News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Polémique: La nomination des ambassadeurs par le Roi est-elle anticonstitutionnelle ?

La nomination des 28 ambassadeurs, mardi 6 décembre, continue à faire des remous sur la toile. Décriée par Mahdi Zahraoui, dans une tribune publiée sur yabiladi, la nomination d’un tiers des ambassadeurs avant même qu’un nouveau gouvernement soit nommé, est jugée anticonstitutionnelle. D’autres bloggeurs ont fait leur recherche de leur côté sans pour autant réussir à se mettre d’accord. Une semaine après l’annonce officielle des nominations, la polémique ne fait-elle que commencer ?

La blogosphère marocaine est en pleine effervescence. Après l’annonce mardi 6 décembre de la nomination de 28 ambassadeurs sur 94 par le Roi, les messages d’indignation se sont accumulés sur les sites communautaires et la twittoma. Dans une tribune adressée à yabiladi, Mahdi Zahraoui parle d’une « violation inouïe » de la nouvelle constitution adoptée par référendum le 1er juillet dernier. « En effet, la loi suprême du pays et qui s’élève au degré de la sacralité dans les pays démocratiques a été simplement bafouée dans tous les sens. », insiste Zahraoui. Et il n’est pas le seul à s’insurger de la sorte. Nombre de bloggeurs ont fulminé la nomination royale des ambassadeurs, et chacun y va de sa propre analyse, extraits de la nouvelle constitution à l’appui, arguant que « c’est désormais le Chef du gouvernement qui nomme aux emplois civils de la fonction publique, et non plus le Roi. ». Mahdi Zahraoui s’étonne devant la « drôlerie du système ». « il se refait une constitution à sa mesure avec ses sbires et conseillers, il la soumet à une campagne référendaire des plus grotesques, il échafaude un référendum avec un taux de participation plus que gonflé, il s’attaque aux boycotteurs par tous les moyens… Et après toute cette mascarade, il viole sa propre constitution et les règles qu’il s’est imposé à lui même ! ». L’article 49 de la toute fraiche constitution attribue, en effet, cette prérogative au Chef du gouvernement, sur proposition du ministre des affaires étrangères, puis le tout est soumis au conseil des ministres. Le Roi n’intervient qu’à la fin du processus afin d’accréditer les ambassadeurs pour qu’ils puissent, à ce moment seulement, gagner leurs missions diplomatiques respectives. 

« Mascarade », « gâchis », et « pitrerie »

Quant à Ibn Kafka, le fameux « juriste marocain en liberté surveillée », il se réfère au compte-rendu donné lors de la cérémonie royale qui évoque des « dahirs de nomination » : « Ceci conforte l’analyse selon laquelle ces nominations seraient anticonstitutionnelles. ».  Le bloggeur Big brother réfute cette thèse. Pour lui, la nomination des ambassadeurs n’est en aucun cas anticonstitutionnelle puisqu’en attendant la nomination d’un gouvernement « Benkirane » et son investiture, c’est le gouvernement Abbas El Fassi qui tient les rênes et est dans ce cas appelé « gouvernement de transition » (un bulletin officiel l’affirmant a été publié le 29 novembre dernier), et est chargé d’expédier les « affaires courantes ». Pour ceux qui « prétendent, écrit Big Brother, que la nomination des ambassadeurs ne rentre pas dans le cadre de ces « affaires courantes » », il répond que c’est « totalement faux ». « Personne ne sait ce que c'est que ces affaires courantes. Seul le parlement à travers une loi organique qui se devait d'être votée -et cela n'a pas été fait- peut décider de la définition de ces affaires courantes. ». Pour Ibn Kafka, cela n’excuse rien. Ces « nominations pouvaient attendre le prochain Conseil des ministres, que le Roi peut par ailleurs convoquer quand il le souhaite ». 
Pour l'heure, aucune réaction officielle n'a été relayée par la MAP. Le juriste bloggeur ne tarit pas en qualificatifs pour ce « happening » des nominations : « mascarade », « gâchis », et « pitrerie ». 

Suivre Yabiladi
oui , mais...
Auteur : sidiyazid
Date : le 13 décembre 2011 à 20h52
sidi el Baki
j'admire votre nationalisme . Je crois que la grande majorité des marocains partage avec toi le rôle rassembleur du Souverain .

seulement , les regles du jeu institutionnel prevues par la nouvelle constitution sont claires et nettes :
concernant la nomination des ambassadeurs il y a ....probleme technique .

Je m'adresse à tous ceux qui ont vu dans les critiques de la procédure de nomination des ambassadeurs une critique faite au Roi :
-il ne s'agit pas de critiques adressées au Roi , mais plutot à ceux qui sont chargés de faire respecter les procedures legales et reglementaires au Maroc : j'entend , dans ce cas précis ,
- le Ministre et les services concernés du Ministere des Affaires Etrangeres qui devront s'expliquer sur les raisons de cette mesure exceptionnelle d'urgence appliquée à une operation , somme toute, routinière et qui pouvait attendre la constitution du nouveau gouvernement
-le Secretariat General du Gouvernement qui le principal gardien de la légalité et de la constitutionnalité des cates soumis à l'accord du souverain
-le Cabinet Royal qui est le Think Thank du souverain

Dans tous les cas , je crois que cette discussion a un aspect fort positif :
-d'abord elle a permis aux marocains d'emettre leur point de vue en toute civilité et en toute serenité.
Ce constat permet d'affirmer qu'un des objectis des reformes engagées a ete atteint : les marocains manifestent un interet certain pour les affaires de leur pays . Ils discutent, critiquent , cherchent à comprendre ....comportement à encourager .
-les interventions , tres nombreuses , sont autant de signaux envoyés à la sphere politique que le maroc de maintenant n'a plus rien à voir avec celui du passé : les marocains veulent savoir, comprendre , discuter et critiquer .
Fini : skout ldine mok !
-si l'opinion publique marocaine manifeste une bonne santé et une maturité politique , il se doit pour les intervenants politiques: partis , associations, presse etc , d'intervenir et d'alimenter ce regain de vie politique au maroc .
Helas , force est de constater que ni les partis de l'opposition, surtout al Ittihad , ni la presse et encore moins les associations et les elites politiques et intelelctuelles ne semblent vouloir se jeter sur l'occasion offerte par la polemique sur la nomination des ambassadeurs pour jouer leur rôle de courroie de trransmission , de moderateur et de defenseur du contenu de la constitution.

Faut , déjà, afirmer que , contrairement aux autres pays, que le peuple marocain est encore en avance sur ses elites , sur sa presse et sur ses partis?
Réponse á Rim Battal,
Auteur : Mogly
Date : le 13 décembre 2011 à 17h10
democracy fiction the best in the world
Auteur : akhs
Date : le 13 décembre 2011 à 12h44
Morocco is very famous by its studio in Warzazate, place where the big company in movie business made their movies about history and fiction…. SO DON’T BE SURPRISE ABOUT MOROCCAN SYSTEM
WITCH JUST LIKE THOSE STUDIOS IN WARAZATE.

Oui la critique est aisée mais l'art est difficile.....
Auteur : Chibani2
Date : le 13 décembre 2011 à 11h41

Sans la liberté de blâmer,il n'est pas d'éloge flatteur,celui-ci perd son sens,si les citoyens ne sont pas libres de blâmer les actes de Sa Précieuse Majesté....
Critiques...
Auteur : Mohamed EL BAKI
Date : le 13 décembre 2011 à 10h38
... et polémiques stériles sont faciles pour certains ...
Et uls font feu de tout bois,et ce sans réfléchir... Attention aux retours de flammes pour ces personnes...

Allah Ihdi Mayakhlake...

"La critique est toujours facile..."
Souhaitons à Sa Majesté Mohammed VI,Amir Al Mouminine,Nassarahou Allah Wa Ayadahou: force,courage,persévérance et une grande sagesse de la part de DIEU / ALLAH,Amine.
Facebook