs concernés, servent d’intermédiaire, moyennant finance. Dès qu’ils arrivent dans l’émirat, les travailleurs immigrés deviennent entièrement dépendants de leur sponsor qui s’avère être souvent leur employeur. Les migrants se voient ainsi confisquer leur passeport, imposer un lieu de résidence et doivent obtenir l’accord de leur sponsor pour se déplacer. Surtout, les travailleurs immigrés n’ont aucune possibilité légale de changer d’employeur. Cette contrainte a des conséquences particulièrement graves pour les employées de maison qui sont, pour certaines, victimes de violences physiques voire sexuelles de la part de leurs employeurs sans aucune possibilité de recours. Face à ces abus, régulièrement dénoncés par les organisations de défense des droits de l’homme, le gouvernement a crée il y a trois ans une commission chargée d’examiner la situation de ces domestiques mais aucune disposition juridique n’a pour l’instant été prise afin de leur assurer une protection minimale.

Un droit syndical sévèrement limité

En dépit de promesses réitérées ces quinze dernières années, le gouvernement koweitien n’offre toujours aucune protection juridique à la majorité de ces travailleurs migrants. Sans compter que, pour pouvoir s’affilier à un syndicat, les migrants doivent justifier de cinq ans de résidence dans l’émirat et produire un certificat de bonne vie et mœurs. Quant au droit de grève, il n’est autorisé que dans le secteur privé qui n’emploie que 6% de la population active et les migrants hésitent devant le risque d’expulsion inhérent à leur statut précaire.

De timides signes d’ouverture

Si la situation des travailleurs immigrés au Koweit reste alarmante, les autorités semblent désormais vouloir agir. A la suite des récentes émeutes, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un salaire minimum de 150 dollars dans le secteur du nettoyage et de 260 dollars pour les métiers liés à la sécurité. Une avancée notable même si on est encore loin du salaire moyen pour les travailleurs koweitiens qui est de plus de 3 000 dollars. En ouverture de la session extraordinaire du Parlement, le ministre des Affaires sociales et du Travail a affirmé que des alternatives au système actuel étaient à l’étude. Il s’agirait en particulier de mettre fin au système de sponsoring qui est à l’origine de la plupart des abus. Cette réforme vise, selon Badr al-Duwaila, à « mettre notre législation du travail en conformité avec les standards internationaux ».

Cette situation prévaut aussi dans la totalité des pays du golfe.


Peut-on déduire de cet article que les immigrés d'europe et immigrés dans les pays arabe du golfe c'est exactement le même combat et la même lutte?



Source:

[www.rfi.fr]
Citation
souheil a écrit:
Peut-on déduire de cet article que les immigrés d'europe et immigrés dans les pays arabe du golfe c'est exactement le même combat et la même lutte?

Ce n'est pas tout à fait comparable.
En Europe, l'immigré en situation régulière a des droits et des devoirs.
Dans les pays du Golf, l'immigré même en situation régulière n'a aucun droit, que des devoirs, c'est un esclave, tout simplement.
Salam aalikoum

Citation
salmones a écrit:
c'est un esclave, tout simplement.

salmones a parlé, le débat est clos



Plus rien ne m'étonne
Citation
salmones a écrit:
Citation
souheil a écrit:
Peut-on déduire de cet article que les immigrés d'europe et immigrés dans les pays arabe du golfe c'est exactement le même combat et la même lutte?

Ce n'est pas tout à fait comparable.
En Europe, l'immigré en situation régulière a des droits et des devoirs.
Dans les pays du Golf, l'immigré même en situation régulière n'a aucun droit, que des devoirs, c'est un esclave, tout simplement.

Bonjour les généralités!

Il y a quelques mois j'ai quitté la france pour m'installer dans l'un de ces pays! mais là je regrette vraiment.... je regrette de ne pas l'avoir fait avant!!

certes, il y a bcp de chemin à faire dans certains domaine, mais arretez de passer ces gens pour des sauvages..
Citation
sahlman a écrit:
Citation
salmones a écrit:
Citation
souheil a écrit:
Peut-on déduire de cet article que les immigrés d'europe et immigrés dans les pays arabe du golfe c'est exactement le même combat et la même lutte?

Ce n'est pas tout à fait comparable.
En Europe, l'immigré en situation régulière a des droits et des devoirs.
Dans les pays du Golf, l'immigré même en situation régulière n'a aucun droit, que des devoirs, c'est un esclave, tout simplement.

Bonjour les généralités!

Il y a quelques mois j'ai quitté la france pour m'installer dans l'un de ces pays! mais là je regrette vraiment.... je regrette de ne pas l'avoir fait avant!!

certes, il y a bcp de chemin à faire dans certains domaine, mais arretez de passer ces gens pour des sauvages..

je suis sûr que la plupart qui tiennent ces propos (que tu dénonces) ne sauraient situer les emirats ou le koweit sur une carte...



Plus rien ne m'étonne
Citation
Bass a écrit:
Salam aalikoum

Citation
salmones a écrit:
c'est un esclave, tout simplement.

salmones a parlé, le débat est clos

Je remarque que les salaires minimums dans ces pays sont presque les memes qu'au Maroc (le pétrole et le gaz en moins)
C'est bizarre.
Oui c´ est vraiment bizzare,les salaires minimums dans ces pays sont presque les memes qu'au Maroc (le pétrole et le gaz en moins).
 
Facebook