Crise européenne : Inquiétudes pour les Marocains d'Espagne et d'Italie

En Crise depuis 2008, l’Espagne et l’Italie, tout comme leur homologue français ont vu leur note dégradée par les agences de notation. Une situation qui ne saurait être sans incidence sur les Marocains  y résidant et sur les échanges Maroc-UE.

La crise financière qui frappe l’Europe depuis 2008 n’a cessé de faire des ravages. Après une première dégradation de sa note en juin 2009 passant d’AAA à AA-, l’Espagne est passée ce vendredi de l’AA- au A. Ce qui veut dire que la huitième puissance mondiale va mal. L’autre pays qui a reçu le coup de marteau de l’agence de notation, c’est l’Italie. Avec sa noté abaissée de deux crans, l’Italie est passée de A à BBB+.

Hier, dans un communiqué de presse, Coface annonce déprécier la note du risque pays de plusieurs pays d’Europe parmi lesquels l’Espagne et l’Italie, abaissés d’un cran. Selon l’agence, cette notation est justifiée car l’Italie est « fragilisée par un endettement public massif, l’Espagne par l’endettement de son secteur privé ». L’Italie est ainsi passée au même niveau que le Maroc.

Quels risques pour les MRE ?

Il apparait clairement que cette situation ne sera pas sans impact sur les Marocains résidents dans ces pays. A noter qu’ils constituent l'une des communautés étrangères les plus importantes en Espagne et en Italie. Depuis le début de la crise, la hausse du chômage a entrainé des mouvements migratoires importants.  Cependant, la plaie devient de plus en plus profonde. Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy,  a évoqué sa volonté de prendre des « mesures d’austérités afin d’assainir les finances publiques ». À cela vont s’ajouter les mesures prises par son prédécesseur, pour ne citer que le cas espagnol.

Pour Le directeur du pôle économique de la Fondation Hassan II, M. Ftouh, les MRE ne sont pas au bout de leur peine, « car l’état actuel des choses ne donne pas de perspectives de quiétude, même les Espagnols vivent très mal la situation».  Plusieurs Marocains migrent vers d’autres régions d’Europe à la recherche de conditions de vie meilleures. D’autres préfèrent retourner au Maroc. Une tendance qui devrait à priori être observée sur la période, souligne M. Ftouh.

Le Maroc devrait-il se faire du souci ?

Jusqu’ici, les MRE se sont bien investis dans l’économie du pays via les transferts d’argents importants ainsi que plusieurs autres investissements. La fréquence de ces-derniers pourrait être affectée par la crise. Ce qui entrainerait une chute des entrées. 

Par ailleurs, la phase de récession dans laquelle vont entrer les pays de la zone Euro, notamment l’Espagne, risque d’avoir un impact négatif sur leur investissement au Maroc. Le Royaume qui pourtant restait jusqu'alors un partenaire privilégié de l'Union Européenne. 

Suivre Yabiladi
waw...
Auteur : MOHAMMED
Date : le 18 janvier 2012 à 12h26
à croire que la misère les poursuit.
y'à pas que les marocains qui sont inquiet
Auteur : Lion de l'atlas!
Date : le 18 janvier 2012 à 12h23
Même les populations européenne sont inquiète de leurs avenir ...
dilèmme
Auteur : wach jabek lia
Date : le 18 janvier 2012 à 11h45
Ceux qui sont retourner au Maroc sont ceux qui ont un investissement au bled...

Les autres, je les voi tout les jours msaken se tasser dans d'autre capital d'europe à la recherche de boulot et d'une manière de survivre...

Voilà pourquoi il est important d'avoir un pied solide au bled...

mais quand on voit qu'au maroc vous risquer à tout moment de vous faire voler en toute IMPUNITé...

Bled siba ...
Facebook