News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Maroc : A quand l’abrogation de la loi autorisant le violeur à épouser sa victime ?

La mort de la jeune Amina Filali, fait actuellement couler beaucoup d'encre au Maroc et à l'étranger. Comment cette jeune mineure de 16 ans, qui a été violée, a pu être contrainte d'épouser son violeur ? Un drame qui révolte les féministes du pays qui ne demandent qu'une chose : abroger l'article 475 du Code Pénal autorisant la violée à épouser son bourreau. Pour elles, cet article de loi ne fait qu'autoriser le viol.

Pour les féministes du Maroc, l'article 475 du Code Pénal est l'article qui autorise le viol.

Depuis hier, mercredi 14 mars, la presse et la blogosphère marocaines parlent et s’indignent du suicide d’Amina. Cette jeune Marocaine de 16 ans vivant à Larache s’est donnée la mort la semaine dernière après avoir ingurgité de la mort aux rats pour mettre fin à son calvaire. En début d’année 2011, ses parents l’ont forcé à épousé un homme de 10 ans son aîné après qu’il l’ait violé. Au départ, juste après le viol, les parents de la jeune fille ont porté plainte à Tanger. Le juge a mené une médiation entre les deux familles et décidera au final que la jeune mineure épouse son violeur pour lui éviter d’aller en prison.

L'article qui autorise le viol

Le juge n’a fait que suivre l’article 475 du Code Pénal marocain,  « Quiconque, sans violences, menaces ou fraudes, enlève ou détourne, ou tente d'enlever ou de détourner, un mineur de moins de dix-huit ans, est puni de l'emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 200 à 500 dirhams. Lorsqu'une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l'annulation du mariage et ne peut être condamné qu'après que cette annulation du mariage a été prononcée. », stipule l'article. Afin d’empêcher que l’affaire ne s’ébruite, la famille de la victime met la pression sur Amina pour qu’elle épouse son violeur. Mais son calvaire va se poursuivre en l’épousant. Les semaines qui suivent, Amina se fait encore plus violentée non seulement par son mari mais aussi par sa belle famille, précise Afriquinfos.com.

« C’est scandaleux. La loi doit être changée. C’est inconcevable de se faire violer et en plus d’avoir à vivre avec l’homme qui a violé. Il doit être incriminé. C’est simple de dire qu’on pardonne alors qu’on ne fait qu’autoriser le viol. S’il n’y a pas de poursuites judiciaires, les violeurs sont encouragés à continuer de violer. », s’insurge Rhizlaine Bénachir, présidente de l’association Jossour Forum des Femmes Marocaines, contactée par Yabiladi. Depuis des années, cette féministe se bat pour retirer cet article du Code Pénal. « J’estime qu’avec la Nouvelle Constitution qui condamne la discrimination de la femme, c’est le moment où jamais de le retirer », ajoute Rhizlaine Bénachir en insistant sur le fait qu’il existe aujourd’hui un réel fossé et une totale contradiction entre l’application de la Nouvelle Constitution et le Code Pénal. Elle réclame une harmonisation d’urgence entre ces différents textes. Une pétition circule actuellement sur internet pour dénoncer le sort de la jeune fille.

Mariage interdit aux moins de 18 ans

Mais modifier l’article 475, semble être un parcours du combattant. Il faut tout d’abord l’abroger, puis rédiger une nouvelle loi, la soumettre au Parlement, la faire voter par les deux chambres. Enfin, elle sortira dans le Bulletin Officiel, nous explique Fatiha Daoudi, juriste et militante des droits de la femme qui ne cache pas que cet article lui a toujours posé problème. « Cet article n’est pas une injustice, c’est de la protection de viol (…) cet article méprise complètement la femme. Quand elle est vierge, elle vaut quelque chose mais quand elle ne l’est plu, elle ne vaut plus rien, on a plus qu’à la donner aux chiens !», lance-t-elle d’un ton ferme.

Mais ce qui choque également Fatiha Daoudi dans cette affaire c’est que la justice ait autorisée le mariage d’une jeune mineure. Pourtant, la Moudawana, le nouveau Code de la famille impose un âge matrimonial de 18 ans. Un enfant de moins de 18 ans ne peut pas se marier. « La capacité matrimoniale s’acquiert, pour le garçon et la fille jouissant de leurs facultés mentales, à dix-huit ans grégoriens révolus. », stipule l’article 19 du Code de la Famille. En revanche, il existe une faille au niveau de l’article 20 du code laissant une libre interprétation permettant au juge de donner l’autorisation de marier un mineur, insiste Fatiha Daoudi. « Le juge de la famille chargé du mariage peut autoriser le mariage du garçon et de la fille avant l’âge de la capacité matrimoniale prévu par l’article 19, par décision motivée précisant l’intérêt et les motifs justifiant ce mariage. Il aura entendu, au préalable, les parents du mineur ou son représentant légal. (…) La décision du juge autorisant le mariage d’un mineur n’est susceptible d’aucun recours », stipule l’article 20. « Cet article va complétement à l'encontre de l'esprit de la religion.», ajoute Fatiha Daoudi faisant référence à l'actuel gouvernement PJD. Un sit-in est prévu ce samedi 17 mars à midi devant le Parlement de Rabat pour demander la suppression de l'article 475.  

Yabiladi a tenté de joindre ce matin Bassima Hakkaoui, la ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille pour savoir si abroger l'article 475 faisait partie de ses priorités, mais sans succès. La ministre a seulement déclaré aujourd'hui au micro de la chaîne 2M que le mariage des mineurs restait un problème à résoudre au Maroc et qu'il fallait ouvrir un débat national, sans pour autant dire précisément si elle comptait abroger l'article 475 ou prendre des mesures concrètes pour que ce genre de drame ne se reproduise plus.

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
Maroc: viol légal et mariage forcé
Auteur : mkmir
Date : le 08 janvier 2013 à 23h32
Signez cette pétition :

Maroc : empêcher le mariage légal des jeunes filles violées par leurs violeurs

http://www.avaaz.org/fr/petition/Maroc_empecher_le_mariage_legal_des_jeunes_filles_violees_par_leurs_violeurs/?cIiSDab
Loi au Maroc
Auteur : NAHED19
Date : le 07 novembre 2012 à 10h23
Je suis étonné que personne n'a pris le soin d'aller consulter le lien du code pénal marocain, même la personne qui a écrit cet article !!! Moi j'y suis allé juste pour savoir si vraiment la loi au Maroc est si injuste que cela parait, d'abord ce qui a attiré mon attention c'est que l'article en question (475) ne parle pas de viol mais "d'enlèvement SANS violence" après j'ai cherché les articles traitant les cas de viol et la la loi est claire c'est bien la prison ferme (Article 486) et ajoutant a cela l'article 471 qui parle de l'enlèvement avec violence et la aussi c'est la prison.
Du coup je crois que le problème n'est pas la loi Marocaine mais plutôt les gens (Famille et entourage) qui ont fait en sorte que le coupable soit juger juste pour un enlèvement sans viol ni violence.
Ne soyez pas des agneaux, cherchez par vous même l'information et vérifiez tout car ces jours ci les médias sont gérés en majorité par des CONS ...

http://adala.justice.gov.ma/production/legislation/fr/penal/Code%20Penal.htm
.........
Auteur : omar2a
Date : le 26 mars 2012 à 18h02
arrete de dire des sotises
avec un raisonnement pareil
Auteur : rabhi_80
Date : le 16 mars 2012 à 23h55
message a bountaf avec ce raisonnement primaire les choses ne sont pas prêtes de change.J' espéré juste que vous représentez une minorité
normal
Auteur : bountaf
Date : le 16 mars 2012 à 21h35
si ce n est pas le violeur qui se mari avec, personne ne voudra de cette personne.
Facebook