les anniversaires
6 février 2007 16:45
je voulais fêter les 6 ans de mon fils en famille comme d'habitude et ma belle mère nous l'a interdit pour cause que c'est "haram" dans la relegion musulmane, je voulais avoir des témoignages et des citations du corans sur les anniversaires pour connaitre la gravité de l'acte. Merci
Salam smiling smiley !!

Je ne sais pas trop l'origine des anniversaires !! Mais en tout cas les mécréants pratiquent les anniversaires !!

Mais bon feter un anniversaire dans la joie et la bonne humeur ne peut que rapprocher les liens familiaux smiling smiley !!

Wa Allah oua 3alam



Selon Ibn 'Omar (Que Dieu l'Agrée), le Messager de Dieu (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit du haut de sa chaire en parlant de l'aumône et de la fierté de ne rien demander à personne : "La main supérieure est meilleure que la main inférieure. La main supérieure est celle qui donne et la main inférieure est celle qui demande". (Al-Boukhâri, Mouslim)
lorsque quelqu'un te dit que quelque chose est haram, demande lui POURQUOI ? a t'elle des arguments ?

Je ne vois pas ou est le drame de fêter les anniversaires, ça n'a aucune connotations religieuses un gateau et des bougies, pourquoi priver ton enfant de se plaisir ? nous sommes des millions à avoir fêter nos anniversaires, nous ne sommes pas des mécréants pour autant.
Citation
mafalda a écrit:
lorsque quelqu'un te dit que quelque chose est haram, demande lui POURQUOI ? a t'elle des arguments ?

Je ne vois pas ou est le drame de fêter les anniversaires, ça n'a aucune connotations religieuses un gateau et des bougies, pourquoi priver ton enfant de se plaisir ? nous sommes des millions à avoir fêter nos anniversaires, nous ne sommes pas des mécréants pour autant.
Salam smiling smiley !!

Oui tout a fait smiling smiley !!

Il faut des arguments smiling smiley !!



Selon Ibn 'Omar (Que Dieu l'Agrée), le Messager de Dieu (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit du haut de sa chaire en parlant de l'aumône et de la fierté de ne rien demander à personne : "La main supérieure est meilleure que la main inférieure. La main supérieure est celle qui donne et la main inférieure est celle qui demande". (Al-Boukhâri, Mouslim)
Mon fils s'est renseigné à ce sujet auprés de sa grand mère qui lui a répondu que c'est du gaspillage d'argent, je trouve ça nul comme argument.
Salamsmiling smiley,


Un anniversaire c'est simple et ça fait plaisir, c'est tout.
Il existe différents avis, dont un qui le rend licite. Je partage ce point de vue.

Voici le lien où on avait déjà débattu, tu y trouveras les différents avis des savants.
A toi de te faire une opinionsmiling smiley.


[www.yabiladi.com]



Si les oliviers connaissaient les mains qui les ont plantés, leur huile deviendrait des larmes.
@@@@@@@@
@@@@@@@@
@@@@@@@@
Voici les 3 avis sur ce sujet



Question: Est-il permis au musulman de célébrer son anniversaire en organisant une petite fête ?


Réponse: Il y a essentiellement trois positions entre les oulémas sur le sujet:


1. Certains oulémas (comme Cheikh faysal al mawlawi, secrétaire du Conseil Européen pour la Fatwa et la Recherche) sont d'avis que la célébration des anniversaires étant une manifestation purement culturelle ou sociale, qui n'a donc aucun lien avec le domaine rituel, à partir du moment où elle ne contient aucun aspect répréhensible, elle est tout à fait autorisée: En effet, dans le domaine des "âdât", c'est-à-dire de ce qui ne relève pas de l'adoration, la règle première est la permission jusqu'à preuve du contraire.



Et il n'existe pas de texte clair interdisant la célébration des anniversaires. Cependant, certains, parmi les savants qui partagent cet avis, mettent l'emphase sur le fait que les parents doivent profiter de ce genre d'occasion pour rappeler à leurs enfants le caractère éphémère de la vie et la nécessité de toujours agir pour que, chaque jour qui passe, on essaie de devenir toujours meilleur.



2. Pour une bonne partie des savants contemporains (indo-pakistanais et arabes), la célébration des anniversaires est une habitude condamnable. Certains de ces oulémas considèrent même que celle-ci relève des innovations blâmable (bid'ah). L'argument le plus probant pour défendre cette position, à mon humble avis, pourrait être exprimé ainsi: S'il est vrai que ce genre de célébration ne porte pas sur un aspect relevant directement du domaine rituel –et, qu'à ce titre, elle aurait dû en principe être permise, comme détaillé précédemment-, il n'en reste pas moins cependant qu'en matière de détermination des jours de fêtes et de leur célébration, des recommandations précises et des enseignements particuliers ont été énoncés en Islam: Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte ainsi que lorsque le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) arriva à Médine, il constata qu'il y avait deux jours durant lesquels les gens avaient l'habitude de faire la fête. Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) demanda: "Que sont donc ces deux jours ?" Les gens dirent: "Nous avions l'habitude de les célébrer durant la période de l'Ignorance." Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) répliqua alors: "Allah vous a donné en échange deux jours bien meilleurs que ces deux là, le jour de Ide oul Adha et le jour de Ide oul Fitr." (Aboû Dâoûd)



Et, comme le souligne Cheikh Khâlid Sayfoullah dans un de ses ouvrages, les musulmans doivent éviter (makroûh) d'adopter les pratiques et les habitudes culturelles des non musulmans au sujet desquelles la législation musulmane a énoncée ses propres principes et règlements: Dans certains Hadiths, le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a ainsi ordonné aux Compagnons (radhia Allâhou anhoum) de ne pas se saluer mutuellement comme le faisait des fidèles d'une autre religion, c'est-à-dire avec un signe de la main ou de la tête uniquement, sans prononcer verbalement (alors qu'il est possible de le faire) la formule du salâm. (Sens d'un Hadith rapporté par Djâbir (radhia Allâhou anhou) et cité par An Nasaï (rahimahoullâh); sa chaîne de transmission est qualifiée de "djayyid", c'est-à-dire "bonne" par ibnou hadjar (rahimahoullâh) - Réf: "al halâl wal harâm" – Pages 195, 415 et 416 / "touhfat oul ahwadhi" – Volume 7 / Pages 392 et 393)




3. D'autres (comme Mouhammad ibn Âdam al Kawthari, élève de Moufti Taqui Outhmâni) ont avis plus nuancé;

selon eux:

- Si un musulman célèbre un anniversaire et adopte lors de cette célébration des pratiques et des coutumes qui sont propres aux non musulmans, il commet un acte prohibé. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a en effet condamné l'imitation des non musulmans dans les pratiques qui leur sont propres et caractéristiques.

- Si un musulman célèbre un anniversaire dans l'intention de ressembler et d'agir comme le font les non musulmans, son attitude est également condamnable, car relevant de l'imitation des non musulman qui a été interdite par le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam).

- Si la célébration de l'anniversaire ne renferme aucun des deux aspects sus-cités, et n'implique pas non plus la réalisation d'actes interdits, dans ce cas, s'il s'avère que l'origine de cette manifestation n'est pas liée à une pratique religieuse étrangère à l'Islam (ce qui semble être le cas), celle-ci sera autorisée.


Wa Allâhou A'lam



Si les oliviers connaissaient les mains qui les ont plantés, leur huile deviendrait des larmes.
@@@@@@@@
@@@@@@@@
@@@@@@@@
Citation
zouitina a écrit:
Voici les 3 avis sur ce sujet



Question: Est-il permis au musulman de célébrer son anniversaire en organisant une petite fête ?


Réponse: Il y a essentiellement trois positions entre les oulémas sur le sujet:


1. Certains oulémas (comme Cheikh faysal al mawlawi, secrétaire du Conseil Européen pour la Fatwa et la Recherche) sont d'avis que la célébration des anniversaires étant une manifestation purement culturelle ou sociale, qui n'a donc aucun lien avec le domaine rituel, à partir du moment où elle ne contient aucun aspect répréhensible, elle est tout à fait autorisée: En effet, dans le domaine des "âdât", c'est-à-dire de ce qui ne relève pas de l'adoration, la règle première est la permission jusqu'à preuve du contraire.



Et il n'existe pas de texte clair interdisant la célébration des anniversaires. Cependant, certains, parmi les savants qui partagent cet avis, mettent l'emphase sur le fait que les parents doivent profiter de ce genre d'occasion pour rappeler à leurs enfants le caractère éphémère de la vie et la nécessité de toujours agir pour que, chaque jour qui passe, on essaie de devenir toujours meilleur.



2. Pour une bonne partie des savants contemporains (indo-pakistanais et arabes), la célébration des anniversaires est une habitude condamnable. Certains de ces oulémas considèrent même que celle-ci relève des innovations blâmable (bid'ah). L'argument le plus probant pour défendre cette position, à mon humble avis, pourrait être exprimé ainsi: S'il est vrai que ce genre de célébration ne porte pas sur un aspect relevant directement du domaine rituel –et, qu'à ce titre, elle aurait dû en principe être permise, comme détaillé précédemment-, il n'en reste pas moins cependant qu'en matière de détermination des jours de fêtes et de leur célébration, des recommandations précises et des enseignements particuliers ont été énoncés en Islam: Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte ainsi que lorsque le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) arriva à Médine, il constata qu'il y avait deux jours durant lesquels les gens avaient l'habitude de faire la fête. Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) demanda: "Que sont donc ces deux jours ?" Les gens dirent: "Nous avions l'habitude de les célébrer durant la période de l'Ignorance." Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) répliqua alors: "Allah vous a donné en échange deux jours bien meilleurs que ces deux là, le jour de Ide oul Adha et le jour de Ide oul Fitr." (Aboû Dâoûd)



Et, comme le souligne Cheikh Khâlid Sayfoullah dans un de ses ouvrages, les musulmans doivent éviter (makroûh) d'adopter les pratiques et les habitudes culturelles des non musulmans au sujet desquelles la législation musulmane a énoncée ses propres principes et règlements: Dans certains Hadiths, le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a ainsi ordonné aux Compagnons (radhia Allâhou anhoum) de ne pas se saluer mutuellement comme le faisait des fidèles d'une autre religion, c'est-à-dire avec un signe de la main ou de la tête uniquement, sans prononcer verbalement (alors qu'il est possible de le faire) la formule du salâm. (Sens d'un Hadith rapporté par Djâbir (radhia Allâhou anhou) et cité par An Nasaï (rahimahoullâh); sa chaîne de transmission est qualifiée de "djayyid", c'est-à-dire "bonne" par ibnou hadjar (rahimahoullâh) - Réf: "al halâl wal harâm" – Pages 195, 415 et 416 / "touhfat oul ahwadhi" – Volume 7 / Pages 392 et 393)




3. D'autres (comme Mouhammad ibn Âdam al Kawthari, élève de Moufti Taqui Outhmâni) ont avis plus nuancé;

selon eux:

- Si un musulman célèbre un anniversaire et adopte lors de cette célébration des pratiques et des coutumes qui sont propres aux non musulmans, il commet un acte prohibé. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a en effet condamné l'imitation des non musulmans dans les pratiques qui leur sont propres et caractéristiques.

- Si un musulman célèbre un anniversaire dans l'intention de ressembler et d'agir comme le font les non musulmans, son attitude est également condamnable, car relevant de l'imitation des non musulman qui a été interdite par le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam).

- Si la célébration de l'anniversaire ne renferme aucun des deux aspects sus-cités, et n'implique pas non plus la réalisation d'actes interdits, dans ce cas, s'il s'avère que l'origine de cette manifestation n'est pas liée à une pratique religieuse étrangère à l'Islam (ce qui semble être le cas), celle-ci sera autorisée.


Wa Allâhou A'lam

salam aleykom

Je me permet de remonter ce post puisque je me pose également la question et malgré la lecture des discussion il n'y a pas de reponse proprement dite.

de plus nous approchons de l'aid el mouloud (inchallah le 4 févrrier prochaine) n'est-ce pas la célébration de la naissance du prophète ? et donc ne fétons nous pas la un ANNIVERSAIRE ????

j'aimerai avoir vos avis !!
salemalikom

hninisou

pour l'anniversaire du mawlid nabawi,ni les compagnons ,ni ses epouses ou les savants des génération d'apres n'ont célébré cet anniversaire

le Prophete si tu veux lui rendre hommage c'est tous les jours en suivant sa sounnah et en priant sur lui à tout moment
salam merci de ta reponse

Je concoi bien quil faut rendre homage a notre Prophete (sws) tous les jours !!

mais ma question est bien précise. La fete de l'aid el miloud nabawy est la fete danniversaire de la naissance du prophete. et par conséquent pk "harem" les anniversaire des gens
bien qu'il faille vivre le présent comme si on devai mourir demain et faire ensorte detre meilleur en tant que musulman
salemalikom

si feter l'anniversaire de notre Prophete n'a aucun fondement alors que dire pour le reste du commun des mortels !!

voici un avis d'un savant



« Le Sheikh al-Islâm Ibn Taymiyya (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit dans son ouvrage intitulé : " Iqtidâ As-Sirâte Al Mustaqîm : Mukhâlafatu Ashâb Al Jahîm » :

« L’institution, par certains, d’une fête commémorant la naissance du Prophète malgré les divergences existant quant à sa date exacte -et qui vise, soit à ressembler aux chrétiens dans leur commémoration de la naissance de ’Îssa (‘alayhi salam), soit à exprimer leur amour et leur vénération pour le Prophète SAW - n’était pas pratiquée par les anciens bien qu’ils aient eu raisons de le faire et que rien ne les en empêchait.

Et si une telle démarche comportait un bien, qu’il soit absolu ou même prépondérant, ces derniers seraient plus en droit de l’appliquer que nous. L’amour et la vénération qu’ils avaient à l’égard du Prophète SAW étaient en effet bien plus intense que les nôtres et ils étaient on ne peut plus soucieux que nous de pratiquer le bien. Leur amour et leur vénération s’exprimaient donc uniquement dans leur mise en conformité avec la voie du Prophète, l’obéissance qu’ils lui vouaient, l’application de ses commandements, la revivification tant dans la forme que dans le fond- de sa Sunna, la propagation [du message] avec lequel il fut dépêché et enfin dans tous les efforts qu’ils déployèrent dans leur coeur, par leur langue ou par les actes- dans cette voie. Or, force est de constater que la plupart de ces personnes soucieuses de pratiquer de telles innovations sont dans une totale léthargie lorsqu’il s’agit d’œuvrer là où l’ordre du Prophète SAW leur est parvenu.
barak allah ou fik

je ne suis pas une experte mais je cherche a m'améliorer et si jaibien compri ce n'ai pas HARAM mai cela reste des ces tradition qui font parti des innovations ?? et par conséquent le mieu est de ne rien célébré?
Citation
ALLYA6 a écrit:
je voulais fêter les 6 ans de mon fils en famille comme d'habitude et ma belle mère nous l'a interdit pour cause que c'est "haram" dans la relegion musulmane, je voulais avoir des témoignages et des citations du corans sur les anniversaires pour connaitre la gravité de l'acte. Merci

Dans le coran, tu ne trouvera rien. En effet à l'epoque ( il y a 14 siècle!) on se foutait de savoir quand est née telle ou telle personne. Il n'y a qu"à voir nos grand parents qui ne connaissent pas leur date de naissance.

L'anniversaire c'est une occasion de faire plaisir à son enfant, de reunir sa famille et de remercier Dieu du cadeau qu'il nous a fait en nous donnant un enfant.

Ta belle mère se trompe.
Horaires de prières Saint Coran
Facebook