News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

« Les hommes libres » d’Ismaël Ferroukhi sort le 28 septembre

« Les hommes libres », du réalisateur franco-marocain Ismaël Ferroukhi, fait sa sortie dans les salles le 28 septembre, en France. Avec le premier rôle interprété par la star montante du cinéma français, Tahar Rahim, ce film revient sur la protection qu'a offerte la grande Mosquée de Paris à des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Ismaël Ferroukhi et son acteur principal Tahar Rahim lors du festival de Cannes 2011. Ph: Pascal Le Segretain/Getty Images Europe

Après sa sélection, hors compétition, lors du dernier festival de Cannes, le film du réalisateur français d’origine marocaine Ismaël, Ferroukhi, fait sa sortie le 28 septembre prochain. « Les hommes libres » tente de retracer le rôle joué par la Grande Mosquée de Paris dans la protection des juifs pendant la seconde guerre. Tahar Rahim, la nouvelle coqueluche du cinéma français y joue le rôle d’un jeune immigré algérien, Younes, qui vit du marché noir. Arrêté par la police française, l’ouvrier est chargé d’aller espionner à la Grande Mosquée de Paris dont le Recteur, Si Kaddour Ben Ghabrit, incarné à l'écran par Michael Lonsdale, est soupçonné de délivrer de faux-papiers à des Juifs et à des résistants.

A la mosquée, Younes rencontre le chanteur d’origine algérienne Salim Halali. Touché par sa voix et sa personnalité, Younes se lie d’amitié avec lui et découvre rapidement que Salim est juif. Le jeune espion met alors un terme à sa collaboration avec la police malgré les risques encourus. Face à la barbarie qui l’entoure, l’ouvrier immigré et sans éducation politique se métamorphose progressivement en militant de la liberté.

Ce long-métrage vient ainsi enrichir l’œuvre cinématographique du natif de Kénitra. Ismaël Ferroukhi, révélé au grand public en 1995 lors du festival national du film de Tanger par son premier court métrage « L’Exposé », a également réalisé « L’Inconnu » où il mettait en scène la célèbre Catherine Deneuve. L’homme, que l’« envie d’écrire, de raconter une histoire » a poussé à se lancer dans le 7e art, a réalisé son premier long métrage en 2004 avec « Le grand voyage ». Inspiré du pèlerinage de son père à la Mecque, ce film lui a valu plusieurs distinctions dont « Le lion du futur », prix de la meilleure œuvre du festival de Venise, en 2004. En réunissant des talents comme Tahar Rahim, Mahmoud Shalaby, Michael Lonsdale et Lubna Azabal dans « Les hommes libres », le réalisateur franco-marocain de 49 ans rêve certainement à de nouvelles distinctions.

« Les hommes libres », bande annonce

Suivre Yabiladi
2 commentaires
Votre propos est insultant et hors-sujet !
Auteur : cinema78
Date : le 12 septembre 2011 à 15h36
Monsieur,

Votre propos est parfaitement insultant pour les deux communautés dont le film d'Ismaël souhaite rendre hommage à travers un film fort et un pan méconnu de leur histoire commune.

Plutôt que de parler d'un film sans l'avoir vu, je vous invite à découvrir déjà le VRAI univers du film à travers sa page Facebook officielle: https://www.facebook.com/pages/Les-Hommes-Libres-Un-film-de-Isma%C3%ABl-Ferroukhi/197015777022693

pour faire plaisire a qui?
Auteur : amir
Date : le 20 août 2011 à 19h54
c'est fou comment les cinémateurs arabes de france doivent parler ou jouer le juif (cmme un madloume) pour esperer exister dans l'espace cinematographique en france ou ailleurs dans l'occident judeo-chretien?

qui parmi ces arabes de service oserait defier la colere sioniste et parler objectivement de la tragedie palestinienne?
Dernière modification le 20/08/2011 19:59
Facebook