Drame à la faculté de Mohammedia : Un mort et un blessé suite à une chute

C’est un véritable drame qui s’est produit hier matin mardi 13 mars à la Faculté des Sciences et techniques de Mohammedia. Deux étudiants sont tombés du deuxième étage de la faculté après s’être adossés à une balustrade en bois qui a cédé. L’un des deux étudiants est décédé et le second est toujours à l’hôpital. Rania Azizi, une étudiante de 18 ans a été témoin de la tragédie avec des dizaines d’autres étudiants. Elle tient à raconter à Yabiladi ce qu’elle a vu pour, dit-elle "que ce genre de drame ne se reproduise plus".

Ahmad et Anas, les deux étudiants gisant sur le sol. Ahmad succombera à ses blessures. La photo a été prise par un étudiant quelques minutes après leur chute.
 C'est du deuxième étage que les deux étudiants sont tombés.
Photo montrant en détail la balustrade en bois qui a cédé après que trois étudiants se soient adossés dessus.
Le cercueil transportant le corps du jeune étudiant Ahmad. La photo a été prise par un autre étudiant .

Mardi 13 mars. Il est 8h54, se rappelle précisément Rania Azizi contactée ce matin sur son portable par nos soins. La jeune étudiante de 18 ans en deuxième année de mathématiques, informatique, physique attend, avec d’autres étudiants de sa classe, leur professeur pour leur cours de 9 heures, devant l’amphithéâtre principal de la faculté des sciences et techniques situé au rez-de-chaussée. Soudain, les étudiants entendent un bruit lourd et sourd, puis des cris. La balustrade du balcon du deuxième étage vient de s’effondrer.

« Les cris étaient ceux des étudiants qui sont tombés », lance Rania. « Trois étudiants en quatrième année de génie électrique se sont adossés sur une barrière en bois au deuxième étage. La balustrade a craqué, elle était très fragile », poursuit Rania avant d’ajouter que ces trois étudiants et leurs camarades avaient cours à 8h30 mais que leur professeur avait une demie-heure de retard. Les étudiants devaient donc attendre devant leur classe. L’un des trois étudiants adossés sur la balustrade était une jeune fille qui a été sauvée in extremis par une amie qui lui a retenu le bras pour ne pas tomber. En revanche, les deux autres jeunes étudiants n’ont pas eu de chance. Ils sont tombés. « L’un d’eux [Ahmad] est tombé sur le dos. Il s’est brisé la nuque. On voyait du sang sortir de ses oreilles. Le second [Anas] est tombé sur le ventre et le visage. Celui qui s’est brisé la nuque est mort », raconte Rania choquée insistant sur le fait qu’Ahmad était le meilleur élève de sa classe et qu’il venait tous les matins de Aïn Chock, quartier à Casablanca où il habitait pour étudier à Mohammedia.

Témoignage de l'étudiante sauvée in extremis

30 minutes interminables

Après l’effondrement de la balustrade, commence une longue attente des secours. « Le vice-doyen présent sur les lieux a appelé l’ambulance mais elle est venue 30 minutes après », explique Rania ne comprenant pas pourquoi il a fallu attendre si longtemps alors que l'hôpital avec lequel la faculté a signé des conventions pour le soin des étudiants est à seulement 5 minutes de la faculté. Ahmad Moufid est transféré à l'hôpital Mohammed V à Casablanca, vu la gravité de son état. Rania et d’autres étudiants demandent au Vice-doyen de le conduire à une clinique privée de Mohammedia plus proche de la faculté, mais le vice-doyen répondra, qu’en l’absence du doyen de la faculté, il ne peut prendre une telle décision. Ahmad finira par mourir sur la chemin de l’hôpital. « Le ministre de l’Enseignement supérieur Lahcen Daoudi est venu sur les lieux de Rabat et a posé des questions au vice-doyen et nous, [les étudiants] avons tout entendu. C’est ainsi que nous avons appris la mort d'Ahmad. Le doyen est venu un peu plus tard quand il a su que le ministre était sur place », explique Rania.

Intervention de Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur

Quand à Anas, le second étudiant qui est tombé, il est toujours à l’hôpital Moulay Abdallah de Mohammedia. « Il est réveillé. Il a une fracture au niveau du bras et sa rate a été touchée. Mais il ne sait pas que son ami Ahmad est décédé », ajoute-t-elle.

Rapport aux oubliettes

Rania est plus en colère que triste. Elle ne comprend pas comment ce drame a pu arriver alors que des étudiants avaient déjà signalé en 2009 la fragilité et le mauvais état de la balustrade en bois. Un rapport (voir en détail) avait même été rédigé par des étudiants de la faculté cette année-là. « Lors d’un travail pratique, une professeur de chimie avait demandé à ses élèves de faire un rapport écrit sur l’état des locaux de la faculté. Le document disait clairement qu’il fallait changer les balustrades datant de 1994. La professeur a trouvé le rapport très intéressant et l’a soumis au doyen. Mais l’administration n’a pas pris au sérieux le rapport qui a décidé au final de seulement repeindre les mûrs de toute la faculté. La direction de la fac a promis qu’une expertise allait être menée ce matin pour examiner les lieux mais personne n’est venu », déplore Rania. La direction de la faculté a décidé de suspendre les cours durant trois jours suite à ce drame. Mais cela n’a pas empêché les étudiants de se rendre aujourd’hui sur les lieux pour organiser une récolte d’argent pour les familles des deux victimes. Les étudiants prévoient également une manifestation devant la présidence de la faculté. (cf lien reportage sur 2M)

Vidéo prise par un étudiant  sur son portable lors de l'arrivée de l'ambulance à la faculté

Suivre Yabiladi
1 commentaire
C'est un Drame
Auteur : marmouchi
Date : le 14 mars 2012 à 17h47
Tout d'abord mes condoleance à la famille du defunt.
c'est malheureux de mourir si jeune dans ces circionstances aussi revoltantes.
qu'ils repose en paix ina lillah wa ina ilayhi raji3oun.
Facebook