News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Aéronautique: L’industrie marocaine dans l’A350 d’Airbus
Aéronautique

L’industrie marocaine dans l’A350 d’Airbus

• 70% du câblage de ce gros porteur sera réalisé par nos industries

• La main-d’oeuvre compte jusqu’à 45% dans la structure de coût

Le rideau de la 2e édition du salon aéronautique, Aeroexpo, est tombé hier dimanche 31 janvier, libérant le tarmac de la base militaire de Marrakech-Ménara. Les 300 participants qui ont exposé leurs produits durant 4 jours ont plié bagages satisfaits. Le public de professionnels et de civils était au rendez-vous, ce qui laisse espérer une redynamisation du secteur durement malmené par la crise.

Ce salon d’exposition, comme son nom l’indique, et non pas de vente a tenu toutes ses promesses. Le groupe Safran, l’un des leaders mondiaux du secteur aéronautique, qui a déployé son potentiel sur le Hall A, via ses différentes filiales présentes au Maroc, «en a eu pour son argent». Le responsable des opérations de sa filiale Aircelle Maroc, Gilles Delahoullière se dit heureux de pouvoir exposer «le savoir-faire marocain en aéronautique». L’inverseur de poussée, une sorte de soucoupe renversée, de la taille d’une turbine d’un gros porteur fait la fierté de l’entreprise.

Objet de curiosité, les responsables présents sur ce stand de 56 m2 se sont relayés pour expliquer leur «objet», conçu et réalisé pour l’avionneur canadien, Bombardier. La capacité du Maroc à développer une plateforme dédiée à l’industrie aéronautique ne fait plus de doute. La déferlante des grands donneurs d’ordre du secteur, présents à ce salon, particulièrement sur les zones de l’Aéropôle à Nouaceur et de Tanger Free Zone, en atteste. Les entreprises installées sont en majorité des filiales de groupes français, opérant comme sous-traitants pour le compte de donneurs d’ordres basés en Europe et en Amérique, tels Airbus, Bombardier, Boeing, Dassault ou encore Eurocopter.

De toute évidence, ce rendez-vous de l’aéronautique, désormais considéré comme une charnière logistique pour doper encore plus le secteur, vient confirmer la volonté des pouvoirs publics de faire de ce secteur une locomotive industrielle de premier plan. Pour le ministre de tutelle, Ahmed Réda Chami, il suffit de s’inspirer du deal entre les Etats-Unis et le Mexique, qui lui sert de plateforme industrielle. D’autant plus que cette collaboration donne plus de compétitivité à l’ensemble.

De même, «l’Europe peut gagner en compétitivité grâce au Maroc», répète-t-il à l’envi aux potentiels investisseurs du Vieux continent. Réagissant aux questions des journalistes dans le stand de la nouvelle Agence de l’investissement, le ministre a rappelé que toutes les productions n’ont pas vocation à être sous-traitées. «Les entreprises sous-traiteront en fonction du faible caractère stratégique de leur production et du potentiel de réduction des coûts lié à une production en pays low-cost», explique-t-il. Autrement dit, le Maroc développe son offre de sous-traitance en fonction de ses points forts: proximité géographique et culturelle, coût de la main-d’œuvre….

D’où peut-être la forte présence sur le salon de fabricants de pièces composites (Daher, Souriau, Creuset, Le Piston français...). L’industrie aéronautique nationale est fortement positionnée sur la fabrication de ces pièces. Plus précisément, Chami indique que «leur process de fabrication rappelle ceux du tissage où la main d’œuvre compte jusqu’à 45% dans la structure de coût». Autre niche industrielle, le câblage. C’est également un axe fort de développement: 70% du câblage de l’A350 d’Airbus sera réalisé par les industriels marocains. Comme filières et métiers stratégiques, le Maroc a également identifié la maintenance, l’usinage et l’assemblage de pièces de moteurs…


Avantages


Maintenant, il n’y a plus qu’à aller chercher les investisseurs. Pour les inciter à s’installer au Maroc, Chami souligne qu’«une entreprise de 480 personnes du sud de l’Europe qui s’installerait au Maroc verrait sa masse salariale, charges comprises, passer de 30, 6 millions à 12,6 millions d’euros par an». En y ajoutant les exonérations fiscales et les coûts logistiques, l’économie annuelle atteindrait 19,5 millions d’euros. Difficile de faire mieux.

Bachir THIAM
Source : leconomiste.com
une chose importante à poursuivre, accompagner nos enfants vers les écoles des élites(prépas )

pour faire profiter notre pays d'origne le maroc du savoir faire et de la technologie avancée



la franchise est ma vertu
"Maintenant, il n’y a plus qu’à aller chercher les investisseurs. Pour les inciter à s’installer au Maroc, Chami souligne qu’«une entreprise de 480 personnes du sud de l’Europe qui s’installerait au Maroc verrait sa masse salariale, charges comprises, passer de 30, 6 millions à 12,6 millions d’euros par an». En y ajoutant les exonérations fiscales et les coûts logistiques, l’économie annuelle atteindrait 19,5 millions d’euros. Difficile de faire mieux"

la messe est dite! c'est un ministre lui ou c'est le directeur d'un bureau de placement (biroblasma), peut être un rabatteur!!?? ils croit que la Corée du sud ou la Malaisie se sont industrialisé comme ça en faisant venir des investisseurs étranger pour exploiter les leurs? Mr le ministre jeter un coup d'œil au journaux de publications scientifiques, comptez le nombre d'article publiés par les université de ces pays du sud-est asiatique...ensuite regarder les chiffres des budgets de la recherche et de l'enseignement tout court dans ces même pays, vous allez (peut être) comprendre.

"leur process de fabrication rappelle ceux du tissage où la main d’œuvre compte jusqu’à 45% dans la structure de coût"...il le dit biwajhou 7mar! travailler dans la culture des patates ou l'aéronautique c'est du pareil au même pour le travailleur marocain qui est confiné à faire des taches répétitives. ou est le reste de valeur ajoutée...ah ça part sous forme de rapatriement de profits puisque même l'État e récupère pas d'impôt, génial!!!
Citation
lmajdoub20600 a écrit:
"Maintenant, il n’y a plus qu’à aller chercher les investisseurs. Pour les inciter à s’installer au Maroc, Chami souligne qu’«une entreprise de 480 personnes du sud de l’Europe qui s’installerait au Maroc verrait sa masse salariale, charges comprises, passer de 30, 6 millions à 12,6 millions d’euros par an». En y ajoutant les exonérations fiscales et les coûts logistiques, l’économie annuelle atteindrait 19,5 millions d’euros. Difficile de faire mieux"

la messe est dite! c'est un ministre lui ou c'est le directeur d'un bureau de placement (biroblasma), peut être un rabatteur!!?? ils croit que la Corée du sud ou la Malaisie se sont industrialisé comme ça en faisant venir des investisseurs étranger pour exploiter les leurs? Mr le ministre jeter un coup d'œil au journaux de publications scientifiques, comptez le nombre d'article publiés par les université de ces pays du sud-est asiatique...ensuite regarder les chiffres des budgets de la recherche et de l'enseignement tout court dans ces même pays, vous allez (peut être) comprendre.

"leur process de fabrication rappelle ceux du tissage où la main d’œuvre compte jusqu’à 45% dans la structure de coût"...il le dit biwajhou 7mar! travailler dans la culture des patates ou l'aéronautique c'est du pareil au même pour le travailleur marocain qui est confiné à faire des taches répétitives. ou est le reste de valeur ajoutée...ah ça part sous forme de rapatriement de profits puisque même l'État e récupère pas d'impôt, génial!!!


Donc, Mr lmajdoub20600, peux-tu nous expliquer comment la corée du sud a pu etre un très grand pays emergent.
Selon mes connaissances le Maroc fait la même politique économique que la corée du sud.
La corée du sud pour émerger à investit dans le capital humain , elle a éradiqué l'analphabétisme , créé des écoles et des labos , encouragé la recherche scientifique, c'est comme ça qu'elle a attiré les investisseur.
Pour info ,nous avons eu l'indépendance quasiment en même temps que la Corée du sud .

Chez nous , ils ont libéré la vente d'alcool , créé des casinos, financé des concerts et détruit des écoles.
Pour l'emploi ils ont envoyés des femmes faire les esclaves au sud de l'espagne et attirés des pseudo investisseurs qui n'ont besoins de la main d'oeuvre marocaine que pour faire des travaux sans qualifications alors que le vrai investissement se fait dans les bureaux d'études et les laboratoires de leurs pays d'origine .
imadjoub

Désolé , l'état prend partout sur les petits comme d'hab à commencer par la tva,

la bonne chose est que certains aient du travail, dejà !! pour se nourrir et se loger,

Cette industrie est énorme et demande des sommes considérables introuvables en Maroc,

Depuis Bleriot , je ne connais pas de sté marocaine qui fabrique des avions, alors ceci

est une chance , au lieu de critiquer ,il faut agir , etre fiable , il y a des tas de pays dans le monde , qui peuvent faire comme à Tanger ou Casa , et en France , aussi plein de couillons qui rament
pour le smic ou 10% au dessus dans les usines , ce qui vous manque à vous c'est la vision
du monde réel ,
informez vous tout n'est pas rose , ce qui va au maroc est retiré aux européens !!! à mediter/
Citation
georges a écrit:
imadjoub

Désolé , l'état prend partout sur les petits comme d'hab à commencer par la tva,

la bonne chose est que certains aient du travail, dejà !! pour se nourrir et se loger,

Cette industrie est énorme et demande des sommes considérables introuvables en Maroc,

Depuis Bleriot , je ne connais pas de sté marocaine qui fabrique des avions, alors ceci

est une chance , au lieu de critiquer ,il faut agir , etre fiable , il y a des tas de pays dans le monde , qui peuvent faire comme à Tanger ou Casa , et en France , aussi plein de couillons qui rament
pour le smic ou 10% au dessus dans les usines , ce qui vous manque à vous c'est la vision
du monde réel ,
informez vous tout n'est pas rose , ce qui va au maroc est retiré aux européens !!! à mediter/


bien parlé il faut qu'on fasse un effort pour se débarasser des idées dépassées d'une idéoligie surannée



je hais l'hypocrisie
 
Facebook