News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Maroc : Une Marocaine violée témoigne sur son blog

Le viol d’Amina Filali n’aurait pas uniquement réveillé les consciences, mais encore a-t-il braqué les lumières sur la réalité des filles violées au Maroc. Preuve en est, cette jeune marocaine qui a eu le courage de parler de son viol sur un blog-témoignage. Un mauvais souvenir qu’elle tient à partager avec les internautes, histoire de rappeler que le viol n’arrive pas qu’aux autres.

Photo: Houda Belabd. Il était une fois, la femme marocaine...

« J’avais 17 ans. C’était l’été. Il faisait beau, il faisait soleil. J’habite près de la plage et j’étais sortie marcher sur la côte, dans ce que je pensais être mon quartier, une extension de mon chez moi ». C’est en ces termes que H.L. commence son récit, faisant allusion à ce qu’elle décrit comme étant l’une des expériences les plus bouleversantes de toute son existence. Intitulé «ce n'est pas votre faute», ce témoignage circule beaucoup sur les réseaux communautaires de la toile.

« Je fus accostée, par deux jeunes hommes que j’ai ignoré, je fus suivie, je fus menacée, j’ai marché plus rapidement mais je fus arrêtée. L’un d’entre eux immobilisa mes mains, me somma de le suivre sous peine de m’ouvrir le visage avec sa lame de rasoir. Je le suivis. Et pendant que l’autre faisait le guet à 100 pas de nous deux, il me viola, me bouscula, et m’insulta. Puis les rôles s’échangèrent, et j’étais à la merci du second homme, qui à son tour me viola, me bouscula et m’insulta », continue-t-elle, avec émotion.

Toujours selon ses mots, les histoires de viol diffèrent souvent mais restent similaires. «La peur, les sueurs froides, le moment où résister devient inutile et qu’on réalise ce qu’on est sur le point de vivre. Les membres qui tremblent, la certitude qu’on nous tuera après coup et le sentiment que personne ne nous sauvera (…) Et la peur, surtout la peur et le sentiment que son monde implose avec fracas mais que ces fracas n’assourdissent que nous ».

Des témoignages qui affluent

«Ce soir-là, j’étais vierge, j’étais sortie faire un tour. Je fus agressée, je fus violée, je fus droguée et laissée sur la plage, à moitié nue, les pieds liés, la bouche bandée et les membres toujours tremblants des menaces paralysantes que j’avais reçues », raconte l’ex-mineure qui a eu le malheur d’être violée dans un pays qui ne lui « offre » pas plus que la possibilité d’épouser son violeur. Histoire de « sauver son honneur » et de « chasser la honte » à sa famille. Aujourd’hui, suite à la polémique d’Amina Filali, un webzine marocain a eu l’idée de lancer un appel à témoignages de la part des Marocaines victimes de viol. Résultat, les expériences relatées par les internautes violées inondent le site.

«Mon histoire est une parmi des millions. Et j’ai longtemps hésité à la raconter. Ce genre de témoignages met souvent les gens mal à l’aise. Ils ne “savent pas quoi dire”. Ils en parlent comme d’un secret, ils disent le mot viol à voix basse, ou ne le disent pas. Ils ne savent plus comment vous parler. Ils ne savent plus de quoi vous parler. Puis ils gardent votre histoire en eux comme un secret dont ils ont honte pour vous », poursuit H.L.

Si cette Marocaine a pris son courage à deux mains en se défoulant sur la toile, d’autres restent otages de leurs mauvais souvenirs, de peur d’être jugées ou lésées par les lois marocaines en vigueur. Car un viol n’est pas un simple rapport sexuel : « c’est une humiliation, c’est une blessure émotionnelle et physique, injustifiable et impardonnable», témoigne la blogueuse.

Et l'article 488?

Au niveau du code pénal marocain, l’article 475 n’est pas le seul qui lèse la Marocaine violée. L’article 488, lui, ne protège la victime de viol que si elle est nouvellement déflorée. En effet, la défloration demeure une circonstance aggravante d’un acte de viol. Ce qui fait que les victimes de viols non-déclarés à temps ne risquent pas d’interpeler la jurisprudence. Les victimes d’actes incestueux qui remontent à l’enfance, elles, n’engageraient que les juges qui veulent croire leurs histoires…

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
shoppeos
Auteur : shoppeos.ma
Date : le 29 novembre 2013 à 18h02
Shoppeos.ma expert de la Mode branchée à petit prix sur Internet, plus de 500 articles à Prix Imbattables, spécialiste dans la vente de prêt à porter masculin ainsi que féminin. Shoppeos rend accessible à tous et surtout à une jeunesse en quête de mode, les dernières tendances en matière de vêtements, chaussures et accessoires. Ses prix défiants toute concurrence, permettent à tous public d'accéder aux dernières tendances. Un large choix de vêtement homme et femme à des prix accessibles à tous... Les collections de vêtements sont réactualisées toutes les semaines. La boutique en ligne vous propose également des bonnes affaires toute l'année ! La mode tendance pour différents styles : le style Urbain, le style Fashion ou le style City afin de n'oublier personne et d'être toujours au top. Du Costume élégant au francesco bellini ultra fashion, la marque propose une large gamme de vêtements de qualité. La tolérance, l'originalité et l'ouverture d'esprit, sont les thèmes qui ont construit et fondent aujourd'hui toute la philosophie Shoppeos. La marque croit en une image plurielle pour favoriser la mixité et le métissage des identités.
Appel à témoins
Auteur : BreakTheSilence
Date : le 09 janvier 2013 à 17h22
Nous recherchons des victimes de viol qui souhaitent témoigner sur Casablanca et/ou Rabat (l'identité de toute intervenante sera protégée, plus d'informations par e-mail).
Tenue légère?
Auteur : Kerima83
Date : le 25 décembre 2012 à 18h23
N'importe quoi Omar, les violeurs ne font même pas attention à ce que la fille porte!! J'ai failli me faire violer une fois alors que je portais une jllaba!!! A bon entendeur!!
cinéma a la marocain
Auteur : amed69
Date : le 07 avril 2012 à 11h50
je crois pas cette salade !!!!!
un viol = un meutre
Auteur : Danouni
Date : le 06 avril 2012 à 18h49
J'ai vu récemment une émission sur des viols de femmes journalistes européennes, américaines et égyptiennes par des groupes de jeunes hommes en Égypte.

Rappelez-vous du témoignage d'une jeune franco-marocaine violée dans les Emirats par un groupe d'hommes qui lui ont tendu un piège et l'ont droguée. Ils n'ont jamais été inquiété par la justice de leur pays et c'est la JF qui a failli être condamnée. Sa faute être une Femme marocaine de nationalité Française, donc peur eux une prostituée. Ce sont les autorités françaises qui ont réglé le problème. Les autorités marocaines comme à l'heure habitude se sont tues pour que l'argent des Emirats continuent à couler au Maroc. Comme on dit l'argent n'a pas d'odeur !!!!!!

Au Maroc, le harcèlement et la drague répétée des jeunes femmes marocaines par des jeunes est un phénomène qui perdure depuis très longtemps. Je me souviens du témoignage d'une connaissance, une enseignante marocaine d'une trentaine d'années qui habitait un quartier populaire et qui me disait qu'elle se faisait siffler même par des mômes d'une dizaine d'années à chaque fois qu'elle portait un pantalon ou un jean. Cette JF s'est aujourd'hui mariée à un Français.

Au Maroc, les jeunes femmes en ont plus que marre des incivilités et du harcèlement des hommes envers elles.

Les raisons sont multiples :
les jeunes hommes au Maroc (et dans de nombreux pays musulmans) restent très longtemps célibataires faute d'argent, ce qui créent des frustrations sexuelles. Au Maroc, la loi interdit les relations sexuelles en dehors du mariage (Loi non appliquée 1 fois de plus).
Les femmes ne sont vues que comme des vagins ambulants.
Les femmes sont considérées comme des êtres inférieures sur lesquelles les hommes peuvent assumer leur frustrations sociales. Combien de mariages au Maroc ont duré 1 semaine avant la Moudawana qui d'ailleurs se heurtent aux Islamistes marocains qui veulent garder les femmes sous leur joug.

Si les marocains ne respectent déjà pas leurs femmes comment voulez vous que les étrangers les respectent à leur tour. Ils ne comprennent pas que ce qui arrive à ces JF peut arriver demain à leurs sœurs, amies....

Je comprends maintenant mieux pourquoi de + en + de certaines JF marocaines se tournent vers des hommes occidentaux ou vers des marocains de l’Étranger tant elles subissent de problèmes de Harcèlement sexuel et professionnel.

Au Maroc, lorsqu’une JF se fait violer par un malade sexuel s'est toujours de sa faute.

Les violeurs sont des criminels. Les autorités marocaines qui savent tout ça sont responsables et complice par leur inaction.

Dernière modification le 06/04/2012 19:00
Facebook