est ce que c'est autorisé dans ce cas précis??
salam a"lekoum wa rahmatoullah wa barakatouh mes soeurs,,

voila jai un petit soucis qui me trotte a la tête rien de grave hamdoulaih mais quand meme ça peut faire toute la difference, je suis une passionnée de danse de toutes sortes et notamment en danse orientale, jsuis une fille tres assidue dans sa pratique depuis ces derniers mois afin de me perfectionner voila le hic est qu apres mon accouchement jai pas repris les cours ,, jai arreté les démos filmées, je fais seulement du sport
comme je suis repentie je veux plus commettre de choses contraires au dine, je sais que la musique est prohibée
le soucis est que de temps en temps jaime bien faire ça dans le cadre de mon mariage ,,jen ai parlé à une soeur mashallah elle ma beaucoup ecoutée et soutenue, en me disant que cetait permis lorsque cest fait pour seduire son mari mais comme je suis une fille qui a toujours beaucoup de doutes je voulais avoir des sources de tout ça confused smiley
la danse est une passion pour moi et sa me ferait plaisir de continuer dans un cadre halel mais si plusieurs avis disent que cest interdit meme pour chez soi je devrais arreter ou danser ac des percussions seules sans autres instruments (danses ac sagattes ou tambour mais faudrait que je trouve des morceaux comme ça O_o

voila chokrane pour vos avis avec sources jazakoum llahou kheyran
salam,

elle décède en dansant smiling smiley



« La complaisance fait des amis, la franchise engendre la haine. »
« Tout le monde aime la flatterie, chacun se méfie de la franchise. »
« L’honnêteté est une folle qui s’aliène ceux qu’elle sert. »
salam oukhty
jazaky llah kheyr pour la video mais je voudrais des avis bien précis ac sources à l'écrit si possible et non pas sur la femme qui danse devant les etrangers (le cas de la video cest une fille qui dansait devant des musicien l hemdoulai sa a jamais été mon cas)

cest pour savoir si cest permis ac les percussions (sans instruments prohibés)
+ dans le cadre marital
parce que la danse en elle meme n est pas interdite wa allah ouahlem


d autres avis svp??



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09/05/12 14:01 par minaa_.
As salm Allahi 'aleyki,

Ma chere Minaa,

Voici un lien qui résumé une réponse de l'honorable cheikh al Albany (RahimahuLah) à la question que tu te pose!

[www.salafs.com]

La réponse se situe dans le premier paragraphe!

Sache ma chere Minaa, que tt ce qui peut plaire a ton mari est autorisé SI il n'y aucun texte l'interdisant!
C'est la regle de base en islam pour les choses de cette douniya, l'autorisation prime s'il n'y pas pas d'interdiction.

"La danse est une pasion pour moi",
Non minaa, la passion (chahawat) est mauvaise en islam. Car elles peuvent détourner du rappel d'Allah.
Dans la sourate an naziate, Allah tabara wa ta'ala, dit !
"Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion
le paradis sera son refuge".



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09/05/12 14:31 par lam2verre.
salam,

je sais mais je voulasi te faire peur smiling smiley

Question : Nous savons que l'on interdit la danse d'une femme devant son mari et de même sa danse avec des femmes, et la dabka [1] d'hommes, mais quelle est la preuve pour cela ? Pouvez-vous nous en donner, qu’Allah vous récompense.



Réponse : Cette question consiste en trois parties :



Premièrement: une femme dansant devant son mari

Deuxièmement : une femme dansant devant d'autres femmes

Troisièmement : la dabka exécutée par des hommes



Quant à la première partie, qui est la danse d'une femme devant son mari. Si sa danse est naturelle et pas professionnelle – c’est à dire qu’elle n’a pas appris à danser, comme c’est la mode à cette époque- même si elle excite les désirs de l'homme, il n'y a aucun texte qui interdise cela. Mais, à condition que cela se passe entre elle et son mari seulement. Quant au cas où elle a appris à danser et applique les principes de danse moderne, alors ce n'est pas permis. Ceci parce que je crois que si elle le fait devant son mari, alors elle le fera aussi sûrement devant d'autres hommes en dehors de son mari.



Quant à sa danse devant d'autres femmes, alors je dis aussi que si son objectif dans sa danse est de danser ce style moderne de danse, il est clair que ce n'est pas permis. Et s'il est dit : « quelle est la preuve pour ce que vous avez exposé ? » Je dis :



La modération dans les choses est très rare; il y a excès ou négligence. Ceci est particulièrement le cas avec les gens qui ont vécu une longue période dans un certain égarement. Puis, quand il leur devient claire que cette chose était un égarement et que la religion la rejette, ils s'en détournent et en présentent en place, une réaction sévère.



C'est ce qui nous est arrivé à cette époque, en ce qui concerne la question d'exiger la preuve en place du suivi aveugle. Les musulmans, communs et autres, ont vécu de longues générations en ne connaissant rien d’autre que le madhab d’untel et le madhab d’untel - quatre madhab, les madhahib d'Ahl-us-Sunna wal-Jama'a. Sans mentionner les autres madhahib, ceux qui ont dévié de la Sunna et de la Jama'a. Quant au fait de revenir à ce qu'Allah et Son messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) ont dit, pour prouver (ce que l’on dit), cela est seulement trouvé dans les générations qui ont reçu le témoignage de leur excellence. Puis ceci a pris fin jusqu’à l’époque d'Ibn Taimiya et de ses étudiants qui lui étaient dévoués. Donc, ils ont informé les musulmans de l'obligation de revenir à ce sur quoi était les premiers Salaf (prédécesseurs), comme revenir au Qur'an et à la Sunna pour la preuve.



Il n'y a aucun doute que l'appel d'Ibn Taimiya et de ses étudiants a eu un effet positif. Cependant, sa portée était très faible pendant son époque et l’impassibilité intellectuelle (c'est-à-dire ne pas réfléchir sur les preuves) est revenue et a dominé parmi les gens (de science), sans parler des gens communs.



Puis ont suivi des générations pendant lesquelles ce réveil que Shaikh-ul-Islam Ibn Taimiya a enflammé s'est éteint. Et les musulmans sont revenus à leur indifférence de compréhension (c'est-à-dire des preuves), jusqu'à ce jour et une période brève avant cela, car beaucoup de savants se sont chargés de la reprise de la da'wa, en raison du besoin de revenir au Qur'an et à la Sunna. Ils ont été précédés en cela par shaikh Muhammad Ibn 'Abd-il-Wahhab, qui en réalité, a appelé au suivi du Qur'an et de la Sunna. Mais étant donné les terres des Arabes du Najd où vivait shaikh Muhammad et le paganisme présent dans leurs pays, son plus grand effort a été de montrer l’importance du tawhid.



Et comme il est naturel, à mon avis, que la capacité de l’homme soit limitée, il n'était pas capable mener sa guerre sur chaque front, comme ils disent. Ainsi, à cause de cela, tous ses efforts ont été dirigés vers la diffusion de l'appel du tawhid et la guerre contre le paganisme et l'idolâtrie. Et il a reçu tout le succès et son appel splendide a été étendu partout dans le monde islamique par la suite. Et ce bien que, malheureusement, il y eut des conflits entre lui et ses opposants. Mais c'est la Sunna (la Voie) d'Allah en ce qui concerne Sa création. Et vous ne trouverez pas de changement dans la Sunna (la Voie) d'Allah.



Cependant, de nos jours, les savants ont renouvelé leur appel au Livre et à la Sunna et ainsi beaucoup des gens communs et d’autres dans les pays arabes se sont réveillés de nouveau. Quant aux pays non-arabes, malheureusement ils sont toujours dans un état de sommeil.



Ces pays arabes ont été éprouvés par un renversement, qui est ce que j'ai indiqué précédemment, au point que certains d'entre eux ne s'arrêtent pas au point moyen de modération. Au lieu de cela, ils connaissent une chose et ignorent autre chose. Donc vous verrez l'homme commun qui ne comprend rien, quand il interroge un savant sur un sujet : « Quel est jugement ? », même si la réponse est un démenti et une négation, il commence par sa demande : « Quelle est la preuve ? »



Et parfois que le savant n'est pas capable d'établir la preuve, particulièrement si la preuve est déduite et adoptée par la recherche approfondie et n'est pas exposée dans un texte spécifique dans le Qur'an et la Sunna. Ainsi, dans les questions de cette nature, il n'est pas approprié à la personne qui interroge d’aller profondément et de dire : « Quelle est la preuve ? » Et il est exigé que la personne qui pose des questions se connaisse. Est-il parmi les gens qui comprennent les preuves ou non ? A-t-il une part dans la connaissance du général ('am), du spécifique (khas), du sans restriction (mutlaq) et du limité (muqayad), de l'abrogeant (nasikh) et de l'abrogé (mansukh). Ainsi, si la personne ne comprend aucune de ces choses, il n’obtient aucun bénéfice de la parole: « Quelle est la preuve »?! Pour quoi ?! - Pour le jugement sur une femme dansant devant son mari ou devant sa sœur musulmane, si cela est permis ou interdit! Et la dabka d'hommes! Il veut la preuve pour cela! Mais en réalité, il n'y a aucune preuve textuelle du messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) sur cette question. Il y a seulement des recherches, la déduction et l'acquisition de la compréhension pour cela.



C’est pourquoi, nous disons certaines fois : Toute question n’a pas de preuve explicite qui puisse être présentée en détail, que chaque musulman peut comprendre, qu’il soit une personne illettrée ou un étudiant en science. Mais ce n'est pas pour toutes les questions. C'est pourquoi Allah, le Très-Haut, dit : « demandez aux gens de science si vous ne savez pas. »



Parmi l'extrémisme que nous avons précédemment indiqué - et en raison de cela, les plus ignorant des gens ont commencé à refuser la preuve - est que beaucoup de ceux qui s'attribuent au Livre et à la Sunna croient que le savant, lorsqu’on l’interroge sur une question, doit obligatoirement lier « Allah a dit et Son messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit » à sa réponse.



Je dis que ce n'est pas une obligation et que c’est parmi les bénéfices de l'appartenance à la méthodologie des Salaf As-Salih (des pieux prédécesseurs). Et en outre, leurs biographies et leur fatawa (verdicts religieux) sont une preuve en acte de ce que j'ai exposé. Basé sur cela, mentionner la preuve est obligatoire quand la situation le nécessite, cependant il ne lui est pas obligatoire, chaque fois qu’il est interrogé, de dire : « Allah dit ceci et ceci » ou « le messager d'Allah, (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit ceci et ceci. » Et ceci, particulièrement si les questions sont des questions détaillées et complexes de Fiqh dans lesquelles il y a des différences d'avis.



En outre, la Parole d'Allah : « Demandez aux gens de science si vous ne savez pas » est tout d'abord dans un sens non-restrictif, donc tout ce que vous devez faire est de demander à quelqu'un que vous vous sentez être parmi les gens de science. Et quand vous entendez sa réponse, alors à vous de le suivre, à moins que vous ayez un doute en raison de ce que vous avez reçu comme information d'un autre savant. Il n'y a aucun mal à ce que vous le lui mentionniez. Ainsi, à ce point, le savant doit faire un effort, avec la science qu’il a, pour lever ce doute présenté par la personne qui interroge.



En résumé : Qu’une femme danse devant son mari, avec la condition mentionnée précédemment, est permis. Quant à sa danse devant d'autres femmes, il a deux formes aussi, comme nous l’avons exposé auparavant. En ce qui concerne la danse de la femme devant son mari, si sa danse n’a rien de professionnelle, mais est plutôt un simple déplacement et agitation des mains, et qu’il n'y a aucun déhanchement ou ces autres sortes de choses qui excitent les désirs, alors il n'y a aussi aucun problème avec cette danse. S'il est correct d'appeler cela de la danse!



Mais si une de ces (mauvaises) choses mentionnées ci-dessus est trouvée, l'abstention est le principe de base. Quant à la dabka d'hommes, si cela est dans l'imitation des danses, que nous voyons normalement liées avec le chant, sans dire qu’on y prononce des mots qui ne sont pas de la religion, alors c'est lahu (passe-temps vain) et cela n'est pas encouragé. Plutôt il est encouragé de s’en écarter, comme le prophète (sallallaahu ' alayhi wa sallam) a dit : « Chaque lahu (passe-temps vain) dans lequel le fils d'Adam s'engage est un mensonge, sauf son jeu avec sa femme, son cheval, le tir à l'arc et l’apprentissage de la nage. » En raison de ce hadith, nous tenons l'avis que c'est un mensonge.



Ainsi si c'est la condition d’un pur passe-temps vain duquel nous sommes encouragés à nous abstenir et que ce n'est pas parmi les choses véridiques, alors nous disons que cela permis, tant que cela n'est pas accompagné avec quelque chose qui s'oppose à la religion. Cependant, c'est une permission qui doit être pesée par le hadith que j'ai mentionné précédemment.



Mais à mon avis, et Allah sait mieux que je n'ai été témoin d'aucun de ces dabka, il n'est pas possible que cela soit libre de toute opposition à la religion. Et ceci parce que, par exemple, nous avons parfois entendu les dabka et ce n'est pas seulement cela. Plutôt nous entendons avec cela, la musique, le mu'adhin faisant l'adhan et l'imam récitant le Qur'an à voix haute. Et ils ne se soucient de rien d'autre, mais au lieu de cela ils sont occupés par leur passe-temps vain. Donc, la dabka est parmi les passe-temps vains qui doivent être pesés et déterminés. Et nous ne disons pas que c'est haram (illicite) à moins que cela ne soit combiné avec quelque chose qui va contre la religion dans l’un des aspects, cela deviendrait alors sans un doute quelque chose de haram .





Notes de bas de page :


[1] Note du traducteur : une dabka en arabe est une danse dans laquelle les gens forment une ligne en se tenant les bras. La question concerne le fait que cette danse soit exécutée par un groupe d'hommes.





Article tiré du site al-manhaj.com

Source : Al-Asalah, n°8

Traducteur : Abu maryam

Traduit en français par les salafis de l’Est
Article précédent - Art



« La complaisance fait des amis, la franchise engendre la haine. »
« Tout le monde aime la flatterie, chacun se méfie de la franchise. »
« L’honnêteté est une folle qui s’aliène ceux qu’elle sert. »
personnellement, j'avais lu cet avis il y a même pas 3 jours et je ne suis pas trop d'accord avecle fait que ce soit interdit juste parceque c'est pro.... jtrouve que c'est n importe quoi, si on peut danser devant notre mari autant bien le faire smiling smiley ca n engage que moi....mais bon j'ai arrêté la danse que je faisais alors je ne suis plus concernée smiling smiley

qu'allah te facilite dans tes recherches.



« La complaisance fait des amis, la franchise engendre la haine. »
« Tout le monde aime la flatterie, chacun se méfie de la franchise. »
« L’honnêteté est une folle qui s’aliène ceux qu’elle sert. »
Citation
lam2verre a écrit:
As salm Allahi 'aleyki,

Ma chere Minaa,

Voici un lien qui résumé une réponse de l'honorable cheikh al Albany (RahimahuLah) à la question que tu te pose!

[www.salafs.com]

La réponse se situe dans le premier paragraphe!

Sache ma chere Minaa, que tt ce qui peut plaire a ton mari est autorisé SI il n'y aucun texte l'interdisant!
C'est la regle de base en islam pour les choses de cette douniya, l'autorisation prime s'il n'y pas pas d'interdiction.

ahleyki salam ma cherie

allah ykhalik daiman ferhana chere lam2verre, tu as des mots si reconfortant mashallah tu as bon coeur in love
jsuis pas trop calée reby ysmah lia mais j entend souvent que cheykh al 2albany est une reference donc jsuis vraiment contente que tu m'es trouvée cet avis venant de quelqu'un comme lui cest ce que je recherchais

sinn jsuis un ptit peu embetante ac mes questions je voulais savoir si cest autorisé ac la musique aussi?? ou si je devais seulement trouver une instru ac des percussions seules confused smiley

bisou ma chere lam2verre, jsuis tres touchee que tu m es comprise en m apportant une reponse adequate
Citation
divvana a écrit:
salam,

je sais mais je voulasi te faire peur smiling smiley

Question : Nous savons que l'on interdit la danse d'une femme devant son mari et de même sa danse avec des femmes, et la dabka [1] d'hommes, mais quelle est la preuve pour cela ? Pouvez-vous nous en donner, qu’Allah vous récompense.



Réponse : Cette question consiste en trois parties :



Premièrement: une femme dansant devant son mari

Deuxièmement : une femme dansant devant d'autres femmes

Troisièmement : la dabka exécutée par des hommes



Quant à la première partie, qui est la danse d'une femme devant son mari. Si sa danse est naturelle et pas professionnelle – c’est à dire qu’elle n’a pas appris à danser, comme c’est la mode à cette époque- même si elle excite les désirs de l'homme, il n'y a aucun texte qui interdise cela. Mais, à condition que cela se passe entre elle et son mari seulement. Quant au cas où elle a appris à danser et applique les principes de danse moderne, alors ce n'est pas permis. Ceci parce que je crois que si elle le fait devant son mari, alors elle le fera aussi sûrement devant d'autres hommes en dehors de son mari.



Quant à sa danse devant d'autres femmes, alors je dis aussi que si son objectif dans sa danse est de danser ce style moderne de danse, il est clair que ce n'est pas permis. Et s'il est dit : « quelle est la preuve pour ce que vous avez exposé ? » Je dis :



La modération dans les choses est très rare; il y a excès ou négligence. Ceci est particulièrement le cas avec les gens qui ont vécu une longue période dans un certain égarement. Puis, quand il leur devient claire que cette chose était un égarement et que la religion la rejette, ils s'en détournent et en présentent en place, une réaction sévère.



C'est ce qui nous est arrivé à cette époque, en ce qui concerne la question d'exiger la preuve en place du suivi aveugle. Les musulmans, communs et autres, ont vécu de longues générations en ne connaissant rien d’autre que le madhab d’untel et le madhab d’untel - quatre madhab, les madhahib d'Ahl-us-Sunna wal-Jama'a. Sans mentionner les autres madhahib, ceux qui ont dévié de la Sunna et de la Jama'a. Quant au fait de revenir à ce qu'Allah et Son messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) ont dit, pour prouver (ce que l’on dit), cela est seulement trouvé dans les générations qui ont reçu le témoignage de leur excellence. Puis ceci a pris fin jusqu’à l’époque d'Ibn Taimiya et de ses étudiants qui lui étaient dévoués. Donc, ils ont informé les musulmans de l'obligation de revenir à ce sur quoi était les premiers Salaf (prédécesseurs), comme revenir au Qur'an et à la Sunna pour la preuve.



Il n'y a aucun doute que l'appel d'Ibn Taimiya et de ses étudiants a eu un effet positif. Cependant, sa portée était très faible pendant son époque et l’impassibilité intellectuelle (c'est-à-dire ne pas réfléchir sur les preuves) est revenue et a dominé parmi les gens (de science), sans parler des gens communs.



Puis ont suivi des générations pendant lesquelles ce réveil que Shaikh-ul-Islam Ibn Taimiya a enflammé s'est éteint. Et les musulmans sont revenus à leur indifférence de compréhension (c'est-à-dire des preuves), jusqu'à ce jour et une période brève avant cela, car beaucoup de savants se sont chargés de la reprise de la da'wa, en raison du besoin de revenir au Qur'an et à la Sunna. Ils ont été précédés en cela par shaikh Muhammad Ibn 'Abd-il-Wahhab, qui en réalité, a appelé au suivi du Qur'an et de la Sunna. Mais étant donné les terres des Arabes du Najd où vivait shaikh Muhammad et le paganisme présent dans leurs pays, son plus grand effort a été de montrer l’importance du tawhid.



Et comme il est naturel, à mon avis, que la capacité de l’homme soit limitée, il n'était pas capable mener sa guerre sur chaque front, comme ils disent. Ainsi, à cause de cela, tous ses efforts ont été dirigés vers la diffusion de l'appel du tawhid et la guerre contre le paganisme et l'idolâtrie. Et il a reçu tout le succès et son appel splendide a été étendu partout dans le monde islamique par la suite. Et ce bien que, malheureusement, il y eut des conflits entre lui et ses opposants. Mais c'est la Sunna (la Voie) d'Allah en ce qui concerne Sa création. Et vous ne trouverez pas de changement dans la Sunna (la Voie) d'Allah.



Cependant, de nos jours, les savants ont renouvelé leur appel au Livre et à la Sunna et ainsi beaucoup des gens communs et d’autres dans les pays arabes se sont réveillés de nouveau. Quant aux pays non-arabes, malheureusement ils sont toujours dans un état de sommeil.



Ces pays arabes ont été éprouvés par un renversement, qui est ce que j'ai indiqué précédemment, au point que certains d'entre eux ne s'arrêtent pas au point moyen de modération. Au lieu de cela, ils connaissent une chose et ignorent autre chose. Donc vous verrez l'homme commun qui ne comprend rien, quand il interroge un savant sur un sujet : « Quel est jugement ? », même si la réponse est un démenti et une négation, il commence par sa demande : « Quelle est la preuve ? »



Et parfois que le savant n'est pas capable d'établir la preuve, particulièrement si la preuve est déduite et adoptée par la recherche approfondie et n'est pas exposée dans un texte spécifique dans le Qur'an et la Sunna. Ainsi, dans les questions de cette nature, il n'est pas approprié à la personne qui interroge d’aller profondément et de dire : « Quelle est la preuve ? » Et il est exigé que la personne qui pose des questions se connaisse. Est-il parmi les gens qui comprennent les preuves ou non ? A-t-il une part dans la connaissance du général ('am), du spécifique (khas), du sans restriction (mutlaq) et du limité (muqayad), de l'abrogeant (nasikh) et de l'abrogé (mansukh). Ainsi, si la personne ne comprend aucune de ces choses, il n’obtient aucun bénéfice de la parole: « Quelle est la preuve »?! Pour quoi ?! - Pour le jugement sur une femme dansant devant son mari ou devant sa sœur musulmane, si cela est permis ou interdit! Et la dabka d'hommes! Il veut la preuve pour cela! Mais en réalité, il n'y a aucune preuve textuelle du messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) sur cette question. Il y a seulement des recherches, la déduction et l'acquisition de la compréhension pour cela.



C’est pourquoi, nous disons certaines fois : Toute question n’a pas de preuve explicite qui puisse être présentée en détail, que chaque musulman peut comprendre, qu’il soit une personne illettrée ou un étudiant en science. Mais ce n'est pas pour toutes les questions. C'est pourquoi Allah, le Très-Haut, dit : « demandez aux gens de science si vous ne savez pas. »



Parmi l'extrémisme que nous avons précédemment indiqué - et en raison de cela, les plus ignorant des gens ont commencé à refuser la preuve - est que beaucoup de ceux qui s'attribuent au Livre et à la Sunna croient que le savant, lorsqu’on l’interroge sur une question, doit obligatoirement lier « Allah a dit et Son messager (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit » à sa réponse.



Je dis que ce n'est pas une obligation et que c’est parmi les bénéfices de l'appartenance à la méthodologie des Salaf As-Salih (des pieux prédécesseurs). Et en outre, leurs biographies et leur fatawa (verdicts religieux) sont une preuve en acte de ce que j'ai exposé. Basé sur cela, mentionner la preuve est obligatoire quand la situation le nécessite, cependant il ne lui est pas obligatoire, chaque fois qu’il est interrogé, de dire : « Allah dit ceci et ceci » ou « le messager d'Allah, (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit ceci et ceci. » Et ceci, particulièrement si les questions sont des questions détaillées et complexes de Fiqh dans lesquelles il y a des différences d'avis.


yam

Traduit en français par les salafis de l’Est
Article précédent - Art

tu voulais me faire peur??O_o j avais bien dit que cetait juste pour mon homme mais bon mahliche cette video peut toujours servir chaque rappel profite au croyant
voila sinn a mon avis le fait que la danse pro n est pas permise cest surtout par rapport aux spectacle que sa implique lorsqu on a l h'abitude de danser a l ecole mais si on en fait pas normalement ya pas de soucis wa allahou ahlem oukhty
Allah ilkhalik ya habibti minaa!!!!

Les instruments de musiques sont interdits en islam :
Notre bien aimée Muhammed, sala Allahi 'aleyhi wa salem a dit.
"Il y aura parmi ma "oummah" (communauté) des gens qui considéreront le vin, le porc, la soie (pour les hommes) et les instruments de musique ("ma'âzif"winking smiley comme étant licites." (Boukhâri)

Quand à la parole d'Allah dans le qur'an :
"Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant."
Selon de nombreux Compagnons (radhia allâhou anhoum), le terme "plaisant discours" employé par Allah concerne la musique et les chants. Tel est notamment le commentaire rapporté de Ibné Mas'oud (radhia allâhou anhou) (Moussannaf Ibné Aby Chaybah, Hâkim, Bayhaqi) et de Ibné Abbâs (radhia allâhou anhou) (Bayhaqi)


Mais le duff reste autorisé!


Hbiba, je suis fière de toi!!!!!!!!!!!!!!!
@lam2verre, je viens de voir ton édition tu as raison ma cherie
depuis que jai accouché jai laissé tombé ce qui etait pour moi une passion sa me frustre un peu de ne plus pouvoir le faire reby ysmahlia mais je prefere sa pour avoir la satisfaction d'allah haza wa jal
le seul hic cest que je continue de le faire pour mon mari l hemdoulai cest pas une passion cest dans un contexte bien precis
Wallahi minaa, Allah m'en ai témoin, que tu va te défaire de ces choses petit a petit, le coran remplacera la musique et quel parole que celle du Kur'an, la meilleur des paroles!

Tes levres prononceront la parole d'Allah naturellemnt car la musique sera qu'un vieux souvenir!!!!

Ta principale péroccupation sera la satisfaction d'Allah...
Citation
lam2verre a écrit:
Allah ilkhalik ya habibti minaa!!!!

Les instruments de musiques sont interdits en islam :
Notre bien aimée Muhammed, sala Allahi 'aleyhi wa salem a dit.
"Il y aura parmi ma "oummah" (communauté) des gens qui considéreront le vin, le porc, la soie (pour les hommes) et les instruments de musique ("ma'âzif"winking smiley comme étant licites." (Boukhâri)

Quand à la parole d'Allah dans le qur'an :
"Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant."
Selon de nombreux Compagnons (radhia allâhou anhoum), le terme "plaisant discours" employé par Allah concerne la musique et les chants. Tel est notamment le commentaire rapporté de Ibné Mas'oud (radhia allâhou anhou) (Moussannaf Ibné Aby Chaybah, Hâkim, Bayhaqi) et de Ibné Abbâs (radhia allâhou anhou) (Bayhaqi)


Mais le duff reste autorisé!


Hbiba, je suis fière de toi!!!!!!!!!!!!!!!

amiiine wa leyki ma cherie yawning smiley
jsuis tres contente d avoir crée ce post sa me rongeait bcp comme tu as pu le voir pendant nos discussions en tout cas mashallah tu es tres calee en "3ilm allah yzidek ktar
le douff est un instrument primordial en danse orientale donc sans sa j aurai pas pu danser l hemdoulai jsuis ravie

cest adorable tu es si gentille jespere de tout mon coeur qu allah te comble de bonheur fy dounia w fel 2akhira
jsuis fiere des musulmanes comme toi sa m encourage a etre meilleure et pour nous toutes allah yhdi l jami3 l moslimine
Citation
lam2verre a écrit:
Wallahi minaa, Allah m'en ai témoin, que tu va te défaire de ces choses petit a petit, le coran remplacera la musique et quel parole que celle du Kur'an, la meilleur des paroles!

Tes levres prononceront la parole d'Allah naturellemnt car la musique sera qu'un vieux souvenir!!!!

Ta principale péroccupation sera la satisfaction d'Allah...

amiiiiiiine, ça serait l 'ideal !!
tu mas faite pleurer hbiba tes mots sont si doux qu allah te protège mon coeur est plus apaisé dorénavant
thilla f rassk akhayty elf milioune boussa yawning smiley



Modifié 1 fois. Dernière modification le 09/05/12 15:11 par minaa_.
"Allahouma ina as alouka 'ilmen nafi'en, wa rizken tayiben, wa 'amalen moutaqabalen. Amin"

Hta ntina hbiba thala fi rassek wa fi ahlika:

Elf million boussawinking smiley
yawning smileyyawning smiley
Citation
lam2verre a écrit:
"Allahouma ina as alouka 'ilmen nafi'en, wa rizken tayiben, wa 'amalen moutaqabalen. Amin"

Hta ntina hbiba thala fi rassek wa fi ahlika:

Elf million boussawinking smiley
yawning smileyyawning smiley

<3<3<3 yawning smiley nchallah
Salam ma petite Minaa,

Ce que tu fais pour ton mari est ce qu'on appelle "la sorcellerie Halal", tu l'envoûtes par tes charmes et ton talent. L'islam encourage le jeu entre les époux, ton mari est un chanceux.

J'aimerais seulement rebondir sur ceci :

Quant à la première partie, qui est la danse d'une femme devant son mari. Si sa danse est naturelle et pas professionnelle – c’est à dire qu’elle n’a pas appris à danser, comme c’est la mode à cette époque- même si elle excite les désirs de l'homme, il n'y a aucun texte qui interdise cela. Mais, à condition que cela se passe entre elle et son mari seulement. Quant au cas où elle a appris à danser et applique les principes de danse moderne, alors ce n'est pas permis.

En résumé : Qu’une femme danse devant son mari, avec la condition mentionnée précédemment, est permis. Quant à sa danse devant d'autres femmes, il a deux formes aussi, comme nous l’avons exposé auparavant. En ce qui concerne la danse de la femme devant son mari, si sa danse n’a rien de professionnelle, mais est plutôt un simple déplacement et agitation des mains, et qu’il n'y a aucun déhanchement ou ces autres sortes de choses qui excitent les désirs, alors il n'y a aussi aucun problème avec cette danse. S'il est correct d'appeler cela de la danse!


Je dirais que la danse sans déhanchement ou autres mouvements qui excitent les désirs c'est un peu moyen, je n'en vois pas l'intérêt.



Moi c'est Khatchi Louisa gui La cOuizine Dihya06, est chez l'IstiticiEnne pour s'ipili les Zyou
Horaires de prières Saint Coran
Facebook