News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

L'huile d'olive marocaine inquiète les agriculteurs espagnols

Décidément, l’accord agricole entre le Maroc et l’UE ne fait que grincer les dents du côté espagnol. Après la tomate, la fraise, les légumes, voilà que les agriculteurs ibériques s'inquiètent de la concurrence du Maroc sur l'huile d'olive. En dépit de sa géante industrie oléicole et sa force commerciale sans pareille en comparaison avec le Maroc, l'Espagne évoque les raisons de ses inquiétudes...

L’inquiétude plane sous le ciel andalou. Les agriculteurs andalous s’alarment quant à l’avenir de l’huile d’olive espagnole sur le marché européen. Et pour cause, la concurrence marocaine qui sera renforcée, selon eux, par l’accord de libre-échange agricole entre le royaume chérifien et l’Union européenne. « Cet accord avec le Maroc est une étape vers la ruine des cultivateurs espagnols d'olives […] Nous passons d'un quota de 52 000 tonnes (d'huile) que pouvait exporter le Maroc pour toute la communauté européenne à la possibilité pour eux d'exporter toute leur production », explique à AFP Lope Ruiz Lopez, gérant d'une petite ferme de 40 hectares à Iznajar, un village entouré par des oliveraies, dans la province de Cordoue en Andalousie. Dans cette région, la culture des olives est la principale activité économique. La région fait 80 pour cent d'huile d'olive du pays et l'industrie est cruciale, ce qui donne un moyen de subsistance à 200 000 producteurs et 300 villes et villages. 

Vraiment de quoi s’en faire ?

Il faut dire que les espagnols avaient maintes fois manifesté contre la ratification de l’accord agricole entre le Maroc et l’UE. Si la tomate, la fraise et les légumes marocaines pouvaient les déstabiliser, parce que prisés sur le marché européen, l’Espagne n’aurait pas, à priori, à s’en faire pour l’huile d’olive. La production espagnole est dix fois supérieure à celle du Maroc, et que l’Espagne, à elle seule, mobilise 50% de la production mondiale d’huile d’olive. Ce qui fait de lui le learder mondial. Le pays dispose donc d'une véritable industrie oléicole et d'une force commerciale importante, contrairement au Maroc. Cependant, la crainte de l’Espagne réside dans le plan de développement de la filière oléicole marocaine dans le cadre du Plan Maroc Vert. L’objectif pour le royaume étant d’augmenter considérablement la superficie cultivable, la production et l’exportation d’huile d’olive. « A moyen et long terme, le Maroc met en danger la production espagnole d’huile d’olive. Au Maroc 700 000 hectares vont se planter, c'est le double de ce qu’il y a à Cordoue », a assuré Miguel García Cobos, secrétaire général de l'Union des petits agriculteurs (UPA) à Cordoue, une province d’Andalousie. « L'huile qui, dans quelques années, proviendra de cette nouvelle plantation va directement concurrencer la production andalouse, puisque le Maroc a un climat semblable à celui de l'Andalousie, poursuit M. Cobos. En fin de compte, l’huile marocaine est compétitive sur le marché européen, c’est pourquoi nous sommes dans une position de faiblesse à leur égard, insiste-t-il. »

Les agriculteurs espagnols décrient aussi d’autres avantages dont jouissent les Marocains, à l’instar des charges salariales. « Au Maroc le salaire d'un travailleur se situe entre 6 et 8 euros par jour, en travaillant 8 ou 9 heures. En revanche en Espagne, ce sont plus 45 euros de salaire environ plus 14 ou 15 euros de Sécurité sociale : le coût pour un entrepreneur est de 60 euros par jour, en travaillant 6 heures », explique M. Cobos. Aussi, L'Andalousie est la région d’Espagne la plus touchée par le chômage avec un taux de 31,23%. Par ailleurs, le prix du litre d’huile d’olive a considérablement baissé ces dernières années. Il y a quatre à cinq ans, le litre coûtait plus de trois euros. « Aujourd'hui nous en sommes à 1,80 euro », remarque M. Cobos. « Le prix auquel on nous achète notre produit, un produit d'une telle qualité qu'est l'huile d'olive extra vierge, couvre à peine les dépenses de production. […] Ici tout le monde vit directement ou indirectement de l'huile », note Lope Ruiz Lopez, donc « si les problèmes qu'a actuellement le secteur ne se résolvent pas à court terme, pour Iznajar et les autres villages alentour, la survie va être très compliquée dans les prochaines années ». 

Objectifs du Plan Maroc Vert à l’horizon 2020 (Filière Oléicole)

 

Superficie (Ha)

1 220 000

Production totale en olives (T)

2 500 000

Huile d’olive

330 000

Olives de table

320 000

Consommation interne (Kg/habitant/an)

 

- Huile d’olive

4

- Olives de table

5

Exportation (T)

 

- Huile d’olive

120 000

- Olives de table

150 000

Source: Ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
evereste
Auteur : djamel0069
Date : le 24 mars 2012 à 10h42
Je suis un franco algerien je vie en france et je consome que de l.huile marocaine Car elle et la meilleur au monde et ca etait prouve ,en plus le salaire des marocains. Et pas le meme a cote des espagnole alors ta pas foto vive l,huile chelh
et si on exportait le kif hashish
Auteur : ichiadmia
Date : le 23 mars 2012 à 03h32
Oui les produits agricole marocian can inquite un peu partout, les espagnole les americains,.. et bien eux veulent bien debordrer nos marche avec des articles tout genre,...et bien c'est donnant donnant.
J'ai oublie on un produit sous exploite, le Kif normalement on doit les mettre dans des paquets ou meme invete des cigarettes au Kif, ceux quin fait le tabac meme avec totu le sdanger ils contunuent d'en prooduire alors pourquoi pas du chocolat, de la confiture verte, des medicaments,... n'importe quoi mais il faut l'exporter legalement
Les espagnoles se démolissent eux-mêmes!
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 22 mars 2012 à 21h11
Est-ce que ces gens se souviennent des huiles espagnoles contaminées qui avaient tuées plusieurs personnes en Europe dans les années 70?
S'ils ne souviennent pas, les européens et le reste du monde ne l'ont jamais oubliés.
il ne faut pas oublier non-plus la crise des concombres tueurs? Les fraises pleines d'insecticides, les huiles frelatés et j'en passe...
Ce n'est pas le Maroc qui doit inquiéter l'Espagne, c'est leurs comportements et leurs malhonnêtetés envers les consommateurs qui démolissent leurs propres produits devenus impropres à la consommation pour beaucoup de pays importateurs.
Je n'invente rien, tout a été dit pendant des décennies dans la presse internationale !
Il n y a pas de concurrence entre les produits marocains et les produits espagnoles, pour la simple raison, c'est qu'il y a du bon produit et du mauvais produit , et c'est aux consommateurs de décider, pas aux producteurs!
Dernière modification le 22/03/2012 21:19
De plus
Auteur : Electron libre
Date : le 22 mars 2012 à 17h10
De plus leur huile est immangeable (amère). Cela n'a rien à voir avec l'huile succulente qu'on a au Maroc.
Stop!!
Auteur : Electron libre
Date : le 22 mars 2012 à 17h08
L’Espagne commence à bien faire. Pour elle le Maroc est bon juste pour lui permettre d'aller pêcher sur ses cotes. Qu'il se développe ou non elle n'en a rien à f... . La majorité des espagnols méprisent les marocains. Eux cela ne les dérangent pas d’inonder par ex le marché français ou européens en général de leur légumes et fruits hyper traités. De plus ils bénéficient des subventions de l'Europe
Facebook