News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Biberon dangereux : Les effets toxiques du bisphénol A (BPA)
Les récentes études sur les effets toxiques du bisphénol A (BPA), composé chimique présent dans les plastiques alimentaires, notamment les biberons, ne mettent pas clairement en évidence d'effet néfaste sur la santé, du fait de faiblesses méthodologiques. Elles comportent toutefois des "éléments nouveaux" et des "signaux d'alerte", notamment de troubles du comportement et de la reproduction après une exposition in utero et postnatale: tel est l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) sur les effets du BPA, rendu public vendredi 5 février. Ces signaux "méritent attention", affirme Marc Mortureux, le directeur général de l'Afssa.

Selon l'agence, des études supplémentaires, menées selon une méthodologie repensée, devront être menées. "Dans l'attente, et compte tenu de l'incertitude de leur signification chez l'homme, la pertinence d'augmenter le facteur de sécurité de la dose journalière tolérable [aujourd'hui fixée à 50 microgrammes/kg/jour] devra être discutée", écrivent les experts. Les scientifiques recommandent aux "consommateurs inquiets" de "ne pas utiliser de récipients en polycarbonate [le plastique qui contient du BPA] pour chauffer les aliments à forte température". C'est aujourd'hui la principale voie identifiée de contamination du corps humain. Le BPA est présent aussi dans les boîtes de conserve et canettes de boisson.

Les effets de la substance, que l'on retrouve dans les urines de plus de 90 % des Américains, font l'objet d'interrogations dans plusieurs pays. Au Canada, son usage est banni depuis octobre 2008. La Food and Drug Administration américaine a rendu, en janvier, un avis dans lequel elle fait état d'une "préoccupation" sur les effets potentiels du bisphénol sur le fœtus et les jeunes enfants.

"Le bisphénol A est un perturbateur endocrinien, qui a un impact sur tous les systèmes hormonaux, même à faible dose, affirme le toxicologue André Cicollela, président du Réseau environnement santé, qui milite en faveur de son interdiction en France. De très nombreuses études chez l'animal mettent en évidence son impact sur les troubles du comportement, la fertilité, le développement de cancers, le diabète, l'obésité." Une étude, publiée dans la revue Environmental Health Perspectives d'octobre 2009, établit un lien entre l'imprégnation de femmes pendant leur grossesse et une agressivité accrue de leurs fillettes de deux ans. Selon M.Cicollela, les études scientifiques sur lesquelles est fondée la dose journalière tolérable (DJT) actuelle sont "obsolètes", car elles ne tiennent pas compte des risques liés aux faibles doses de BPA. Plusieurs élus de gauche réclament l'interdiction de cette substance.

Pour l'Afssa, les études récentes comportent cependant des biais méthodologiques importants (données trop peu nombreuses, quantité d'animaux insuffisante, absence de groupe témoin, non-prise en compte de l'exposition à d'autres perturbateurs endocriniens via l'alimentation, la litière ou les cages des animaux) qui ne permettent pas de conclure à des effets néfastes sur la santé humaine. L'agence, qui concluait à l'innocuité de la molécule en 2008, remet pour la première fois en cause les méthodes utilisées pour caractériser les risques des perturbateurs endocriniens, qui "pourraient agir à très basse dose, et avoir des effets différents à forte dose et à faible dose". La DJT "n'apparaît pas comme l'approche d'évaluation des risques la mieux adaptée" aux perturbateurs endocriniens, soulignent les experts.

Les scientifiques formulent des recommandations: élaborer une méthodologie pour évaluer les risques des perturbateurs endocriniens; acquérir des données françaises sur la présence de BPA dans le lait maternel, chez le nourrisson et dans les laits maternisés; étudier d'autres sources d'exposition que les matériaux au contact des aliments (eau, poussières).

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) prépare pour mai un rapport sur le BPA. La ministre française de la santé, Roselyne Bachelot, a affirmé, le 26 janvier, qu'elle prendrait "les mesures de gestion qui conviennent" au vu des nouvelles données scientifiques.



assalam o alykoum



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12/02/10 22:05 par habib75.
salam,

merci mister yabi pour l infos je te trouve aujourd huit dans plusieurs forums d'où vient cette énergie ?



...
Citation
sara** a écrit:
salam,

merci mister yabi pour l infos je te trouve aujourd huit dans plusieurs forums d'où vient cette énergie ?

j'ai bu un brad d'atay tout seul .. je me sens en forme ..

je reponds a toutes les questions, quelque soit le sujet.



assalam o alykoum
salam,

iwa bsahtek moi aussi j aime boire le thé et surtout tard le soir, pour le sujet c interessant merci.



...
 
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X