Claude Guéant : + de 17,5% d’expulsions en 2011

Les chiffres records de l’immigration en France sont connus. Le ministre de l’intérieur Claude Guéant a présenté hier son bilan 2011 ainsi que ses objectifs pour l’année 2012. Un discours qui fait monter la tension au sein des associations de défense des immigrés.

L’année 2011 en France a été une année difficile pour les sans-papiers. Selon Claude Guéant, Le nombre d'expulsions d'étrangers en situation irrégulière a atteint en 2011 un niveau record, à 32 912 contre 28 026 en 2010, soit une hausse de 17,5%, rapporte Libération. Pour le ministre, «Ce chiffre est supérieur de 5000 à celui de 28 000 initialement fixé. C'est le plus élevé jamais atteint».

Politiques migratoires durcies

En 2011, le nombre d’étrangers ayant reçu un titre de séjour a chuté de 3,6%, passant de 182 595, contre 189 455 l’année précédente, selon LeFigaro. Sur la question de la naturalisation, M Guéant soutient : «On ne peut devenir Français par hasard. On ne peut le devenir que si l'on parle le français et qu'on adhère aux principes de la République ». Ces propos justifient la baisse de 30% du nombre d’étrangers naturalisés enregistrée au cours de l’année écoulée.

Alors que les demandes d’asile ont augmenté de 8% entre 2010 et 2011, le taux de reconnaissance du droit d’asile, lui, a reculé de 1%. Là encore, le ministre justifie : « Notre système d'asile est en partie détourné par des abus, par des demandes formulées à des fins d'immigration économique ».

2012, plus de sévérité

Les objectifs de Claude Guéant pour l’année en cours se résument en trois points : le renforcement de la régulation de l’immigration, l’accentuation de la lutte contre les fraudes aux prestations sociales et un meilleur contrôle de l’accès à la nationalité française. Déjà, l’année qui commence devra enregistrer un nombre plus important  d’expulsions. « J'ai décidé d'élever l'objectif d'éloignements pour l'année 2012 à 35 000 reconduites », a-t-il déclaré. Aussi, il souhaite revenir au modèle d’immigration régulière des années 1990 avec 150 000 entrées d’étrangers en situation régulière.

Les associations réagissent

David Rohi, l'un des responsables de La Cimade, dénonce « une politique de souffrances et d'injustices ». « C'est une politique trop dure et qui à mon sens devrait être beaucoup plus ouverte pour que la dynamique à la fois culturelle et économique française se trouve enrichie comme elle l'a toujours été par l'immigration », a-t-il déclaré à Europe 1

L’association SOS Racisme se dit « inquiète au plus haut point » et appelle le gouvernement « à stopper cette politique de la honte ».

Interrogé par 20 Minutes, Pierre Henry, directeur de l’association France Terre d’Asile, qualifie la politique du ministre d’une « course-poursuite entre Claude Guéant et le FN. Le semblant de débat autour du nombre d’immigrés et de réfugiés n’a pas beaucoup de sens, Claude Guéant se fait prendre à son propre piège de la politique du chiffre. C’est une dispute de frères siamois avec la leader de l’extrême droite, un débat perverti qui n’en finira jamais parce que l’extrême droite sort des chiffres pour stigmatiser, pas pour analyser. Il est dans une espèce de course-poursuite avec le FN pour des raisons électorales que tout le monde connaît », a-t-il déclaré.

Un avis partagé par le chargé de la communication de l’ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France), Saïd Laayari. « Il est fier de présenter un bilan catastrophique. Nous savons qu’il se prépare pour les élections. Son but est de draguer l’électorat du FN. Cette politique des chiffres est une politique électoraliste et démagogique. Il joue sur l’expulsion des Roumains pour démontrer son efficacité. Sachant que quand ceux-ci s’en vont, ils peuvent revenir plus tard sur le territoire français, puisqu’ils font partie de l’Union européenne. », a-t-il affirmé à Yabiladi.

Les ressortissants hors union européenne seraient les plus à plaindre. Ils sont en général des travailleurs sans-papiers déclarés en CDI, CDD ou intérim renouvelé avec des papiers incomplets ou de faux papiers, selon l’association. L’ATMF affiche son soutien aux travailleurs sans-papiers. D’ailleurs, « ces gens contribuent à l’économie du pays », défend M Laayari, ne comprenant pas pourquoi ils sont ainsi remercier par le gouvernement.

Les Marocains aussi sont concernés

Leur refoulement se fait de manière très douloureuse parfois, avec, dans la majorité des cas, la complicité des diplomates. « Plusieurs ambassades ont été monnayées par des préfectures », s’indigne M Laayari. Il évoque le cas de M Hattaoui, un chef de famille d’origine marocain, expulsé en laissant une femme et deux enfants scolarisés en France. « Nous avons mené une pression sur la préfecture pour qu’elle fasse revenir le monsieur. Ce qui s’est fait deux ans plus tard. Il l’avait expulsé alors qu’il travaillait en France depuis 10 ans, après plusieurs tentatives de régularisation », explique M Laayari.

Pas plus tard que la semaine dernière, un jeune marocain a quitté le territoire français après y avoir travaillé pendant huit ans. Selon l’ATMF, le consulat marocain aurait aidé la préfecture à expulser le jeune homme. Nous avons tout fait, mais à notre grande surprise, le laisser-passer lui a été facilement accordé. Les cas d’expulsions douloureuses sont nombreuses et ça ne s’arrête pas » s’insurge M Laayari.

Suivre Yabiladi
1 commentaire
mac412#r
Auteur : guymohamedmerlin
Date : le 13 janvier 2012 à 02h03
Il est temps que la France se réveille. Le monde a changé, les Français ont changé. Si ceux qui gouvernent ce pays ont oublié les valeurs qui ont construit son identité, les Français de toutes origines pourront lui rappeler qu’un peuple n’est pas un paillasson. Dans 3 mos il faut booster Sarko et ses Ministres racistes et profiteurs.
Dans trois mois il faut que nous allons tous voter suivant nos convictions (gauche ou verts) pour dégager Sarko et barrer la route a LE PEN.
La France n'a jamais autant été endettée, combien coute la guerre chez nos frères Afghans? Combien a couté la guerre en Libye?
L'ancienne Ministre de la défense, n'a même pas démissionnée après l'effondrementr de la Tunisie, elle qui entrenait son patrimoine Tunisien grace à sa "diplomatie" et ses bonnes relations avec les Ben Ali.
Guéant, Hortefeux même combat ,mais pas inintéressé
ce dernier a casé son épouse au Centre nationale des caisses d'epargne.
Il y a peu de temps Sarko annonçait la fin des parachutes dorés et des accords transactionnels pour ceux qui ne pensent pas comme nos dirigeants et que l'ont poussait vers la sortie. Comment se fait-il que Mme Hortefeux soit entrée au Centre National des Caisses d'Epargne?? Il n'y a peut être plus de place chez L'Oreal.??
Y'a de deux sortes de justices : vous avez l'avocat qui connaît bien la loi, et vous avez l'avocat qui connaît bien le juge.

Le chômeur, Coluche


Facebook