Dialogue avec les religions du Livre
Source : site du CRCM Rhône Alpes


Question

Beaucoup de musulmans (et de non musulmans) se posent aujourd’hui des questions sur le dialogue interreligieux.
Quel est le sens de ce dialogue ?
Est il nécessaire ?
S’agit-il d’éliminer les particularités des trois grandes religions monothéistes ou de les fusionner?
Ou s’agit-il simplement de répandre la culture de la paix et la tolérance entre les Hommes pour qu'ils apprennent à vivre justement, librement et paisiblement ensemble ?

Réponse :

L’expression « le rapprochement entre les religions » est souvent utilisée pour qualifier la relation entre l’islam et les autres religions alors qu’en réalité les mots « coopération », « dialogue » correspondent mieux à cette relation.

Sur ce point, le Conseil voudrait attirer l’attention sur le fait que si l’expression susmentionnée « le rapprochement entre les religions» signifie réduire, voire annuler les différences essentielles propres à l’islam, de façon à parvenir à une situation dite de «juste milieu» ou à un compromis entre unicité et trinité par exemple, alors cette expression doit être rejetée. Dieu dit dans le Coran : :

« Juge alors parmi eux d’après ce que Dieu a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce que Dieu t’a révélé. » (Coran 5/49)

Cependant, le dialogue, la collaboration ou la coopération entre l’islam et les autres religions sont des pratiques admises, voire recommandées dans le Coran. En effet, Dieu dit :

« Et discute avec eux de la meilleure façon. » (Coran 16/125)

« Dis : Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu. » (Coran 3/64)

D'ailleurs, le Prophète (Psl) s’est entretenu en particulier avec les chrétiens de Najrân(1). Ce dialogue avec les autres confessions est basé sur les fondements même de l’islam, l’unicité de Dieu, les missions des Prophètes ou l’origine de l’humanité, et plus généralement sur l’universalité du message de l’islam et la nécessité du témoignage par le dialogue le plus convenable, sans contrainte ni coercition et dans le respect des convictions de chacun.

Il existe certes des divergences entre l’islam et les autres religions révélées, mais il y a aussi des points de convergence importants comme le fait de croire en Dieu, aux missions des Prophètes et au Jour du jugement dernier. Les religions ont aussi en commun l'attention portée à l'éthique, aux fondements de la morale , aux structures de la société comme la famille, les questions relatives à l’environnement et aux droits de l’homme, à la défense des opprimés et de la justice. Elles s’accordent aussi pour dénoncer la corruption, la tyrannie, les génocides, les agressions et le fanatisme, et œuvrent en faveur de la tolérance et la paix entre le Hommes pour qu'ils apprennent à vivre justement, librement et paisiblement ensemble.

Ce rapprochement avec les autres religions est d’autant plus important que l’on assiste aujourd’hui à la domination d’une culture matérialiste où presque tu es permis, et à l’effondrement des structures et de l’ordre social, dans un monde qui est devenu une sorte de grand village grâce aux avancées technologiques. Les êtres humains sont donc amenés à vivre et à œuvrer ensemble. Ceci renforce encore plus la nécessité de ce dialogue interreligieux et notamment avec les gens du Livre (2) pour valoriser et défendre tous ensemble les points communs et de convergence, sans s’attarder sur les points de discorde et de divergence. Dieu dit :

« Ô Hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous vous avons répartis en peuples et en tribus, pour que vous fassiez connaissance entre vous. En vérité, le plus méritant d’entre vous auprès de Dieu est le plus pieux. Dieu est Omniscient et bien Informé. » (Coran 49/13)

Et le Prophète (Psl) a témoigné que les serviteurs de Dieu sont tous frères (3). Dieu a dit également :

« Soyez plutôt solidaires dans la charité et la piété et non dans le péché et l’agression. » Coran 5/2)

notes

1. L’histoire de la rencontre du Prophète avec les chrétiens de Najrân est célèbre. On la retrouve dans la plupart des exégèses du Coran et des biographies du Prophète (Psl). Elle a été rapportée par Ibn Jarîr dans son Exégèse du Coran (3/305) d’après ‘Abdullah ibn ‘Abbâs, par al-Bayhaqî dans son Dalâ’il an-nubuwwa (5/384), par at-Tabarâni (n°3918) d’après les propos de Kurz ibn ‘Alqamadu, par al-Bayhaqî (n°5/382) et par al-Hâkam (2/593). On trouve l’origine de cette histoire dans al-Bukhârî (n°4119) d’après les propos de Ibn Mas‘ûd.

2. Il est du devoir du musulman de croire aux Livres célestes qui ont été révélés aux envoyés de Dieu, et ils sont nombreux ; les plus connus sont : al-Qur‘ân révélé à Muhammad (PSL), at-Tawrât (la Thora) prescrite à Mûsâ (Moïse), al-‘Injîl (l’Évangile) de ‘Îsâ (Jésus) et az-Zabûr (les Psaumes) de Dâwûd (David). Les gens du Livre (ahl al-Kitâb) bénéficient d’un statut spécial parmi les non musulmans en termes de traitement et de législation. Sont désignées « gens du Livre » les personnes dont la religion est fondée à l’origine sur un Livre céleste, comme chez les juifs et les chrétiens, dont la religion est fondée respectivement sur la Thora et sur l’Évangile. Le Coran interdit de discuter avec les gens du Livre au sujet de leur religion, sauf à user de bonnes manières afin que les cœurs ne se chargent pas de défiance, et pour éviter que la polémique n’allume le feu du sectarisme et de la rancune dans les cœurs. Dieu dit :

« Ne discutez avec les gens du Livre que de la manière la plus courtoise, à moins qu’il ne s’agisse de ceux d’entre eux qui sont injustes. Dites-leur : “Nous croyons en ce qui nous a été révélé et en ce qui vous a été révélé. Notre Dieu et le vôtre ne font qu’un Dieu Unique et nous Lui sommes totalement soumis.” » (Coran 29/46)

Enfin, les musulmans doivent les appeler les « gens du Livre » tels que Dieu les a nommés dans le Coran, et non pas autrement : les musulmans n’ont pas le droit de les traiter d’associateurs, d’impies, etc.

3. Référence à Zayd ibn Arqam qui rapporte que le Prophète disait après chaque prière : « Notre Seigneur est le Seigneur de toute chose, je témoigne que Tu es Dieu, l’Unique sans associé… » Et dans lequel il dit aussi : « Je témoigne que les serviteurs de Dieu sont tous frères. » Rapporté par Ahmad (n°19293), Abû Dâwûd (n°1508) avec une chaîne de transmission « faible ». La fraternité humaine est confirmée dans plusieurs versets du Coran quand il parle des rapports des prophètes avec leurs peuples.
bonjour TOUNE et merci smiling smiley

voici une autre initiative qui va dans le même sens

[www.hommesdeparole.org]
Salaam,

Merci TOUNE.

La Croyance en un Dieu Unique, Nul n'est egal a Lui, Sans association ni representation humaine, est le seul moyen d'unifier tous les hommes de foi:

« Dis : Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu. » (Coran 3/64)
Une autre opinion intéresante de Soheib Bencheikh :


[www.yabiladi.com]
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook