ALGERIENS ANTI POLISARIO
Dans différentes discussions, j'ai précisé qu'il ne fallait pas confondre PEUPLE et ÉTAT.


Voici pourquoi :


1.Vidéo témoignage d'un algérien pour l'intégrité territoriale du Maroc

[www.bladi.net]



2.Un officier algérien dénonce le soutien du FLN et sa création le Polisario

[www.youtube.com]



3. BOUTEFLICA se sert du Pétrole pour pousser certains États à soutenir le Polisario.

[jssnews.com]


Confondre Peuple algérien et Etat FLN est une erreur à ne surtout pas commettre car c'est justement cela que cherche à faire croire le FLN via ses journaux et TV de propagande.

Dans les faits en Algérie, il n'y a pas de consensus national sur le Sahara contrairement à ce que voudrait faire croire le FLN à ceux qui veulent bien les écouter.

Dans les faits, la majorité des algériens s'en fichent de cette histoire de Sahara et reproche durement aux Malgaches d'être à l'origine des mauvaises relations entre les 2 pays.
Le polisario c'est ton gouvernement qui fait des mains et des pieds pour lui parler nous ont s'en tapent les c......... mais tant qu'ils seront la nous les soutiendrons
[www.demainonline.com]
[www.demainonline.com]
Bravo pour ton courage et ton patriotisme Danouni et vive le Maroc
tous les algériens que je connait s'en foutent de cette affaire du polisario.



mido-de-paris
Citation
mido-de-paris a écrit:
tous les algériens que je connait s'en foutent de cette affaire du polisario.

de meme pour ma part, j'ai l'impression que ca ne gene que certains.

faut arreter aussi de voir le mal partout comme si demain ils allaient defoncer nos frontieres et aider le polisario



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
Je vous donne une autre vidéo du Algérien du FFS : lui aussi est très dur sur l'Etat FLN

[www.youtube.com]



Il ne faut pas être NAÏF : Le FLN n'aide pas le Polisario pour ses beaux Yeux. Il a bien une idée en Tête.

Son but : Se servir du Polisario comme d'un Cheval de Troie pour annexer le Sahara Marocain

Pourquoi ? :

1.Désenclaver Toute sa partie Sud dont les ressources sont totalement inexploitables si elle n'arrivent pas à passer vers l'Ouest. Des milliards en Jeu pour l'Algérie

2. Un accès à l'Atlantique et donc à l'Afrique de L'Ouest.

3. Cerner le Maroc, le Seul Pays du Maghreb à faire mieux qu'elle et cela sans Pétrole. Sans le Sahara, Pas de Leadership de l’Algérie dans le Maghreb et en Afrique.
Aujourd'hui le leadership est occupé par le Maroc qui je le rappelle est le SEUL pays arabe et africain à siéger au Conseil de sécurité de l'ONU.
Les makhezenistes marocains, fidèles porte-voix du Makhzen, se déchaînent et déversent leur bile sur l´Algérie. Ces attaques, que rien ne justifient, si ce n´est une paranoïa générale qui s´est emparée de la monarchie et des médias marocains, ne sont pas nouvelles et interviennent chaque fois que le Maroc se trouve à court d´arguments pour défendre l´indéfendable occupation du Sahara occidental. Sa parano contre l´Algérie ne trompe personne. Aussi, l´hystérie et le délire dont font usage nos voisins de l´Ouest, confirment que pour Rabat, le vent a bel et bien tourné. De fait, depuis des décennies que les Marocains défendaient un mauvais dossier, celui de la marocanité du Sahara occidental, ils ont perdu de vue le fait que l´on peut tromper des gens un temps, mais que l´on ne peut tromper tout le monde tout le temps. C´est ce qui se passe avec le problème de la décolonisation du Sahara occidental, le Maroc se faisant rattraper par ses mensonges et ses faux espoirs mis à nu, cela a eu pour effet de le plonger dans la panique.
Mais se que je comprend pas c'est pourquoi le maroc si il est sure de sa cause n'utilise pas la force contre l'algerie et contre le polisario au lieu de passer son temps a pleurnicher et a s'accrocher aux jupes des occidentaux ou il attend qu'ils fassent le travail pour lui?
Citation
riad-al a écrit:
Les makhezenistes marocains, fidèles porte-voix du Makhzen, se déchaînent et déversent leur bile sur l´Algérie. Ces attaques, que rien ne justifient, si ce n´est une paranoïa générale qui s´est emparée de la monarchie et des médias marocains, ne sont pas nouvelles et interviennent chaque fois que le Maroc se trouve à court d´arguments pour défendre l´indéfendable occupation du Sahara occidental. Sa parano contre l´Algérie ne trompe personne. Aussi, l´hystérie et le délire dont font usage nos voisins de l´Ouest, confirment que pour Rabat, le vent a bel et bien tourné. De fait, depuis des décennies que les Marocains défendaient un mauvais dossier, celui de la marocanité du Sahara occidental, ils ont perdu de vue le fait que l´on peut tromper des gens un temps, mais que l´on ne peut tromper tout le monde tout le temps. C´est ce qui se passe avec le problème de la décolonisation du Sahara occidental, le Maroc se faisant rattraper par ses mensonges et ses faux espoirs mis à nu, cela a eu pour effet de le plonger dans la panique.
Mais se que je comprend pas c'est pourquoi le maroc si il est sure de sa cause n'utilise pas la force contre l'algerie et contre le polisario au lieu de passer son temps a pleurnicher et a s'accrocher aux jupes des occidentaux ou il attend qu'ils fassent le travail pour lui?

Il n'y a que toi qui déverse ta bile par ici.
J'ai plusieurs amis algériens ils s'en branlent d'une force inimaginable du polizbel.

La seule conclusion à laquelle on est arrivés c'est que la fermeture des frontières est complètement débile et qu'il pourrait y avoir des échanges économiques monstrueux entre ces deux pays...
Citation
riad-al a écrit:
Les makhezenistes marocains, fidèles porte-voix du Makhzen, se déchaînent et déversent leur bile sur l´Algérie. Ces attaques, que rien ne justifient, si ce n´est une paranoïa générale qui s´est emparée de la monarchie et des médias marocains, ne sont pas nouvelles et interviennent chaque fois que le Maroc se trouve à court d´arguments pour défendre l´indéfendable occupation du Sahara occidental. Sa parano contre l´Algérie ne trompe personne. Aussi, l´hystérie et le délire dont font usage nos voisins de l´Ouest, confirment que pour Rabat, le vent a bel et bien tourné. De fait, depuis des décennies que les Marocains défendaient un mauvais dossier, celui de la marocanité du Sahara occidental, ils ont perdu de vue le fait que l´on peut tromper des gens un temps, mais que l´on ne peut tromper tout le monde tout le temps. C´est ce qui se passe avec le problème de la décolonisation du Sahara occidental, le Maroc se faisant rattraper par ses mensonges et ses faux espoirs mis à nu, cela a eu pour effet de le plonger dans la panique.
Mais se que je comprend pas c'est pourquoi le maroc si il est sure de sa cause n'utilise pas la force contre l'algerie et contre le polisario au lieu de passer son temps a pleurnicher et a s'accrocher aux jupes des occidentaux ou il attend qu'ils fassent le travail pour lui?
thumbs down

Avant la colonisation , l'état algérien n'existait pas , le sahara n'était pas rattaché au territoire pareil pour tlemcen et l'oranais, si la france et l'empire ottoman n'étaient pas intervenue l'état algérien n'aurait pas vu le jour!!!
Une chose est sure, le maroc s'en sort bien sans pétrole, c'est un état qui n'a pas besoin de demander à sa population de porter des drapeaux et dire qu'ils sont les meilleurs!!!!En algérie, à force de propagande,même les algériens sont atteints par ce virus on les voit toujours trimbaler leurs drapeaux et crier 123 vive l'algérie comme s'ils avaient peur de se perdre ... ce qui est le plus étonnant est que ces gens ne font rien pour leur pays....regarde les marocains,ils envoient de l'argent aux pays, font des associations, retournent au pays meme si leur propre état leur crée des obstaceles.Ils ont une volonté incommensurales...

En algérie, on a du pétrole qui remplisse les poches de présidents pseudo algériens d'origine oujdi et à côté la vraie misére algérienne ,une population qui continue à souffrir et vivre dans le seul espoir de quitter un pays.

Les marocains sont les premiers acceueiilir les algériens et les tunisiens qui viennent travailler chez eux au détriment des leurs.une réciprocité serait appréciée.

Si un conflit eclate entre voisins maghrébins, c'est tout le maghréb qui tombe à nouveau sous le joug de l'humiliation, ce que le maroc refuse et que l'état algérien essaie de provoquer ....
Les Sahraouis se tiennent aux résolutions des Nations Unis : un référendum, les Marocains n’en veulent pas entendre parler et exercent une main mise sur le territoire et son pouvoir de répression sur un peuple le plus pauvre du monde qui n’aspire qu’à sa liberté et son indépendance. Dans cette guerre sourde, se profile à l’horizon quelque chose qui n’augure rien de bon. Si le royaume chérifien s’entête dans sa logique d’occupation, les Alaouites risquent de compatir et payer cher l’obstination du roi. La misère a atteint des proportions telles que le pays risque d’imploser avant même un conflit armé. Alors Momo 6 qui a déjà accumulé quelques milliards de dollars, aujourd’hui dans les coffres forts européens, joue la carte du va en guerre quitte à joindre ce pognon personnel pour soutenir l’effort de guerre. Il croit que la France et Israël mettront la main à la pâte, enfin dans la poche pour pouvoir gagner sa guerre. Il ignore qu’il ne pourra jamais mettre à genou un peuple convaincu de sa cause et déterminé à en mourir. Le marocain son joint à la main, s’en fout royalement, il est déjà dans les vaps.
RIAD AL est un Polisarien.

Il a subi un lavage de cerveau depuis son plus jeune âge par le FLN .

Les Polisariens arrachaient à leur parent leurs jeunes pour les envoyer dans des camps cubains de conditionnement.

Il récite a longueur de posts des paroles dont il ne comprend pas les paroles comme les gens que l'on trouve dans les sectes.
en parlant de secte c'est pas moi qui suis adepte d'un gourou
le probléme du sahara occidental et son annexion???. c´est le roi du maroc et ses conseillers sionistes qui l'ont crée , le sahara occidental c´est une affaire politique franco-sioniste pour destabiliser la région, le makhzen marocain n´est pas libre de sa politique,.il est condamné.
Très interessant à lire d'autant que cela émane d'un marocain baigné dans les secrets du pouvoir qui prend position pour le référendum sahraoui et notament l'origine du probleme des frontière algero-marocain entre autre!

Moussadek Mimoune était en relation directe avec l’opposant marocain Hicham El Mandari dans le cadre d’une mission d’infiltration officielle. Sa version de l’assassinat d’El Mandari en Espagne en 2004 n’est pas encore entendue par la justice. Moussadek Mimoune a décidé de sortir de son silence qui lui a coûté cher en accordant un entretien exclusif à Echorouk. Ce témoin des « jeux » troubles du Makhzen publiera dans le futur un livre dans lequel il dévoilera plusieurs vérités sur de nombreuses affaires.

Echorouk : pouvez-vous nous parler de quelques missions que vous avez accomplies à l’étranger dans le cadre de votre travail en tant qu’agent de renseignement marocain ?

Moussadek Mimoune : j’ai accompli beaucoup de missions. A titre d’exemple j’ai pu infiltrer le Front Polisario en 1981. A cette époque là je travaillais à Rome (Italie). Le Polisario menait des actions en collaboration avec le parti communiste italien qui lui avait organisé une rencontre à l’hôtel Léonard de Vinci dans la capitale italienne. Nous avons reçu un ordre de la part du général Ahmed Dilmi d’infiltrer la rencontre. Ainsi, il m’a demandé de me faire passer pour un opposant marocain pour me rapprocher des leaders du Polisario et pour rencontrer le président sahraoui Mohamed Abdelaziz. Le but de cette opération était de savoir les intentions du Polisario envers le Maroc.

Echorouk : avez-vous mené d’autres actions importantes à l’étranger ?

Moussadek Mimoune : j’ai mené des actions personnelles en 1989. J’ai interrogé des Marocains, des Algériens et des Egyptiens arrêtés par la police française. J’ai découvert qu’il y avait des personnes qui avaient des liens avec certaines mosquées en France. Ces personnes là menaient des actions politiques contre le Maroc. Ils étaient des extrémistes qui suivaient les prêches de l’imam et prédicateur Abdelhamid Kechk. Un de mes amis a transmis mes informations à la Direction de surveillance du territoire (DST). Quelques jours plus tard le directeur de la DST, Abdelaziz Alabouche, m’a contacté et m’a remercié pour les informations que je lui ai transmises.

Echorouk : quelles étaient les informations que vous aviez remises à la DST ?

Moussadek Mimoune : beaucoup d’informations, notamment sur des Marocains qui planifiaient d’introduire des armes au Maroc. Et des informations sur cinq Marocains qui planifiaient des attentats terroristes au Maroc. J’ai transmis en mois de février 1993 à Abdelaziz Alabouche les noms de ces personnes et d’autres informations sur eux.

Echorouk : ce que vous venez de dire s’est passé avant les attentats qui ont visé l’hôtel Asni à Marrakech le 24 août 1994 ?

Moussadek Mimoune : oui avant ces attentats. Les Marocains contre lesquels j’ai mis en garde la DST résidaient dans le quartier des 4000 à Aubervilliers dans la banlieue parisienne. C’est justement dans ce quartier que résidaient les personnes impliquées dans les attentats de Marrakech.

Echorouk : pourquoi certaines parties au Maroc ont accusé l’Algérie ?

Moussadek Mimoune : je trouve cela curieux. Je trouve encore plus mystérieux le témoignage d’une personne qui s’était présentée comme un agent algérien. Ce dernier prétendait avoir supervisé les attentas contre l’hôtel Asni. Vu mon expérience dans le domaine des renseignements et de l’infiltration, et partant des informations que je détenais et que j’avais rédigé moi-même, je peux vous assurer que les accusations contre l’Algérie étaient infondées. L’Algérie n’avait rien à voir dans les attentats de Marrakech. Ces dernières avaient été planifiées dans la banlieue parisienne. Les services de renseignements français ont mené des investigations à Paris et ils ont tous les détails sur ces attentats. Les investigations menées par les services de sécurité français ont démontré que l’Algérie n’avait rien avoir avec ces attentats et que des islamistes marocains les ont planifiés à partir de Paris.

Moussadek Mimoune, l’agent de renseignement marocain qui a infiltré Hicham Mendari

Hicham Mendari est entré au Palais royal intelligemment. Quoiqu’il n’avait pas une large culture, mais il était très intelligent. Il est le fils de Chahrazed Fechtali qui était mariée à un employé très riche qui a eu des antécédents judiciaires au Maroc. Quand je l’ai approché à Paris, Hicham Mendari a nié que sa mère soit Chahrazed Fechtali et a prétendu que sa mère est Farida Cherkaoui qui était au Palais royal et était très proche du roi Hassen II. C’est elle qui l’a fait entrer dans ce palais.

Echorouk : comment avez-vous approché Hicham Mendari ?

Moussadek Mimoune : je résidais à Dijon (France). Un jour j’ai reçu un ordre de la Direction de surveillance du territoire (DST). On m’a chargé d’infiltrer Hicham Mendari et son milieu vu qu’il dérangeait le Palais royal. J’ai accepté cette mission.

Echorouk : comment s’était passé les premiers contacts avec Hicham Mendari ?

Moussadek Mimoune : à l’époque je n’avais aucune idée sur ses déplacements à Paris. Je considérais ces activités comme des actes criminels et de sabotage contre le Maroc. En mois de mars 2003 nous avons beaucoup réfléchi moi et ma femme et vu la sensibilité de l’affaire et j’ai décidé d’aller à Paris. Avant de m’y rendre j’ai appelé une personne au Maroc qui était en contact avec Hicham Mendari. Et il m’a fourni un de ses numéros de téléphone portable. Avant de me rendre à Paris je l’ai appelé. Il a été très prudent et avait des doutes sur moi, mais quand je lui ai parlé de la personne qui m’a donné son numéro et après lui avoir dit que j’ai connu sa mère Chahrazed il m’a répondu que ce n’est pas sa mère et qu’elle l’a seulement élevé quand il était enfant. Je lui ai dit que j’avais des problèmes au Maroc et que je ne pouvais pas lui en parler au téléphone il m’a fixé un rendez-vous au début du mois de mars.

Echorouk : comment s’était déroulé votre mission de rapprochement de Mendari ?

Moussadek Mimoune : j’ai regagné Dijon après la première rencontre que j’ai eue avec lui à Paris. Et j’ai contacté Ahmed Harari qui était à cette époque-là l’adjoint du général el-Anikri. Il était très content de mon appel. Par la suite, j’ai eu beaucoup de contacts avec Hicham Mendari dans le cadre de ma mission. Il était toujours contre le Palais royal et contre le roi. A cette époque-là, 2003, il se préparait à créer une association politique en Espagne dans le but de renverser le régime royal au Maroc. Au fil des jours j’ai pu gagner la confiance de son attaché de presse Oumoussa Mohamed et je l’ai convaincu de travailler avec moi et de me fournir des informations sur Hicham Mendari. Je lui ai donné mon numéro de téléphone pour que nous restions en contact et pour cordonner nos actions.

Echorouk : que s’était-t-il passé par la suite ?

Moussadek Mimoune : j’ai contacté la DST et je l’ai informé d’avoir engagé l’attaché de presse de Hicham Mendari. Oumoussa Mohamed m’a informé que lors de leurs voyages en Belgique et à Londres, son « patron » a voulu engager certaines personnes, dont des militaires qui ont fui le Maroc. Il m’a informé également que Mendari avait contacté un commerçant belge spécialisé dans la vente d’armes dans le but d’organiser un mouvement d’émancipation armée au Maroc notamment dans les régions nord.


L'ancien agent des renseignements marocain Moussadek Mimoune: « Kebir voulait prêter allégeance au roi et reconnaître la marocanité du Sahara »

Vous avez dans un message au service de renseignements évoqué les anciens dirigeants du FIS Rabah Kebir et Moussa Kraouche.

J’ai été destinataire de renseignements très sensibles de la part d’un enseignant marocain de Chari’a qui entretenait des relations avec des Algériens dont Moussa Kraouche qui était marié à une marocaine de Oujda. Je suivais dans le cadre de ma mission Moussa Kraouche et son ami Djaâfar Houari qui ont créé l’Association de la fraternité algéro-française (FAF) dans la banlieue parisienne. Au même temps, Djaâfar Houari était cofondateur d’une association « Ahl el Beït » dirigée par un français converti à l’Islam et qui s’est fait appelé Ibrahim Hocine. Djaâfar Houari était le lien entre Rabah Kebir et l’Iran. Il a en effet tissé des liens étroits avec un religieux chi’ite Mohamed bakr El Ansari qui était imam de la plus grande mosquée chi’ite de Hambourg en Allemagne. Il était aussi le représentant personnel du guide de la révolution Khaminaye. J’ai été destinataire de renseignements selon lesquels Rabah Kebir alors responsable du FIS à l’étranger voulait rentrer au Maroc en mars 1993 et que lui et ses compagnons voulaient prêter allégeance au Roi Hassan II, chef des croyants et reconnaître la marocanité du Sahara (le Sahara Occidental, ancienne colonie envahie par le Maroc en 1975, ndlr). Ensuite j’ai appris leur lien étroit avec l’Iran qui leur fournissait beaucoup d’argent comme ils recevaient un financement du centre islamique turc de Cologne en Allemagne. J’ai alors fait part de ces informations aux autorités sécuritaires marocaines. Je pense que c’était la raison pour laquelle l’entrée au Maroc leur a été refusée. Des ministres, officiers supérieurs et diplomates marocains ont été impliqués dans le blanchiment d’argent en France et dans d’autres pays. Vous avez révélé dans vos rapports aux renseignements marocains le dossier du blanchiment d’argent et de détournements de fonds dans lequel étaient impliqués de hauts responsables. Au début 1993, j’ai décidé de mener une enquête sur les crimes financiers et l’implication de personnalités marocaines proches du pouvoir. Ce qui m’a encouragé est l’initiative de ressortissants algériens à l’étranger de collecter l’argent pour rembourser la dette de leur pays. Cela coïncidait avec un discours du Roi Hassan II dans lequel il a averti indirectement des personnes impliquées dans le détournement des biens publics. Il avait promis de lutter fermement contre la corruption. J’ai pris attache avec Allabouch et lui ai demandé une couverture pour mener cette mission. Une fois le feu vert obtenu des autorités supérieures, j’ai mené cette enquête avec l’aide d’experts français ce qui m’a permis d’arrêter une liste de ministres, officiers supérieurs et de diplomates qui ont détourné des milliards vers la France en particulier. Aux termes de cette enquête, j’ai envoyé un message n°593/93 à l’administration concernée exposant les résultats et le bilan de la mission en attendant d’autres instructions.

Que c’est-il passé alors ?

Au même temps, je suivais une autre affaire qui avait trait au trafic d’armes vers le Maroc par un réseau marocain. Lorsque j’ai pris attache avec le directeur de la sécurité de territoire DST et lui ai parlé de la question très sensible qui affecte la sécurité du pays, il a évité l’affaire des listes des personnalités impliquées dans des détournements. Sur mon insistance, il me répond : « Regarde Mimoun, j’ai informé Idriss El Basri, et il se charge du dossier, mais il te dit ne parle à personne de la liste jusqu'à ce que mes instructions te parviennent ». Le dossier ne s’est jamais ouvert depuis. Et quand j’essaye de l’évoquer ils esquivent par peur d’en parler. Le dossier est resté gelé jusqu’à 1995 lorsque Idriss El Basri a remis le dossier au Roi Hassan II qui a ordonné la poursuite des concernés. Est-ce que tous les concernés ont été poursuivis ? La majorité d’entre eux. Mais les plus puissants ont été épargnés et innocentés sans qu’ils remboursent ce qu’ils ont pris. Et il se trouve que le juge qui a innocenté ces gens et lui-même qui a ordonné en 1998 de piétiner le jugement en m’a faveur. Ils se sont vengés contre moi, ma vie et ma famille sont en danger

Est-ce que vous avez été victime de vengeance à cause de ce dossier ?

Effectivement, à cause de ce dossier et pour avoir réussi à faire rentrer un officier des renseignements marocain qui a demandé l’asile politique en Belgique. Il s’appelle Abou Nadjem Mohamed. Je l’ai sensibilisé et l’ai fait renter au pays. J’ai réussi là où les concernés ont échoué en Belgique et en France. Ils ont pris ma réussite pour une humiliation surtout que la mission a été confiée par le Roi Hassan II en personne. Je me rappelle, trois mois après la mission, le général Anikri est devenu le 3e homme des renseignements extérieurs grâce au Général El Kadiri qui a voulu servir son ami intime le général Hosni Benslimane. Ce dernier voulait se débarrasser de Anikri et l’éloigner de la gendarmerie pour des raisons diverses. Ceci explique les raisons pour lesquelles le général Anikri refusait mes propositions quand il était devenu directeur général de la DST en charge de la cellule Hicham Mendari. Il a toujours pris ma réussite dans l’affaire Abou Nadjem pour une humiliation et particulièrement quand j’ai découvert ses liens avec Mendari. Où en est votre cas avec l’administration ? La bande que j’ai mise à nu a réussi un complot contre moi et m’ont privé de mes droits illégalement dans un pays qui se dit de droit. Je me suis tu par peur pour ma vie et celle de ma famille jusqu’à ce que j’ai réussi à m’enfuir le 27/07/2000.

Qu’est ce que vous avez fait une fois en France ?

J’ai pris attache avec le ministère et l’ambassade mais je n’ai eu que des promesses. En 2000, j’ai écris au Roi Mohammed VI et je lui envoyé un dossier d’1,8 kg par l’intermédiaire d’un officier de sa garde rapprochée. Le dossier n’est jamais parvenu au Roi, il a été transféré à des parties impliquées dans la corruption et le blanchiment d’argent que j’ai mis à nu.

Que c’est-il passé alors?

J’ai appris par mes moyens que le dossier n’est jamais parvenu au Roi, et le clan qui l’a reçu et a pris connaissance de son contenu a bien compris que je constituais un danger pour eux. De ce fait, ils ont mis en œuvre un plan diabolique pour me faire entrer au Maroc à travers ma femme Adbib Zoubeida qui a aussi été victime d’injustice et d’abus alors fonctionnaire dans le corps diplomatique en tant que secrétaire principale. Ils ont voulu la faire rentrer au Maroc en mettant fin à ses fonctions en France et cessant son payement. C’était un plan pour se débarrasser de moi comme ils ont fait avec Benbarka et Mendari.

Vous considérez vous et votre famille en danger ?

Bien sûr, et le danger va s’aggraver après avoir parlé avec votre journal. Si il arrive un malheur à ma femme, mes trois filles ou à moi, je porte responsables les parties que j’ai mise à nu cette fois-ci et avant. Mon silence ou ma disparition leur profiterait .

Qu’allez-vous faire à l’avenir ?

Je réclame mes droits. Je ne vais plus me taire. J’ai remis tout ce que je sais à un grand journaliste que je ne citerai pas pour le préserver des criminelles, je lui ai remis des documents pour publier un livre qui mettra à nu les puissants corrompus du Maroc. J’ai aussi pris un avocat de renommée internationale à qui j’ai confié tous les détails. Le livra paraitra prochainement. Je fais ça avec regret étant un homme d’ État qui doit se maintenir à l’obligation de réserve. J’en suis contraint. Je n’ai trouvé d’autres moyens de faire part de ce que je sais au Roi Mohammed VI. Ils ont fermé toutes les issues et ont voulu me détruire complètement pour je puisse avoir aucun rôle dans la construction de mon pays et le purifier de la corruption et des corrompus.

Qu’est ce que vous révélez dans votre livre ?

Beaucoup de secrets qui n’ont jamais été étalés. L’affaire de l’opposant feu Abraham Serfati, l’affaire du complot de Paris contre le Roi Mohammed VI durant sa première visite officielle entant que prince héritier le 07/02/1993 par des responsables marocains. Les secrets de l’affaire du général Mohamed Mostepha Thabet et ses vérités amers. L’affaire des trois frères Bourikat Bayazid, Medhat et Ali qui ont purgé 18 ans de prison à Tazmamert en contrepartie de leur silence ils ont perçu des milliards en Suisse de la part du roi feu Hassan II. Les secrets d’une mafia internationale de la drogue qui compte des personnalités de haut rang. Je ne peux tout révéler, mais je puis vous assurer que le livre sera une bombe qui fera trembler plus d’un dans les sphères du pouvoir au Maroc qui portent attente au pays à l’intérieur et à l’étranger.

A suivre...

Ecourouk online, 08 septembre 2011
Facebook