Comment fonctionne une banque islamique
salam aleykoum

Le Système Financier Islamique

Le principe général de la banque islamique est de s'engager à partager à la fois les profits et les pertes de ses clients. Contrairement à certaines idées, ce système existe au sein des communautés musulmanes depuis le moyen âge. Il a fait l'objet de nombreuses études universitaires sous la dénomination de SFI, Système Financier Islamique depuis les années 80. Néanmoins ces institutions bancaires ne représentent qu'un des aspects du SFI. Car ce système ' englobe aussi la formation du capital, les marchés des capitaux et l'intermédiation financière sous toutes ses formes '. Il s'agit, en somme, de traduire, dans l'univers de l'économie et des finances, le système de valeurs auquel se fient les Musulmans dans les aspects de leur vie quotidienne.

Selon cette approche, l'objectif clé du SFI est de promouvoir, dans le contexte économique actuel, un ensemble de produits financiers qui exclue la pratique de la Riba, l'intérêt usuraire blâmé par le Coran. L'accent est alors mis sur le partage des pertes, des risques tout comme des bénéfices entre les investisseurs et les acteurs d'un projet. La valeur du travail se trouve ainsi rehaussée. La thésaurisation étant interdite, l'investissement de l'argent est recommandé. Dans l'esprit, les instruments financiers du SFI sont difficilement comparables aux usages des banques classiques. Mais sur un plan technique, leur rapprochement n'est pas dénué de sens.

Des outils financiers basés sur l'éthique

Un client présente un dossier de crédit ordinaire. La banque accepte de fournir une partie des capitaux propres et du fond de roulement nécessaire. En cas de profits, ils sont partagés entre le client et la banque selon un ratio convenu au départ. En cas de pertes, elles sont partagées selon le degré de participation de chaque parti au capital. Ce mode de financement est appelé Moucharaka. Il convient au projet à long et moyen termes.

La Moudaraba est un mode de financement comparable à ce qui se fait dans les sociétés d'investissement. La banque peut fournir la totalité des capitaux requis pour le projet que présente un client. Ce dernier n'apporte alors que ses compétences et sa capacité de gérer le projet. Les profits sont partagés par les deux partis selon un taux préfixé. Les pertes sont entièrement supportées par la banque. Le client perd néanmoins la valeur du travail qu'il a fourni durant l'exercice de son projet.

Le système de l'Ijar est facilement assimilable à un système de location ou de crédit-bail. Il convient au financement de véhicules, machines, etc. La banque prend l'engagement d'acheter les équipements ou les bâtiments dont le client a besoin pour son projet. Elle les met à sa disposition moyennant un loyer direct durant une période de temps déterminée. Le système peut être amélioré dans certains cas où le client prend l'option de devenir propriétaire du matériel au terme de la période de location. On parle alors de Ijar wa Iktina . Dans ce cas, le client ouvre un compte d'épargne où il verse régulièrement un certain montant. Par la suite, le ré-investissement du capital accumulé travaille en sa faveur et lui permet d'amortir le coût de la location de départ. Un versement d'acompte peut intervenir dans certains cas.

Pour les financements à court terme, le SFI propose généralement le Mourabaha. La banque s'engage à fournir des biens selon un contrat de gré à gré prévoyant la revente au client avec une marge bénéficiaire fixée d'avance. Ce qui évite au client de souscrire un emprunt avec intérêts, comme dans une banque classique. Ce mode de financement est de loin le plus pratiqué dans les banques islamiques déjà existantes à travers le monde.

Il existe aussi le Baïmouwajal, un système de financement de projet où la banque permet un paiement différé. Les frais de ce crédit sont aussi fixés d'avance.

Autant de possibilités de financements désormais à la portée des entrepreneurs londoniens. De quoi donner des idées aux entrepreneurs d'autres pays d'Europe.

[almouminoun.free.fr]
inchallah que ce genre de banque s'installe en france et dans tous les pays européens inchallah.



puissante est la foi....
Salam aleykoum

incha'allah

peut qu'il faut mettre la pression aux banques nationales pour creer ce genre de services
Citation
dixit a écrit:
Salam aleykoum

incha'allah

peut qu'il faut mettre la pression aux banques nationales pour creer ce genre de services

à mon avis la pression devrait se faire auprès de banques musulmane ou de celle implanté dans les pays musulmans, afin que ce soit elles qui mettent en place des enseignes de ce genre, comme ça elle proposerait à leurs clients un choix bien à eux. ce qui veulent rester dans le système standard y resterait et ce qui souhaiterait utilisé une banque islamique le ferait.

mais la je crois qu'il y a une mobilisation de nous musulman à faire établir ce système.winking smiley



puissante est la foi....
smiling smiley
Citation
ryan63 a écrit:
Citation
dixit a écrit:
Salam aleykoum

incha'allah

peut qu'il faut mettre la pression aux banques nationales pour creer ce genre de services

à mon avis la pression devrait se faire auprès de banques musulmane ou de celle implanté dans les pays musulmans, afin que ce soit elles qui mettent en place des enseignes de ce genre, comme ça elle proposerait à leurs clients un choix bien à eux. ce qui veulent rester dans le système standard y resterait et ce qui souhaiterait utilisé une banque islamique le ferait.

mais la je crois qu'il y a une mobilisation de nous musulman à faire établir ce système.winking smiley

Salam les djeuns,

Ya des initiatives pour faire avancer le sujet, mais tout est un peu plus compliqué en France qu'ailleurs ...

Un article intéressant sur le sujet avec des liens sur des associations qui travaillent sur ce thème.

[www.saphirnews.com]
Horaires de prières Saint Coran
Facebook