Menu
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

France : Dénoncer un sans-papiers peut vous rapporter 50 euros

Le pays des droits de l’Homme est prêt à tout pour expulser de son territoire les étrangers sans-papiers. Après la période Hortefeux, les autorités ont décidé de rémunérer de 50 euros toutes personnes qui pourraient dénoncer un sans papiers.

Un angolais en voie d'expulsion à Lyon

« Monsieur, sommes-nous encore en France ? Il nous arrive d'en douter, quand nous circulons dans les rues de Pau. C'est un scandale, beaucoup en ont assez de voir ces profiteurs se gaver pendant que d'autres restent le ventre creux ».

Cet extrait de lettre ne date pas des années 2000 mais du 5 janvier 1943. Elle a été écrite par un Français qui dénonce aux autorités françaises de l’époque la forte présence de juifs à Pau. Il ne lésine pas sur les mots et invite le secrétariat des questions juives à prendre des mesures pour diminuer le nombre de juifs dans sa ville.

Un quart de siècle plus tard, les étrangers sans papier ont pris la place des Juifs et sont devenus la bête noire des autorités françaises. Elles sont prêtes à tout pour mettre dehors ces personnes considérées comme des brebis galeuses. Les images les plus violentes des expulsions des sans-papiers restent certainement celles d’août 1996. Cet été, 300 sans-papiers africains s’étaient réfugiés dans l’Eglise Saint Bernard à Paris pour obtenir la régularisation de leur situation. Pour les déloger, les policiers mobilisés n’avaient pas hésité à ouvrir la porte de l’établissement religieux avec des haches et expulser les sans-papiers en les bousculant sauvagement et en faisant usage de gaz lacrymogènes. Ces expulsions avait fait notamment de l’actrice Emmanuelle Béart, l’une des figures emblématiques et médiatiques de la lutte pour la régularisation des sans-papiers. Ni la gauche, ni Emmanuelle Béart n’ont empêché les premières expulsions quelques jours après l’assaut de l’église.

Le chasseur de sans-papiers

Les expulsions de sans-papiers ont augmenté lorsque Nicolas Sarkozy est devenu Président de la République. Fils d’un immigré hongrois arrivé en France sans-papiers et sans chaussures, Nicolas Sarkozy a fait de la chasse de l’étranger sans-papiers son principal cheval de bataille. En revanche, le politicien qui a le mieux incarné cette haine de l’étranger, c’est son ami et bras droit, Brice Hortefeux, l’ancien ministre de l’immigration, de l’intégration et de l’identité nationale. En 2007, il s’était fixé comme objectif d’expulser 25 000 clandestins du territoire français. Si cet objectif n’était pas atteint par les préfectures, il allait jusqu’à convoquer certains préfets pour leur demander de renvoyer plus d’étrangers. Une politique du chiffre qui a très vite donnée lieu à de véritables rafles sadiques de sans-papiers dans les rues, les métros, les écoles, les universités et parfois même dans les Restos du Cœur. Sans oublier les innombrables personnes françaises ou en règle qui ont été victimes d’arrestation au faciès.

Cette chasse aux sorcières a encouragé, d’autre part, la dénonciation gratuite des clandestins par des patrons d’entreprises, des agences d’intérim, des assistantes sociales et à l’époque, même l’ANPE et les Assedics collaboraient à cette politique puisqu’ils n’hésitaient pas à transmettre à la préfecture une photocopie de la carte de séjour d’un travailleur étranger, même s’il était en règle et sans l’en informer.

Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Je suis balance freelance

Aujourd’hui Brice Hortefeux n’est plus ministre. Mais cette politique de la chasse aux clandestins persiste de manière plus discrète. Le moyen utilisé par les autorités est désormais la dénonciation payante. C’est ce que relate le journaliste du Figaro Christophe Cornevin dans son livre « Les Indics », sorti aujourd’hui. Il révèle qu’il existe un service confidentiel et encore méconnu du public : le Service Interministériel d’Assistance Technique, un service appartenant au Ministère de l’intérieur et situé dans les Hauts de Seine. Objectif : non pas réparer les ordinateurs mais plutôt recruter des taupes et des informateurs, des balances qui vont être les yeux et les oreilles de la police nationale. A ce jour, selon l’auteur du livre, la base de données de ce service confidentiel compterait 1700 indics. Mais être une balance n’est pas un travail à temps complet. C’est plutôt de l’ordre du freelance. Les tarifs sont fixés très clairement et dépendront de qui vous pourrez dénoncer. Ainsi, dénoncer un clandestin vaut 50 euros, refiler l’adresse d’un couturier chinois, pas trop bavard mais beaucoup trop productif, cela rapporte 300 euros. Le jackpot peut être décroché au cas où une taupe donne des informations sur une affaire d’envergure internationale.

L’arroseur… finalement arrosé

Si aujourd’hui dénoncer un clandestin vaut 50 euros, la réelle question qu’il faut se poser est de savoir si, au final, ce n’est pas la France qui en prend pour son grade à trop vouloir expulser les étrangers. En 2008, la Cimade, l’Association d’Aide aux Migrants avait estimé que les expulsions d’étrangers vers leur pays d’origine coûtaient à la France, 533 millions d’euros. Une expulsion revient à 27 000 euros, ce qui équivaut à près de 20 mois de salaire pour un smicard. Dans ces chiffres, plusieurs dépenses sont prises en compte : le coût de garde et d’escorte, les frais de restauration et de blanchisserie des migrants, sans oublier les prix des billets d’avion, de bateau ou de train.

Suivre Yabiladi
Hippie irresponsable
Auteur : ElChamali
Date : le 05 octobre 2011 à 21h10
Extrait : "Un quart de siècle plus tard, les étrangers sans papier ont pris la place des Juifs et sont devenus la bête noire des autorités françaises" ??

Sauf erreur, je ne crois pas que ces "sans papiers" sont enfermés dans des camps de travaux forcés, que leurs dents en or sont arrachées, ou qu'ils soient gazés avec femme et enfant. La comparaison semble quelque peu .... excessive.

Sinon quels sont vos solutions Mme ? Laisser tous les lâches du monde aller errer sans travail et déstabiliser les pays où ils arrivent ?
Ce qu'ils appliquent c'est la "loi" et elle n'est pas si inhumaine !
accupe-toi de tes affaires!!!
Auteur : amir
Date : le 05 octobre 2011 à 21h49
les juifs sont assez puissants en france et dans le monde entiers pour se deffendre et n'ont pas besoin des comme toi.

des deux choses l' une: ou bien tu es juif ou bien tu es un jaloux qui a essayé plusiers fois lahrigue et n'a jamais arrivé. dans tous les cas tu ne dis que des betises comme d'habitude.

si les africains et les autres des pays de la dictature ont fui la misere de leurs pays c,est que la france et tout l'occident velent qu'ils restent dans cet etat. tu oublies que les richisses des pays arabes et de l'afrique sont en main de l'occident aidé par des dictateurs?

va te coucher et ne reve plus.
Quel talent !
Auteur : 118218
Date : le 05 octobre 2011 à 22h13
Bonsoir l'Hippie responsable,

J'ai une solution pour éviter que tout le monde vienne en France. Il ne vous a pas échappé que les gens viennent dans ce pays pour manger, travailler, s'éduquer, et non pour nos musées ou pour le droit de vote. Eh bien vous devriez militer pour que les multinationales cessent d'exploiter ces pays. Bolloré vous connaissez ? DUNLOP, et la liste serait longue.

Et tant qu'on y est, quand les citoyens de ces pays tentent une révolution, demandez à sarkosy de ne pas aider ces amis dictateurs pour les maintenir en place.

Dieudonné a raison, certains ont intégré la comparaison des souffrances. Suit mon regard
"C'est pas ma faute, c'est celle des autres"
Auteur : ElChamali
Date : le 05 octobre 2011 à 23h17
Toujours les mêmes rengaines, « c’est la faute aux autres, fuir la misère, bla,bla … ».
Si les japonais vivaient en Afrique, ce serait de loin, la première puissance mondiale. Comparer la production de 120M d’habitants sur une ile sans ressources naturelles détruite par les bombardements il y a un demi-siècle à peine. Au pitoyable bilan des masses qui peuplent le continent africain décolonisé depuis bien longtemps.
C’est d’abord la responsabilité des peuples eux-mêmes. La situation du Maroc par exemple, est la directe conséquence de notre organisation, notre solidarité, notre motivation au travail, notre culture, nos mentalités, bref, nous sommes responsables de notre sort.
De plus personne n’est plus heureux que dans son pays, près des siens et de ses origines. La solution est le travail si ce n’est pour soit, pour les générations futures. Faire en sorte que « nos » pays se développent. Et ne pas compter sur les autres comme des faibles sans bras ni cerveau. Le parasitage comme des rats des sociétés travailleuses n’est certainement pas une solution sérieuse.
@Amir, oui je préfère le dernier des juifs, aux ratés aigris de ton genre.
et au MAROC ??!!!
Auteur : abdo447
Date : le 06 octobre 2011 à 08h43
le MAROC c'est le Champion du MONDE des Indics , toute la stabilité du Pays dépends des indics , ils fouillent même les POUBELLES et savent exactement qu'est ce que chaque Marocain a Mangé la Vieil au Soir.
ils savent qui reçois qui, et qui sort avec qui, et qui fait les 5 Prières à l'heure et qui bois de l'alcool ou fume des joins, ils savent qui critiquent le Roi etc ..........

Donc en Matière d'indics la France c'est petit Écolier devant le MAROC.
Facebook