Bientot le proces de carlos!
Bientot le procés de Carlos dit aussi le Chacal ou Khalil.....Son procès se déroulera devant la cour d’assises spéciale de Paris du 7 novembre au 16 décembre 2011.

Pour les crédules qui ignore encore qui était carlos voici pour vous la plus compléte mais surtout la plus véritable biographie d'Illiche Ramirez qui avait pour nom de code Carlos ou Khalil.
Infame personnage pour les pleutres démocraties sionistes,héros sans pareil pour tous les résistants et pour certains vrais communistes latinos du bon vieux temps a la Ché guévara

Intimement pro Palestinien et viscéralement anti américain et israelien. Des hommes aussi audacieux et courageux que lui,se font tres rare de nos jours


Lisez....



lich Ramirez Sanchez est né à Caracas, l2e octobre 1949.Sa mère se nomme Maria Sanchez, originaire de San Cristobal, état de Táchira. Son père, aujourd’hui décédé, fut Altagracia Ramirez Navas (1914-2003), né à Michelena, état de Táchira.



De son père, marxiste-léniniste convaincu, il reçu sa formation idéologique et l’inspiration pour ce qui serait sa vie de combattant internationaliste. Ses deux frères cadets, Lenín et Vladimir, sont également né à Caracas en 1951 et 1958 respectivement. Ils reçurent tout trois l’instruction primaire a domicile pas des instituteurs particuliers marxistes.

Ensuite,Ilich et Lenín fréquentèrent le lycée Fermin Toro de Caracas ou ils obtinrent leur bac en 1966. En aout de cette même année, Ilich, sa mère et ses deux frères partirent pour Londres pour y suivre un cursus conçut par leur père afin de les familiariser avec les cultures du Royaume-Uni, de France et d’Allemagne pour qu’ils puissent rentrer au pays, postérieurement, avec le bagage culturel et idéologique qui leur permettrait avoir une incidence sur la réalité politique vénézuélienne. Ce programme fut cependant bouleversé quand, en septembre 1968, Ilich et Lenín obtinrent une bourse d’étude á traves le Parti Communiste du Venezuela (PCV) pour l’université Patrice Lumumba de Moscou dans ce qui était á l’époque l’URSS. Durant 2 années de formation académique, Ilich entra en contact avec des étudiants du monde entier et connu de prés les luttes armées anti-impérialistes qui se livraient dans leur différents pays et plus particulièrement, la lutte du peuple palestinien opprimés par l’état israélien et son mentor américain.

Finalement, á l’été 1970, après un désaccord avec les autorités soviétiques et certains cadres du PCV, Ilich est expulsé de la Lumumba. En juillet, il part pour le moyen orient afin d y rejoindre la lutte armée du peuple palestinien. Alors qu’il recevait l’instruction militaire des combattants du FPLP en Jordanie, il fut témoin des événements du « septembre noir »e t la répression des refugiés palestinien par les autorités jordaniennes. C’est à cette époque que son mentor, dans le FPLP, lui donna son nom de guerre «Carlos », traduction latine du prénom arabe « Khalil » (ami intime, confident).

En février 1971, Ilich retournes a Londres ou il exerça des activités d’intelligence pour le FPLP sous la couverture de la normalité de sa vie familiale. Il demeura avec ses frères et sa mère jusqu’en 1974, quand il parti a Paris. Sa famille rentra au Venezuela en 1975. Le 27 juin 1975, alors qu’il assistait a une fête avec d’autres vénézuéliens, dans un studio de la rue Toullier situés dans le Quartier Latin á Paris, trois policier français et un « indic » libanais (Michel Moukharbal) se présentèrent a la porte et demandèrent après lui. Apres une vive discussion et une série d’accusation portés par le libanais, une fusillade éclata et deux des policiers et Moukharbal périrent, le troisième policier fut gravement blessé. Ilich s’en sorti indemne.

Le matin du 26 décembre 1976, á la tête d’un commando, Ilich pris d’assaut le siège de l’OPEP á Vienne.Ils prirent en otages 62 personnes, entre les ministres des pays membres de cette organisation, le personnel administratif et les gardes de sécurité. L’opération avait pour objectifs d’attirer l attention de l’opinion internationale sur la cause palestinienne, dénoncer l’oppression israélienne et américaine ainsi que l’attitude complice des gouvernements d’Arabie Saoudite, des E.A.U, du Qatar et de L’Iran du Shah Reza Pahlevi. Apres un affrontement qui fit trois morts, le commando et ses otages s’envolèrent d’abord pour l’Algérie et finalement, après un périple par plusieurs pays du Maghreb, ils retournèrent en Algérie où, après avoir atteint ses objectifs, le commando mit fin a l’opération, libéra les otages et disparu pour réintégrer les files de la Resistance palestinienne. Suite au succès et á la portée médiatique de l’opération de Vienne, les medias créèrent le mythe d’Ilich, en le surnommant « le Chacal » afin de le dénigrer. Ils lui imputèrent plusieurs actions armées en défense de la cause palestinienne, entre elles, le détournement d’un avion d’Air France vers Entebbe, en Ouganda,Opération qui fut déjouée par l’intervention d’un commando israélien. Ilich ne faisait, de fait, pas partie de cette opération.

A partir de 1977, Ilich es ses collaborateurs internationaux participèrent activement et intensément a la guerre entre Orient et Occident, arabes et sionistes, opprimés et oppresseurs, au Moyen-Orient et en Europe, et avaient comme principaux ennemis, les services secrets israéliens et américains, ainsi que ceux de leurs alliés. A partir de 1990, après la chute du bloc de l’Est, et postérieurement, de l’Union Soviétique, Ilich restreint ses activités à la zone du Moyen-Orient. Sous la pression continue de l’Occident et d’Israël, leurs gouvernements alliés dans la région, fermèrent leur porte à Ilich. A la fin 1993, Ilich arrive au Soudan, pays qui lui offre asile et une aide non négligeable en ces temps difficiles. Cependant, la pression occidentale sur le régime soudanais fini par payer et Khartoum fini par accepter de livrer Ilich contre une aide matérielle et des informations d intelligence militaire destinée a permettre a ce gouvernement islamique d’ en finir avec les insurgés chrétiens qui menaient une lutte sanglante dans le sud du pays. Cette rébellion avait pourtant été entrainée et armée par ces mêmes occidentaux, afin de nuire au gouvernement soudanais, qui la sacrifièrent sans vergogne, établissant comme prioritaire, la capture de « Carlos ».
Cet ainsi que le 15 aout 1994, alors qu’il se remettait d’une opération chirurgicale, Ilich fut soumis par ses propres gardes du corps soudanais. Il fut emmené menotté et cagoulé vers l’aéroport de Khartoum ou il fut remis a des agents français qui l’emmenèrent, á bord d’un jet privé, en territoire français. Une fois arrivé á l’aéroport de Villacoublay, les autorités françaises lui notifièrent l’ordre national de capture á son encontre (document valable uniquement sur le territoire français). Ces faits furent reconnus publiquement par les autorités françaises de l’époque. Attendu qu’Ilich fut emmené de force en territoire français depuis le Soudan, sans qu’il n’y ai eu de demande d’extradition, ni qu’aucune des formalités existantes pour ce genre de cas n ai été remplie, il est ici question d’un enlèvement perpétré par les autorités françaises ce qui invalide complètement le procès judiciaire en cours en France et par conséquent justifie sa libération immédiate ainsi que son rapatriement au Venezuela, son pays d’origine ou ses droits fondamentaux seront garantis. Nous dénonçons les tortures physiques. Les agressions et les tentatives d’assassinat (par d’autres détenus sous l’influence des autorités françaises), la torture psychologique, la privation de sommeil et les conditions d’isolement total pendant 10 des 12 ans qu’Ilich á passé dans les geôles françaises, ainsi que d’autres traitements vexatoires qui violent les conventions internationales signés par la France et le Venezuela. Pour protester contre la continuelle violation des droits de l’homme à son encontre, Ilich entama une grève de la faim et de la soif pendant 20 jours en novembre 1998. Ni l’ambassade du Venezuela á Paris, ni le gouvernement vénézuélien de l’époque (Rafael Caldera) n’intervinrent. Seul, le leader du FPLP, le docteur Georges Habash, pu persuader Ilich de renoncer a cette grève de la faim qui le mena au bord de la mort.

En décembre 1997, Ilich fut condamné á perpétuité pour la mort des deux policiers français et de l’indicateur libanais en juillet 1975 á Paris. Il fut jugé devant la cours d’assise de Paris (institution d’origine napoléonienne) qui le condamna sans qu’il n’y ai de preuves concluante á son encontre, ni de témoins oculaires des faits. De plus, il doit affronter depuis, cinq autres affaires lui ayant été imputées ;Un attentat á la grenade au café « Le drugstore », á Paris, le 15 septembre 1974 ; l’explosion d’une bombe dans « le capitole » train effectuant le trajet Paris-Toulouse le 29 mars 1982 ; l’explosion de la voiture piégée de la rue Marbeuf a Paris, le 22 avril 1982 ; l’explosion d’une bombe dans le train Paris-Marseille á hauteur de Tain-l’Hermitage, le 31 décembre 1983 ainsi que l’explosion d’un autre bombe dans un autre train en gare de Marseille(Saint Charles), le même jour. Il est nécessaire de rappeler que jusqu'à cette date (mars 2007), le système judiciaire français s’est montré incapable de démontrer la responsabilité d’Ilich dans aucun de ces cinq attentats.L’affaire de l’attentat du « drugstore » demeure, en « stand by », dans les tiroirs du juge en charge de l’affaire, Jean-Louis Bruguière. Il s’agit pour les autorités judiciaires, de pouvoir le faire réapparaitre opportunément au cas où le gouvernement vénézuélien réclamerait le rapatriement d’Ilich en invoquant les traités signés entre les deux nations, et pouvoir ainsi prétexter qu’Ilich est encore pour acte de terrorisme.

Les 4 autres causes on été regroupées en une seule sans qu’elle ne puisse aboutir vraisemblablement sur une condamnation d’Ilich. Finalement, le 5 janvier 2006, Ilich a été transféré de la prison de la Santé à Paris, a celle de Clairvaux, distante de 260km (une journée de voyage) de Paris. Cette manœuvre des autorités judiciaires française a pour but l’isolement de fait, d’Ilich, car sa défense (ad-honorem) ne dispose pas des ressources financière pour couvrir les frais de ces déplacements. Pour ce qui est des fonctionnaires de l’ambassade du Venezuela á Paris, leur dernière visite remonte à novembre 2006 quand ils lui consacrèrent 40 minutes a peine. Il est urgent qu’Ilich soit transféré a la prison de la Santé, á Paris afin qu’il puisse jouir de son droit á bénéficier d’une défense effective et pouvoir se réunir avec ses avocats. A Clairvaux, Ilich n’a pas accès a la copie de son dossier ce qui le met dans un état de vulnérabilité devant la partialité du système judiciaire français.




Nech zie Al hoceima.........Tamassint*
Le bon vieux temps. C'est fini tout ca maintenant. Ses amis sont entrain de disparaitre l'un apres
l'autre.
finek a rojola whistling smiley

Clairvaux est une des plus dures maison d'arret de France en plus qui regroupent que les grosses peines,

nous verrons la suite inchallah, je reste pessimiste et ne crois pas en cette justice



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
un barbouze qui se vendait au plus offrant aprés avoir été instrumentalisé par le kgb.
sur le sol francais, on peut lui reconnaire plusieurs oeuvres:
dans le train Capitole Paris-Toulouse le 29 mars 1982 (5 morts, 77 blessés), une voiture piégée devant les locaux devant le siège du journal Al-Watan al-Arabi le 22 avril 1982 rue Marbeuf à Paris (un mort, 63 blessés), dans le TGV près de Tain-l'Hermitage et à la gare Saint-Charles de Marseille le 31 décembre 1983 (5 morts et 50 blessés).
pas de doute, il a fait avancer la cause.
qu'il reste en taule. dehors, il seraitn encore capable de faire de la provoc.
aller à lannemezan pour soutenir Georges Ibrahim Abdallah, ok. (mais il y rarement plus d'une cinquantaine de personne). mais carlos.....
Le recours à la force pour répondre à graves problèmes politiques, économiques et sociaux est une question ancienne. En Amérique latine, est née la «théologie - chrétienne - de la libération» mais aussi «la théologie - islamique - de la libération". Certains ont suivi des voies pacifiques pour changer la situation politique et économique, d’autres ont choisi la révolte armée. Certains ont été obligés à la lutte armée pour protéger leurs vies et celles des leurs familles. Il y avait même des prêtres chrétiens qui ont utilisé les armes pour protéger le peuple….
Quant à Carlos, à mon avis, n’est pas un révolutionnaire, il est un terroriste qui a tué de nombreux innocents.
la violence, quand elle est l'expression de la revolte populaire, est légitime. mais à 4/5 illuminés, se croire le bras armé d'une communauté ou "du peuple", c'est de la folie.
Citation
coldman a écrit:
un barbouze qui se vendait au plus offrant aprés avoir été instrumentalisé par le kgb.
sur le sol francais, on peut lui reconnaire plusieurs oeuvres:
dans le train Capitole Paris-Toulouse le 29 mars 1982 (5 morts, 77 blessés), une voiture piégée devant les locaux devant le siège du journal Al-Watan al-Arabi le 22 avril 1982 rue Marbeuf à Paris (un mort, 63 blessés), dans le TGV près de Tain-l'Hermitage et à la gare Saint-Charles de Marseille le 31 décembre 1983 (5 morts et 50 blessés).
pas de doute, il a fait avancer la cause.
qu'il reste en taule. dehors, il seraitn encore capable de faire de la provoc.
aller à lannemezan pour soutenir Georges Ibrahim Abdallah, ok. (mais il y rarement plus d'une cinquantaine de personne). mais carlos.....

On se calme l'ami du sud, on se calme.

Ce n'était pas un barbouze et chacune de ses actions avait un but, que tu ne dis pas d'ailleurs. Prenons le cas du train Paris Toulouse. Le monde entier sait qu'il avait averti Chirac en exigeant de lui qu'il libère sa chérie sinon il tenterait de le tuer. Chirac a refusé, il a fait péter le train dans lequel il se trouvait. Eh oui, tu oublies de dire que chirac était dans ce train.

Et qu'à fait chirac ?
Il a libéré sa chérie winking smiley

Inutile que je te donne son nom, tu sais que je dis vrai



Ni radin ni pigeon, chacun paie sa part...
gardons notre solidarité pour les vrais revolutionnaires. pas pour des psychopathes devenus free lance aprés avoir été largués par le kgb.
C'est demain le proces

Cliquez,lisez

[www.egaliteetreconciliation.fr]



Nech zie Al hoceima.........Tamassint*
il n'y a plus que l'extreme droite pour soutenir carlos. c'est logique d'ailleurs.
Il a largement payé sa dette , toute ces années de prison , maintenant faut qu il retrouve sa liberté .
Citation
coldman a écrit:
il n'y a plus que l'extreme droite pour soutenir carlos. c'est logique d'ailleurs.


bah Mince alors!!!
eye popping smiley
Vla que j'etais de l'extreme droite et que je ne le savais meme pas!!

Mdrr

Vraiment comique.


Non mais serieux t'as pas trouvé mieux pour discréditer Carlos?




Nech zie Al hoceima.........Tamassint*
Une forte pensée pour le frère Carlos Illich Ramirez Sanchez condamné a la prison a perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 18 ans, par la cour d'assise spéciale de Paris.il croupit actuellement dans les geôles sionistes.


Une pensée aussi .pour tout les prisonniers d'opinion qui croupissent derriere les barreaux en France ou en Europe.

Et enfin je termine par une bonne nouvelle, Salah Amouri vient a peine d'etre libéré.




Nech zie Al hoceima.........Tamassint*
Salam,

Une forte pensée pour le frère Carlos Illich Ramirez Sanchez condamné a la prison a perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 18 ans

Le pouvoir de ce pays n'a pas peur du ridicule. - un homme trahi par les Syriens et les crève misères du Soudan.
abde

Mlih cha nikh a Amdukker inoe!

Ca fait longtemps

Maniss...

Merhba zayek dhanita




Nech zie Al hoceima.........Tamassint*
Salam,

Mlih cha nikh a Amdukker inoe!
Ca fait longtemps


Mais toujours là, Amdukker Tamassint' !
Facebook