News Forum MediaTic Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
cheikha rimitti
Samyaya [ MP ]
15 mai 2006 20:51
Salam alaykoum

notre mamie du rai algerien s'en est aller à l'age de 83 ans ALLAH YA RHLAMA
je voulais partager cette info avec tous les fou de musiques orientales quelque elle soient

que Dieu la prenne après de Lui
F-nane [ MP ]
16 mai 2006 00:27
Citation
Samyaya a écrit:
Salam alaykoum

notre mamie du rai algerien s'en est aller à l'age de 83 ans ALLAH YA RHLAMA
je voulais partager cette info avec tous les fou de musiques orientales quelque elle soient

que Dieu la prenne après de Lui


Je tiens egalement a rendre hommage a notre rêne princesse de rai ki ns a quitter aujourd' hui, malgre son absence elle restera tjrs ds nos coeur.
Samyaya [ MP ]
16 mai 2006 09:54
merci pour elle
16 mai 2006 14:59
Je ne savais pas qu'elle était morte... allahi rhemha



•°¤*(¯`°(F)Bismillah(F)°´¯)*¤°•
nah [ MP ]
16 mai 2006 15:06
Citation
fatouille a écrit:
Je ne savais pas qu'elle était morte... allahi rhemha

MOI AUSSI EN VOYANT CE POSTE JAI CRU QUE QUELQUN CHERCHER SES CHANSONS EN TOUT CAS ALLAH Y RAHAMA!!!sad smiley
Fartoto [ MP ]
16 mai 2006 16:02
sad smiley


Mort de Cheïkha Rimitti, "la reine du raï"

AP | 15.05.06 | 21:12


PARIS (AP) -- La chanteuse algérienne Cheïkha Rimitti, surnommée "la reine du raï", est morte lundi d'une crise cardiaque à son domicile de la région parisienne, a annoncé sa maison de disques Because Music.
Agée de 84 ans, elle avait donné un concert samedi dernier au Zénith de Paris avec Khaled et s'était rendue lundi matin à la SACEM (Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique) pour déposer sa demande afin de recevoir les droits sur sa prestation, a précisé le label à l'agence Associated Press, affirmant que la chanteuse semblait alors "en pleine forme".
"Avec la disparition de Cheïkha Rimitti, nous perdons la doyenne du raï, une voix fascinante, une femme libre, rebelle, souvent provocante, dont l'oeuvre était profondément marquée par une vie qui fut souvent très difficile, particulièrement dans son enfance et sa jeunesse", a écrit le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, dans un hommage à l'artiste.
Selon le ministre, "Cheïkha Rimitti demeurait la référence absolue pour toute cette génération de chanteurs algériens qui, il y a quelques années, ont contribué à faire découvrir le raï à de nouveaux publics, en France, mais aussi dans le monde entier".
Née en 1922, dans la région d'Oran (400 km à l'ouest d'Alger), creuset du raï, Cheikha Rimitti, orpheline très tôt, a mené une vie difficile et dissolue dans sa jeunesse. A 20 ans, elle partagera une vie de troubadour avec une troupe de musiciens, chantant de cabaret en cabaret.
Même si de cette époque, la diva du raï préfère conserver des souvenirs de fêtes, ce sont la misère, les épidémies et les difficultés au quotidien qui l'inspireront pour improviser ses premiers vers.
"C'est le malheur qui m'a instruit, les chansons me trottent dans la tête et je les retiens de mémoire, pas besoin de papier ni de stylo", racontait cette infatigable porte-parole de ce genre musical propre à l'ouest algérien qu'est le raï et que beaucoup comparent, de par son essence et son "explosion", au tango argentin.
Si aujourd'hui, le raï est un genre musical reconnu de par le monde, grâce notamment à Khaled et cheb Mami, Rimitti l'a chanté dès les années 40, en explorant toutes les formes de l'amour, en célébrant l'amitié, en tentant d'expliquer les noyades dans l'alcool, en déplorant l'obligation d'émigrer et en tançant les moralistes.
L'enregistrement de son premier 78 tours date de 1952 et comporte déjà un titre mythique: "Er-Raï Er-Raï". Rimitti, qui devient très vite la référence absolue du raï, a composé plus de 200 chansons, constituant un véritable "répertoire réservoir" dans lequel, aujourd'hui, se servent allègrement tous ses successeurs. Son dernier album, "N'Ta Goudami" (Toi, devant moi), est sorti en novembre 2005.
Dans les années 60 et 70, comme tous les chanteurs de raï, elle connaîtra une traversée du désert dans une Algérie indépendante, très conservatrice et traditionaliste, pour qui le raï n'était synonyme que de débauche et de décadence.
Avec l'explosion de ce genre musical sur la scène internationale, dans les années 80, la reine du raï a été redécouverte et vénérée par tous les chanteurs de la jeune génération et les amoureux du raï.

AP
Sur le net:
[www.rimitti.com]



"Hazou bina l'3lam, zidou bina l'goudam
wila khyabet ... daba teziane"

Ztot tototototttt! (tm)
17 mai 2006 19:43
Allah yr7amha ... Wallah j'ai vraiment été retourné lorsque j'ai appris cette terrible nouvelle ... Inna lillahi wa inna ilayha raji3oun ... Elle avait vraiment un charisme exceptionnel, et une voix ... Mon Dieu, une voix ... Pour ma part, je comptais même assister à l'un de ses concerts tout prochainement, à Vénissieux ... Enfin ... Son oeuvre, quant à elle restera immortelle chez chaque personne qui sait apprécier ce que j'appellerai volontiers la "bonne musique", c'est tt de même réconfortant ... << Rimitti s'en est retournée définitivement dans ses jardins de "nouars" >>, titrait même ce matin un quotidien algérien ... Une autre phrase, en guise de conclusion d'un autre article relatant l'évènement : << Celle qui ne cessait de dire que «celui qui ne cède pas à la passion est semblable à une bête de somme» doit être auprès de son bien-aimé et, telle une nymphe, cueillir les fleurs dans les jardins éternels ... >>



Modifié 2 fois. Dernière modification le 17/05/06 19:52 par fahd1253.
 
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X