News Forum MediaTic Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
bonnes actions a faire pour une personne décédée
selon le coran qu'est ce qu'on peut faire comme bonnes actions au profit d'une personne qui n'est plus là
je précise que cette personne était un bon musulman qui a été à la mecque 2 fios
Bismillah r-rahmani r-rahim
Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh


Salam ma soeur,


Moi personnellement, pour ma mère ainsi qu'à ma fille qu'Allah swt les ai en sainte miséricorde Amine, je fais des sadakas soit à la mosqué, soit à des personnes malades, des gens dans le besoin, à chaque fois que je finis ma prière je récite la sourate 112 Al-Ikhlas 11 fois en précisant que c'est pour un tel ainsi que les moumimine et mouminette, en faite c'est surtout l'intention qui compte ma soeur.

Voilà en tout cas comment je procède



Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh


Ouahiba



"Ach-hadou an-lâ ilâha il lal lâhou wa ach hadou anna Mouhammadan abdouhou wa rasoûlouhou"
Salam alikoum

Comme t'a répondu la soeur Ouahiba il faut faire des sadakates, et surtout des douas tels que elmaghfira et elrahma (le pardon et la miséricorde) quant à moi pour mon père Allah irhamou je lui lis ce que je peux du Saint Qur'an et notamment après chaque salat surat elikhlass (QUL HOUA ALLAHOU AHAD...)° Cela étant j'ai lu dans plusieurs livres et dans différentes réponses de sheikhs dans des sites islamiques tels que islamway.com que lire le Qur'an pour un défunt est une bidaa que le prophète sala Allahou aalayhi oua salam et ses compagnons n'avaient jamais fait de même que célébrer le 40 ème jours en faisant une sadaka à la maison par exemple et en ramenant des lecteurs du saint Qur'an alors comment réagir face à cela surtout quant il nous tient à coeur de continuer à faire des hasanates pour nos proches partis chez notre Créateur simplement en lisant son Livre révélé?????
Salamo aleikom Sherazade

J'ai posé cette question a un savant un jordanie il n'y a pas longtemps.
Le prophete a permis de payer pour un defunt ses dettes, de jeuner le nombre de jours qu'elle devait rattraper avant sa mort, de faire le grand pelerinage, de faire beaucoup d'invocation et il a conseillé (le prophete) de visiter ses amis pour elle.
Je vais verifier si ma reponse est complete et te renvoyer ce qu'il manque, s'il manque quelque chose.

Salamo aleikom
merci pour vos réponse
en fait c'est pour mon père il est entérré au maroc et cette année j'aimerai avec ma mère et mes frères et soeurs faire une sadaka pour la mosquée du petit village où il est né
je sais que pour qu'une sadaka soit valable, il faut certaines conditions : les connaissez vous?
salam
la sadaka doit se faire aux benefices des personnes dans le besoin
faire une sadaka avec les voisins et la famille n'est pas une sadaka en revanche faire un repas(ex couscous) pour les nécessiteux ( personnes dans le besoin, sdf etc..) ca c'est une sadaka et de plus avoir l'intention de...

je sais si c clair ce que g ecris



"Avant de montrer du doigt le brin de paille que ton voisin a dans l'oeil, préoccupes toi de la poutre qui se trouve dans le tien"
c'est trés clair

je sais qu'il vaut mieux aider les pauvres et d'ailleurs c'est ce que je compte faire
alors c la seule contrainte que je connaisse ma soeur cool



"Avant de montrer du doigt le brin de paille que ton voisin a dans l'oeil, préoccupes toi de la poutre qui se trouve dans le tien"
Après la mort 3 choses peuvent encore se compter dans les hassanates du défunt:
1/ SADAKA JARIA: c à dire un bien laissé par le défunt comme un puits ou une mosquée ou un wa9f
2/ 3ILMON YONTAFA3O BIH: Il a appris le coran à des gens ou un travail à quelqu'un ou hadiths
3/ WALADON SALEH YAD3O LAH: un fils ou ou une fille qui prie pour lui.
Donc akhi, la sadaka que tu vas faire toi et ta famille, c toi et ta propre famille qui profitera des hassanates et pour ton défunt père PRIE PRIE ET PRIE
salam aleykoum comment fait on un sadaka pour un mort invocations
??
salam aleikoum, pour vos proches décédés faites des dou3a,des sadakas, et soyez gentille avec les amis qu'ils avaient
Les meilleures actions à offrir au défunt



Ibn Al-Qayyim a dit : « Les meilleurs actions sont celles qui lui sont les plus utiles. De fait, affranchir un esclave et faire l'aumône sont par exemple meilleurs que de jeûner pour lui. Cela étant, la meilleure aumône est celle qui répond à un besoin constant chez celui à qui on l'offre. C'est dans ce sens que le Prophète a dit :

« La meilleure aumône consiste à offrir de l'eau à boire »,
et ce dans un lieu où l'eau est rare de sorte que les gens souffrent de la soif.

Quant à offrir à boire là où les sources et les rivières sont abondantes, cela n'est point meilleur que d'offrir à manger à ceux qui en ont besoin. De même que l'invocation sincère de Dieu et l'imploration de Son pardon avec humilité lors de la prière mortuaire sont des pratiques qui surpassent l'aumône offerte à l'intention du mort. Somme toute, l'affranchissement d'un esclave, l'aumône, l'invocation, l'imploration du pardon et l'accomplissement du pèlerinage pour le mort sont les meilleurs actes à offrir à l'intention du défunt. »
actes d'autrui dont bénéficie le défunt, nous les exposerons comme suit :



Invoquer Dieu et implorer Son Pardon pour le défunt

C’est un acte qui fait l'unanimité des légistes, conformément au propos de Dieu Tout Puissant :

« Ceux qui sont venus après eux disent: Seigneur, pardonne-nous ainsi qu'à nos frères qui nous ont précédés dans la foi et fais que nos cœurs n'aient jamais de haine envers les croyants. Seigneur, Tu es Tout Compatissant et Tout Miséricordieux »
[ Sourate 59 - Verset 10 ]

A ce sujet, nous avons déjà évoqué le propos du Prophète :

« Si vous procédez à la prière mortuaire, invoquez sincèrement Dieu pour le défunt ».

De même que, parmi les invocations du Prophète , on retient :

« Seigneur, pardonne-nous tous, les vivants comme les morts ».

Tout comme les Pieux Anciens, les Successeurs n'ont eu de cesse d'invoquer Dieu pour les morts, L'implorant de leur accorder Miséricorde et Pardon, sans que personne ait jamais dénoncé cette pratique.



Faire l'aumône

An-Nawawî rapporte que les doctes sont unanimes à déclarer qu'une aumône peut être donnée à l'intention du défunt et que la récompense qui en découle lui parvient, qu'elle soit donnée par un enfant du défunt ou par quelqu'un d'autre. A ce propos, Ahmad, Muslim et d'autres traditionalistes, rapportent d'après Abû Hurayra qu'un homme dit au Prophète :

« Mon père est mort en ayant légué des biens mais sans testament, sera t-il expié si je donne une aumône à son intention? » et le Prophète , de lui répondre par la positive.

Al-Hasan rapporte que Sa'd Ibn 'Ubâda a dit :

« Lorsque ma mère décéda, je dis au Prophète :
"Ô Envoyé de Dieu ma mère est décédée, puis-je faire l'aumône à son intention ?"
- "Oui" répondit le Prophète.
- "Quelle aumône est la meilleure?" , m'enquis-je auprès de lui.
- "Offrir de l'eau à boire", me répondit-il.

Al-Hasan ajoute : « C'est ainsi que la famille de Sa'd s'occupa de la siqâya (d'offrir de l'eau à boire) à Médine. »
[ Rapporté par Ahmad, An-Nasâ'î et par d'autres traditionnistes. Cependant il est déconseillé de commencer à donner ladite aumône dans le cimetière, tout comme il est réprouvé de la donner pendant les funérailles.]



Jeûner

A ce sujet, Al-Bukhârî et Muslim rapportent d'après Ibn 'Abbas qu'un homme vint trouver le Prophète et lui dit :

« Ô Envoyé de Dieu, ma mère est morte ayant à charge le jeûne (obligatoire) d'un mois, puis-je l'accomplir pour elle ?

-"Si ta mère avait contracté une dette, aurais-tu remboursé cette dette", lui demanda le prophète ?

-"Certes", répondit l'homme.

-"Et bien ! Sache que la dette qu'elle a envers Dieu est plus digne d'être remboursée", lui dit le Prophète.»



Accomplir le pèlerinage

AI-Bukhârî rapporte d'après Ibn 'Abbâs qu'une femme de Juhayna vint trouver le Prophète et lui dit :

« Ma mère avait conçu le vœu d'accomplir son pèlerinage à La Mecque, mais elle est morte avant de s'en acquitter, puis-je le faire pour elle ?

-"Oui, fais-le pour elle", répondit le Prophète. " Vois-tu, si ta mère avait contracté une dette, l'aurais-tu remboursée pour elle ? Honorez vos dettes, car les dettes à l'égard de Dieu sont plus dignes d'être honorées".»



La prière

Ad-Dâraqutnî rapporte qu'un homme dit au Prophète : « Ô Envoyé de Dieu, j'avais un père et une mère envers lesquels j'étais bon de leur vivant; comment être bon envers eux après leur mort ?

" C'est être bon envers eux après leur mort que de prier à leur intention, et jeûner à leur intention ",
lui répondit le Prophète .»



La récitation du Coran

C'est le point de vue de la majorité des Sunnites. An-Nawawi dit : « La doctrine d’Ash-Shâfi 'î est que la récitation du Coran ne parvient pas au mort.

Cependant, Ahmad Ibn Hanbal et un groupe de partisans d'Ash-Shafi'i affirment le contraire. Il suffira seulement, disent-ils, que celui qui récite le Coran dise après avoir achevé sa récitation : « Seigneur, fais que la récompense qui découle de ma récitation aille à Untel.»

Dans « Al-Mughni », Ibn Qudama rapporte : « Ahmad Ibn Hanbal a dit : « Toute bonne œuvre parvient au défunt. Conformément aux textes rapportés à ce sujet.»

Ceux qui soutiennent que la condition de la récompense découlant de la récitation du Coran parvient au défunt posent la condition que celui qui le récite ne soit pas payé. S'il perçoit une quelconque rémunération pour sa récitation, lui et celui qui paye commettent un acte illicite et nulle récompense ne parvient alors au défunt.

A ce propos, Ahmad, At-Timidhi et Al-Bayhaqî rapportent d'après 'Abd Ar-Rahmân Ibn Shibl, que le Prophète a dit :

« Récitez le Coran et appliquez ses règles.
Ne vous en éloignez pas, n'exagérez pas et ne le prenez pas pour source de subsistance ou de richesse. »

Ibn AI-Qayyim a dit : « Les pratiques cultuelles sont de deux sortes : matérielles et physiques : or, en faisant parvenir au mort le bénéfice d'une aumône, le Législateur témoigne que le bénéfice de toutes les autres pratiques cultuelles matérielles parvient au défunt. De même, en lui faisant parvenir le bénéfice qui découle d'un jeûne, le Législateur témoigne que la récompense relative aux autres pratiques cultuelles physiques parvient au défunt. Mieux encore, si la récompense découlant des pratiques cultuelles du pèlerinage - lesquelles sont soit matérielles soit physiques - parvient au défunt, cela implique le bénéfice de toutes les autres pratiques cultuelles composées de physique et de matériel, parvient au mort. En somme, l'efficience des trois types de récompense est prouvée par les énoncés scripturaires et l'analogie. »



L'intention est nécessaire



Il est nécessaire de concevoir l'intention d'agir pour le défunt.

Ibn 'Aqil a dit: « Lorsque quelqu'un accomplit un acte d'adoration tels la prière, le jeûne, la récitation du Coran, et en offre la récompense à un défunt musulman, elle lui parvient et lui profite, à condition d'avoir, auparavant et pendant l'acte même, conçu l'intention d'offrir au défunt la récompense qui en découle.
je precise que la lecture du coran est a etudier parce que il serait peu etre pas bien de la faire,alors renseignez vous mieux, wa allah wahlem
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X