Menu
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Maroc : Un MRE sexagénaire décède suite à des tracasseries administratives

Une véritable tragédie. Voilà ce que vit actuellement une famille de Marocains en France. Le père de famille est décédé le week-end dernier au Maroc après que le consulat de France à Rabat lui ait refusé un visa pour retourner chez lui et voir ses enfants. Les détails.

Un sexagénaire MRE de Montbéliard décède suite à des tracasseries administratives

Tout commence en juillet 2010. Un Marocain âgé de 60 ans, vivant à Montbéliard dans l'Est de la France rentre seul pour des vacances au Maroc et pour passer du temps avec sa famille à Sidi Slimane dans la région de Kénitra. Ce sexagénaire a travaillé plus de 30 ans en France à l’usine Peugeot de Sochaux mais n’a jamais demandé la nationalité française. Titulaire d’une pension d’invalidité, il est père de quatre enfants. Après un divorce, son ex-épouse décède quelques années plus tard d’une maladie laissant les quatre enfants sous la charge du père.

Perte des papiers

Une fois au Maroc, le père de famille perd malencontreusement sa carte d’identité et passeport marocains ainsi que son titre de séjour français. Il part au commissariat de police pour déclarer la perte de ses papiers d’identité. Seul dans ses démarches et analphabète, le MRE s’engouffre dans un labyrinthe administratif. Lorsqu’il entame ses démarches, l’administration marocaine lui fait remarquer une erreur sur son acte de naissance. Le MRE doit donc passer devant le tribunal administratif de Rabat pour la rectifier. Après de longs mois d’attente, le sexagénaire obtient enfin ses papiers marocains. Il ne lui reste plus qu’à se tourner vers les autorités françaises pour demander un nouveau titre de séjour. Pour lui, le cauchemar est bientôt terminé.

Malheureusement, le calvaire administratif du MRE se poursuit. Le consulat de France à Rabat refuse de lui délivrer un visa pour retourner en France et rejoindre ses enfants qu’il n’a pas vu depuis de longs mois, un refus sans donner de motifs précis. Sa fille aînée Myriam, âgée d’une vingtaine d'années, se rend à la sous-préfecture de Montbéliard pour expliquer la situation de son père, mais la sous-préfecture lui répond qu’elle n’a aucune trace de son dossier et qu’elle n’a reçu aucune information émanant du consulat de France. La jeune fille décide de prendre contact, dès l’été 2011, avec Jilali El Rhaz, Président du Conseil Régional des Marocains de Franche-Comté, association chargée de soutenir les Marocains de la région qui va accompagner les enfants dans leurs démarches administratives.

Mort loin de ses enfants

Alors que les enfants entament un recours auprès de la commission de recours contre les décisions de refus de visa à Nantes, le sexagénaire décède samedi 31 mars après un séjour de 17 longs mois au Maroc sans avoir revu ses enfants. Ces-derniers apprennent la mort de leur père suite à un simple coup de téléphone de leur oncle qui leur annonce qu’il a été inhumé le dimanche 1er avril dernier. L’oncle leur explique que leur père est mort suite à une crise cardiaque sans leur donner plus de détails. Mais Myriam, la fille aînée est persuadée que son père est décédé de chagrin et de stress suite à ces tracasseries administratives.

De son côté, Jilali El Rhaz est choqué par le manque de réactivité des autorités françaises et qualifie cette affaire « d’absurde ». « Voilà la récompense de la France à cet homme qui a travaillé depuis 30 ans et au final on lui refuse un visa pour voir ces enfants !», lance-t-il écœuré. Il dénonce la politique austère menée par la France pour la délivrance des visas aux immigrés durablement installés en France, qui paient leurs impôts et loyer en France, et déplore que les autorités ne prennent pas le temps d’étudier chaque dossier individuellement pour mieux comprendre la situation de chaque demandeur.

Enfin, Jilali El Rhaz ne cache pas son inquiétude concernant l’avenir des 4 enfants dont le dernier est âgé de 18 ans. « Ces enfants sont en droit de cultiver une haine vis-à-vis des institutions en France. On est en train de construire des bombes à retardement. », conclut-il.

Suivre Yabiladi
Décès du MRE
Auteur : tibiskui
Date : le 03 avril 2012 à 17h55
C'est le monde à l'envers, on refuse à un immigré qu'on est allé chercher au fin fond du Maroc pour le faire travailler pour le bien-être des Français, et qui a donné les meilleurs années de sa vie à un pays qui préfère régulariser des clandestins venus uniquement pomper des aides plutôt que de délivrer un laisser-passer à une personne en situation régulière, c'est vraiment du n'importe quoi...
Il se passe des choses bizarre !
Auteur : univers2011
Date : le 03 avril 2012 à 18h44

Il semble qu au préfectures en France , ils n ont plus de traces de titres de séjour des gens qui ont vécu très longtemps en france , bizarre bizarre !
Il va falloir éclaircir ça au plus haut niveau , je pense ! affaire à suivre ..............

17 mois à se battre pour rentrer voir ses enfants ....
Auteur : Jasmine&co
Date : le 03 avril 2012 à 18h50
Mon dieu , que c'est triste...
Miskine !!!
Auteur : musulmane et fière de l'être
Date : le 03 avril 2012 à 21h06
Miskine cette histoire m'a fait mal au coeur !!!

Allahirahmo !!

Comme dit univers 2011 AFFAIRE à SUIVRE !!!! faut pas les lâcher !!
PAIX A SON AME ET PATIENTE A TOUTE SES PROCHES
Auteur : ameline
Date : le 03 avril 2012 à 21h52
Et dire que les personnes qui lui ont causés toutes ces tracasseries peuvent prendre un billet en dernière minute et 3 heures après aller séjourner a Sidi Slimane dans la région de Kénitra.CA ME REVOLTE
Facebook