Economie
Maroc : L'OCP à la rescousse de l'agriculture africaine

La conquête de l’Afrique continue pour le Maroc. Après les banques et l'immobilier, c’est le géant du phosphate, l’Office chérifien des phosphates [OCP] qui met le cap sur les terres tropicales. L’Afrique subsaharienne a un énorme besoin d’engrais et le Maroc se positionne en « fournisseur fiable ».

L'OCP met le cap sur l'Afrique subsaharienne

L’Office chérifien des phosphates [OCP] va émettre des volumes croissants vers l’Afrique au cours des prochaines années. « Les africains sauront qu'il y a un fournisseur fiable […] C'est nouveau ! », a déclaré à Reuters Mohamed Benabdeljalil, vice-président chargé des ventes et des passations de marchés des matières premières de l’Office. C’est en marge du ‘Fertilizer Market Bulettin’ [FMB Africa], une conférence dédiée aux producteurs d’engrais dans le monde organisée ce jeudi à Agadir, que l’OCP révèle ses plans vers l’Afrique subsaharienne. Quelques pays bénéficieront sous peu des services du géant marocain des phosphates, à l’instar du Mali. L’OCP envisage d’y établir une « feuille de la fertilité » afin de déterminer avec précision les besoins spécifiques du sol en fonction des cultures qui sont cultivées. « Nous nous engageons dans le développement de produits spécifiques pour répondre aux lacunes dans les macro et micronutriments », a déclaré Benabdeljalil. D'autres pays africains suivront, a-t-il ajouté sans les nommer.

Selon les prévisions de l’ONU, la population africaine devrait doubler dans les quatre prochaines décennies. Ce qui entrainerait une forte hausse de la demande des produits de base comme le riz et les céréales.

Le besoin, une opportunité

L’industrie du phosphate est une source incontestable de revenus pour le Maroc, et l’OCP fait partie des leaders mondiaux du secteur. Sachant qu’en 2011, les exportations de phosphates ont représenté plus de 36,1% et ses dérivées plus de 35,7% des exportations nationales. Avec l’économie du pays qui traverse une période de légère turbulence [les finances publiques mises à mal, le déficit budgétaire à contrôlé, les prévisions de croissance revues à la baisse, …], le besoin en Afrique n’est qu’une opportunité de se développer davantage. D’autant plus que dans ces pays, « les engrais sont chers, leur fabrication est coûteuse et peu de pays en Afrique les produisent », comme l’a souligné un participant burkinabé. En outre, la consommation est importante. Au Nigéria par exemple, la consommation d’engrais s’élève à 10 kg par hectare, contre une moyenne mondiale de 100 kg, selon un chef d’entreprise nigérian.

C’est donc là un terrain inexploré pour l’industrie marocaine des engrais phosphatés qui, à terme, rapportera gros au royaume chérifien. Voilà un autre élément qui vient s'ajouter aux multiples dossiers que traitent les entreprises marocaines dans le cadre de leur politique de déploiement vers l'Afrique. Après les banques avec Attijariwafa bank et BMCE, les télécoms avec Maroc Telecom, et l'immobilier avec Addoha qui annonçait récemment des investissements futurs en Afrique subsaharienne, c'est l'OCP cette fois qui sort le grand jeu. Prochainement, à qui le tour?

Ristel Tchounand
Copyright Yabiladi.com

http://yabiladi.com/articles/details/10162/maroc-l-ocp-rescousse-l-agriculture-africaine.html