Maroc : Mohamed El Fizazi veut créer son parti salafiste

Le Printemps arabe a fait place à la montée du discours islamiste. Le Maroc n'échappe à la règle. Un nouveau parti salafiste, mené par Mohamed El Fizazi, est dans les starting-blocks.

L’Egypte a donné le la, le Maroc est-il en train de suivre son exemple en autorisant un parti salafiste ? Une nouvelle enseigne islamiste politique pourrait s’ajouter aux PJD, Al Badil al Hadari et le parti Al Oumma, déjà existants. En attendant la bénédiction du ministère de l’Intérieur, Mohamed El Fizazi, ancien détenu pour terrorisme dans le sillage des attentats du 16 mai 2003 et gracié en avril 2011, assure dans ses déclarations à Yabiladi.com que « l’annonce de la création de sa formation politique est imminente. Nous avons l’accord de plusieurs cadres, dont notamment des avocats et des universitaires, en vue de nous rejoindre ». Aucune date n'est encore annoncée pour la création de cette nouvelle formation politique. Mohamed El Fizazi compte séduire les islamistes qui seraient déçus par les concessions faites par le PJD au Palais royal.

Appliquer la Charia

Mohamed El Fizazi, l’initiateur de ce projet ne cesse de multiplier les contacts faisant la promotion de son futur parti aux couleurs salafistes. « Récemment, j’ai été à Marrakech, Rabat, Casablanca, Tanger et Tétouan pour la réalisation de cet objectif », confie-t-il.

Qu’est-ce qui différence cette nouvelle formation du PJD ? « Nous avons placé la barre de nos revendication un peu plus haut que le PJD. Ce parti a été créé dans des conditions très particulières. Nous ne serons jamais des concurrent pour nous frères du PJD mais nous comptons les compléter », explique le cheikh. Et d’ajouter que « notre principale valeur ajoutée est notre volonté d’appliquer la Charia, telle qu’elle est, sans concession. Les modernistes prônent la prééminence des lois universelles sur la locale, nous, c’est la Charia de Dieu que nous voulons ». Très optimiste, Mohamed El Fizazi assure que son parti salafiste « arrivera second lors des élections législatives de 2012 », sans préciser derrière quelle formation.

Effet Printemps arabe

« C’est le printemps arabe qui a nettement contribué à légitimer le discours islamiste politique y compris le salafiste radicale, réclamant l’application de la Charia. Nous l’avons vu lors des élections législatives en Egypte où les Frères musulmans et les salafistes contrôlent aujourd'hui les deux tiers du parlement. Le Maroc est sur le point d'emboîter le pas à l'Egypte », estime Driss Ganbouri, spécialiste dans les mouvements islamistes.

« Les nouveaux régimes arabes et les anciens ont pris conscience de la nécessité de cohabiter avec toutes les facettes de l’islam politique y compris le salafisme et le soufisme. Les forces occidentales partagent, également, la même vision que les Etats arabes. Leur aversion légendaire à l’égard des mouvements islamistes a, par miracle, cédé la place, dans une première phase, à la compréhension puis à la coopération. En échange de cette tolérance occidentale, les islamistes évitent d’évoquer tout sujet qui pourrait perturber cette idylle politique. En Egypte, les Frères musulmans et les salafistes du parti Annour ne comptent nullement rompre les relations avec Israël ni remettre en question les accords de Camp David », explique Driss Ganbouri.

Ghazali concurrent de Fizazi

Par ailleurs, l'envie de prendre place sur la scène politique marocaine n'anime pas uniquement Mohamed El Fizazi, un autre salafiste, Khalid El Ghazali, un ex-détenu récemment libéré, nourri, également, la même ambition. Sur le modèle du parti égyptien Annour, qui a vu le jour juste après la chute du régime de Moubarak, il compte lancer une enseigne politique exclusivement salafiste. Ces chances de réaliser son rêve sont minimes. Une formation salafiste ne peut être dirigée que par Mohamed El Fizazi. Depuis sa sortie de prison, en avril dernier, il a opéré un revirement total, jetant aux orties ses anciennes idées, à l'origine de son incarcération en 2003, et multipliant les gages de sa bonne volonté de soutenir l'Etat et la commanderie des croyants. Ses positions vis à vis de Al Adl Wal Ihssane et du Mouvement du 20 février sont de parfaits exemples du nouveau visage que Mohamed El Fizazi veut donner de lui.

Suivre Yabiladi
Marti...
Auteur : elmourabet
Date : le 23 mars 2012 à 22h52
C´est Harakatu At-taghyir wa Al-islah. Parti pour les Marocians mais pas pour les sepraratist de puis 01 janvier 2010.
C’est pour quand le Parti Démocratique Amazigh ?
Auteur : mohammed hifad
Date : le 23 mars 2012 à 19h12
C’est pour quand le Parti Démocratique Amazigh ?
Par Mohammed Hifad

Le Parti de l’Istiqlal,Le PJD, Al Badil al Hadari , le parti Al Oumma , Mohamed El Fizazei le salafiste qui veut créer son propre parti , appliquer la charia , comme si elle n’est pas déjà appliquée et élever la barre par rapport au PJD ainsi que le salafiste Khalid El Ghazali qui lui emboite le pas etc,etc !!!

Nous assistons médusés ,les mains liées par de fausses lois à une recrudescence des partis religieux et à l’application de la loi de deux poids et deux mesures.

On a enterré vivant le Parti Démocratique Amazigh et personne n’ose plus proposer un autre parti de tendance amazighe sans tomber sous cette loi qui date de l’époque coloniale et qui interdit un parti basé sur l’ethnie et la religion .

Mais nos dirigeants arabes , pour qui profite la religion et fait partie intégrante de leur langue , identité , histoire et culture , se contentent de la partie concernant l’ethnie pour interdire la création d’un parti amazigh sans lequel le Maroc sera transformé tôt ou tard , si ce n'est pas déjà fait,en une province de l’Arabie Saoudite.

L’ancien ministre de l’intérieur qui avait qualifié ce parti amazigh d’ethnocentriste, est incapable de qualifier de la même manière les partis religieux précités.

L’Occident , l’un des occupants de l’Afrique du Nord , ne peut que soutenir le pouvoir arabe en place plus par complicité ou compréhension entre prédateurs , diplomatie d’anguilles sous roche et solidarité d’intérêts.

Le Grand Rif , par ironie du sort , se trouve dans la même situation qu’au début du siècle dernier abandonné par le reste du Maroc à son propre sort de pays envahi et désarmé au vu et au su de tous et de toutes sans aucun geste de solidarité face à l’armada policière quasi militaire à laquelle il fait face seul sous un gouvernement et un palais religieux hostiles à tout ce qui est amazigh et autochtone fidèles à leurs ancêtres conquérants.

Il suffit d'écouter aujourd'hui le porte parole, sur le plan international ,de la famille royale My Hicham qui ose aller jusqu'à nier le fait que les amazighs soient les premiers habitants du Maroc.

Comment croire à la démocratie marocaine si les amazighs majoritaires au Maroc n’ont même pas le droit d’avoir un parti spécifique qui défend leurs droits légitimes ?

Le régime arabo-islamique et l’Occident sont en train de mettre le feu à la dynamite marocaine.

Comment oser de nos jours donner des autorisations à des partis salafistes extrémistes qui veulent appliquer la charia telle quelle au Maroc au mépris du droit coutumier de la langue, de l’histoire , de la culture amazighe de Massinissa , de la Reine martyre Dihia,du grand général Hannibal, de Saint Augustin , d’Ibn Khaldoune, de Katib Yacine, de plus de vingt millions d'amazighs marocains sur trente et j’en passe , sans maintenir l’équilibre et autoriser également plusieurs partis amazighs ?

Si l’administration du maréchal Hubert Lyautey avait intérêt à interdire un parti amazigh et religieux , cette interdiction est conforme à l’esprit du protectorat mais que le maintien de la mêle loi soit maintenue uniquement à l’égard des amazighs après cinquante et six ans d’indépendance est incompréhensible et raciste au sens propre et figuré du mot.

Jusqu’à quand va durer cette situation du fait accompli où excellent les dirigeants marocains ?

Seuls les femmes et le Rif sont actuellement vigilants et conscients de ce problème et le disent haut et fort presque au quotidien alors que le reste de la population semble complètement déconnectée de sa réalité ce dont profite nos responsables au mépris des droits de l’homme , des conventions signées et du droit international en la matière .

Le langage d’ouverture tenu par les dirigeants et la réalité sur le terrain sont absolument contradictoires et rendent perplexe tout observateur de l’actualité marocaine .

Un langage aux couleurs démocratiques sur les médias et l’ethnocentrisme arabo-musulman –salafiste gagnent de plus en plus le terrain à coups de pétrodollars avec la bénédiction du palais et du gouvernement sensé élu par le peuple , responsable devant lui et qui doit rester en principe neutre vis-à-vis des citoyens(ennes) .

L’Occident serré à la gorge par la crise est prêt à « comprendre » Satan en personne pour garder les marchés de l’Afrique du Nord et du Proche Orient pour ses armes et autres produits industriels.Il ne peut que devenir de plus en plus laxiste envers ces mannes de pétrodollars .

Qui va se préoccuper des peuples piétinés , humiliés , dépouillés, décimés à volonté par des dictateurs de tous bords ?
Source: mogador7.forumactif.com
@azoudesbois : Tu peux dire ce que tu veux !
Auteur : berhoc
Date : le 23 mars 2012 à 17h34
Interprète comme bon te semble et chacun est responsable de ses idées et point final.
Nous avons l'avenir et chacun d'entre nous corrigera ses idées au fur et à mesure des événements futurs !
Dernière modification le 23/03/2012 17:44
PLUS ROYALISTE QUE LE ROI
Auteur : azouz des bois
Date : le 23 mars 2012 à 17h23
Normal pour toi a partir du moment où le palais donne son aval, les salafistes font allégeance à la monarchie
Ton opinion est déjà faite.
@Azzoudesbois : Je suis pour la séparation entre la religion et le politique mais je prends en considération la société ou je vis !
Auteur : berhoc
Date : le 23 mars 2012 à 15h00
Mes idées sont boiteuses ou tes idées sont superficielles et avec plein de préjugés, ce n'est pas cela le plus important.
J'aurais très facilement pu vous sortir tout un arsenal d'arguments contre le salafisme...et j'aurais très facilement sortir une thèse pour défendre la séparation entre la politique et la religion...mais ce n'est pas cela la question...
Je veux dépasser ce stade idéologique des choses vers une approche sociale et d'intégration. Maintenant, je suis sûr et certain et ça reste ma conviction personnelle que cette manière d'intégration reste la plus efficace surtout avec ce lobby religieux qui montent sans cesse.
Je ne veux être cartésien et juger cette jama3a une fois pour toute.



Dernière modification le 23/03/2012 15:07
Facebook