La Belgique n'était plus !!!
La RTBF mime l'éclatement de la Belgique en temps réel, ce mercredi soir, dans une émission de Jean-Claude Defossé. N'est-ce qu'un énorme coup de bluff ou une prédiction funeste?

Le secret avait été bien gardé. Des mois durant, une équipe de journalistes de la RTBF a travaillé sur l'idée la plus folle jamais née dans les couloirs du boulevard Reyers. Une idée portant le nom de code de « Karine et Rebecca » pour ceux qui se souviennent de ces deux gamines chantant le répertoire de Saint-Nicolas...

Et, mercredi soir, à 20h15, alors que les téléspectateurs qui venaient de regarder le JT et s'apprêtaient à suivre deux reportages de « Questions à la une » à forte connotation linguistique (« Va-t-on supprimer les indemnités de chômage en Wallonie? » et « Les Flamands sont-ils plus corrompus que les Wallons? ») puis l'émission devant présenter les résultats d'un sondage sur l'avenir du pays réalisé par Ipsos dans le prolongement de l'émission « Moi, Belgique », sont tombés de leur chaise ou ont sauté hors de leur canapé.

Alors que Jean-Claude Defossé introduit son émission, la mire apparaît sur l'écran avant l'annonce d'un flash spécial présenté par François De Brigode. C'est que l'événement est à la hauteur de l'émoi qu'allait provoquer dans le pays l'information diffusée par la RTBF: le Parlement flamand vient de voter la sécession de la Flandre du Royaume de Belgique.

Une heure et demie durant, se succèderont, autour du présentateur du JT, les journalistes intervenant en direct, qui du Parlement flamand, qui du Palais royal déserté par un Albert II en fuite à l'étranger (la rumeur prétend qu'il aurait pris la direction de Kinshasa où l'annonce Elisabeth Burdot), qui du Parlement wallon, qui de l'Atomium où se sont réfugiés les ministres du gouvernement bruxellois. De nombreuses réactions aussi, celle de Jean-Marie Dedecker, le trublion de la politique flamande, de Herman De Croo, le sage président de la Chambre, d'Etienne Davignon, d'Axelle Red, de Jean-Luc Fonck, de José Happart, d'Annie Cordy ou du ministre-président de la Communauté germanophone Karl-Heinz Lambertz.

Des reportages sur le terrain aussi, montrant les conséquences de la décision du Vlaams Parlement: le Ring de Bruxelles paralysé, des trains bloqués à la frontière linguistique, des avions détournés sur Bierset, un siège de l'OTAN en état d'alerte, des scènes de joie à Anvers, des policiers inspectant la frontière linguistique à Flobecq, des militants catalans se réjouissant au Parlement européen et, cerise sur le gâteau, un tram bruxellois de la ligne 44 bloqué au moment de quitter la Région de Bruxelles-Capitale pour Tervuren, en Flandre...

Tout ça, on l'aura compris, n'est qu'un gigantesque bluff, un périlleux mais tellement vraisemblable exercice de politique-fiction. Périlleux car effectué entièrement dans les conditions du direct et sans trucage. Autrement dit, tous les intervenants savent dans quelle pièce ils jouent. Et tous ceux qui arrivent dans la soirée à la RTBF pour participer à un « Mise au point » spécial ont été mis au parfum. Au début de la soirée, était apparue une mention précisant que l'émission pouvait très bien être En fin de soirée, après un écroulement symbolique de la tour Reyers, un autre insert dira que ceci était une fiction.

Cette idée tordue est née dans l'esprit d'un membre de l'équipe de « Tout ça (ne nous rendra pas le Congo) », Philippe Dutilleul, qui en a tiré un livre, "Bye-Bye Belgium" (Labor), qui paraîtra vendredi. Reste une question: et si le scénario se répétait vraiment, mais pour de vrai cette fois?

Lesoir.be (Jean-François Lauwens)
Réponse avec citation



I'm lookig for somebody i can call boo !!!
Je l'ai raté hier mais la presse ce matin en fait tout un foin, ce qui est d'ailleurs très hypocrite puisque tout ça n'est pas nouveau. On sait que les politiciens flamands, à terme, arriveront à faire éclater la Belgique, reste la question de Bruxelles qui est à
85/90 % francophone et qui refusera de passer dans le giron flamand. On évoque un statut international pour la région Bruxelles-capitale pour départager les Wallons et les Flamands.
[www.dailymotion.com]



"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas." Géronimo
Pourquoi j'approuve le "docu- fiction" de la TV belge
Michel Collon

Hier soir, la RTBF a présenté « en direct » la scission de la Belgique après la déclaration unilatérale de sécession du Parlement flamand.


Manifs au palais, le Roi en fuite, Wallonie rattachée à la France, bouleversements dans la vie quotidienne avec les nouvelles « frontières »... Tout en direct. Sauf que c'était une fiction. Du bluff. Comme la célèbre émission radio La guerre des mondes d'Orson Welles.


Avalanche de coups de fil alarmés et grosse émotion en Belgique. Chefs politiques scandalisés. La RTBF avait-elle le droit de piéger le public par une « politique-fiction » ?
Personnellement, je trouve ça positif, même si je comprends l'émotion. Pourquoi ?



1. En tant qu'analyste des médiamensonges, je me réjouis de cette démonstration très réussie : oui, il est possible de faire avaler à un public très large quelque chose qui n'existe pas. Et j'aimerais qu'un véritable observatoire des médias fasse l'inventaire des bobards qui nous ont été servis sur les conflits des vingt dernières années : Timisoara, Panama, Nicaragua, Irak, Yougoslavie, Afghanistan, Liban, Venezuela et bien d'autres. Chiche, la RTBF ?


2. Cette émotion peut être salutaire. Jusqu'à présent, le débat sur l'avenir de la Belgique a été confiné à des politiciens très intéressés : six gouvernements (enfin, je crois) dans un pays de dix millions d'habitants ! Il est temps que les simples gens interviennent : veulent-ils ces querelles artificielles ou veulent-ils au contraire qu'on s'attaque à leurs problèmes réels : emploi, niveau de vie, avenir des jeunes ?


3. Bien sûr, les séparatistes flamands prétendent que la scission permettrait justement de mieux s'occuper de ces problèmes. Supercherie ! Leur vrai but ? Détruire la Sécurité sociale pour précariser les jeunes et offrir au patronat une main d'oeuvre corvéable à merci. Etre plus « compétitifs » dans la jungle de la mondialisation. En Italie, et ailleurs, on importe des esclaves polonais. Chez nous, on les fabriquera « made in Vlaanderen ».


4. Le séparatisme aura pour conséquence, en Flandre mais aussi en Wallonie, des politiques encore plus antisociales. L'argent économisé servira pour de nouveaux cadeaux aux multinationales. Comme VW qui a reçu des milliards pour gonfler ses bénéfices et nous laisser la casse.


5. VW, parlons-en. Avec ce bazar institutionnel, les travailleurs en lutte ont eu affaire à... trois ou quatre gouvernements différents selon la région d'où ils proviennent. Pratique !


6. Mes amis français me demandent souvent : « Et alors, les Belges, c'est vrai que vous allez finir comme la Yougoslavie ? » Je leur réponds que la grande majorité des gens est totalement contre cette excitation artificielle et ces divisions. L'émission de la RTBF ne l'a pas assez montré ; elle aurait dû donner la parole à de simples Flamands.


7. Résumons. La Flandre a profité des transferts financiers entre régions pendant cent ans où elle était moins développée. A présent que la crise économique et les délocalisations frappent davantage le Sud, elle veut y mettre fin aux transferts. Mais soyons plus précis : ce sont les partis traditionnels flamands qui intoxiquent l'opinion par des discours racistes sur « les fainéants du Sud ». D'abord, ils font tout simplement jeu des fascistes du Vlaams Belang en copiant son discours sous une forme « respectable ». Mais surtout, ensuite, ils déclencheront la chasse aux « fainéants du Nord », ceux qui ne voudront pas devenir des esclaves salariés. Et on sera tous perdants.

michelcollon.info



siryne
Si cela un jour arrive croyez vous vraiment que les Français seraient d'accord pour un eventuel rattachement de la Wallonie à la France ?
Diamond-Chleuh, avec le déficit que traîne la Wallonie ça serait pas une bonne affaire pour la France.
Citation
chelhman a écrit:
Diamond-Chleuh, avec le déficit que traîne la Wallonie ça serait pas une bonne affaire pour la France.

C'est ce que je me disais aussi



I'm lookig for somebody i can call boo !!!
Résultat: on porte plainte contre la rtbf et des personnes agées ont fait des malaises...
Mais peut-être qu'ils voulaient faire de la prévention;roi? sila Flandre devenait indépendante, ce qui est je pense impossible, la Wallonnie ne serait plus rien, car la Flande est bcp plus riche.
De plus, il serait impossible de partager Bruxelles
Beaucoup ont crus à cette fiction très bien faite d'ailleurs, mais ce n'est pas une raison de faire autant d'histoires à la rtbf!
Je trouve cette initiative formidable.
Elle a fait peur aux vieux ? C'est symptomatique de cette société occidentale vieille et sous perfusion. Un bon électrochoc ne fait pas de mal...
Et puis quand la télé se permet, enfin, un peu d'audace, j'applaudis.
Quand elle invite, d'une certaine façon, les obèses cathodiques à se méfier de ce qu'elle raconte (eh non, c pas paskeu c dans la boîte à images que c vrai), c'est salutaire.

C'est plutôt un signe de bonne santé.
Impensable en France.
[www.youtube.com]



siryne
un scénario à la Orson welles pour peut etre ammener un débat de fond en Belgique

Citation
a écrit:
ce sont les partis traditionnels flamands qui intoxiquent l'opinion par des discours racistes sur « les fainéants du Sud ». D'abord, ils font tout simplement jeu des fascistes du Vlaams Belang en copiant son discours sous une forme « respectable »

c'est souvant le cas comme en italie et ailleur, les indépendantistes, meme lorsqu'ils sont moin marqué de composantes "raciste" ou "ségrégationniste" en ont souvent le carractére



" confronté à la censure, je suspends ma participation à ce forum "
J'ai vu dans un reportage que Filip Dewinter (chef du parti du Vlaams Belang) était un ami très proche de Le Pen, cela ne m'étonne pas



I'm lookig for somebody i can call boo !!!
Citation
Diamond-Chleuh a écrit:
J'ai vu dans un reportage que Filip Dewinter (chef du parti du Vlaams Belang) était un ami très proche de Le Pen, cela ne m'étonne pas

C'est normal, ils défendent tous les deux le mêmes idées, aussi débiles les unes que les autres!!!
La seule différence c'est qu'ici en Belgique le Vlaams Belang n'a pas accès aux médias.
Salem à tous,

Je suis choque de voir une manipulation de ce sarte. RTBF jouent avec nous les telespcetateurs. La peur des gens n'est pas un jeux!!!!!!!!!!

Alors oui pour ouvrir le devbat jje suis pas contre, au contraire, je suis pour vivre la democratie mais pas de cette maniere.
La vieille Europe a besoin de tps en tps d'un bon électrochoc



I'm lookig for somebody i can call boo !!!
 
Facebook