En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Maroc : Le pontage constitutionnel permettra-t-il d’éviter l’infarctus démocratique ?

20 février, 9 mars, 17 juin, 1er juillet, l'année 2011 n'est entamée qu'à moitié, que nous avons déjà une ribambelle de dates qui marqueront l'histoire contemporaine du Maroc. Le référendum sur la constitution qui sera sûrement un plébiscite au vu des scènes de liesse (spontanées ou non) après le discours du roi vendredi dernier devrait marquer l'entrée dans une ère nouvelle, le premier jour du second semestre.

Les pro-mouvement du 20 février sont déjà dans une posture d'opposition post référendaire, conscients que l'éternel combat pour la démocratie ne peut prendre fin. Les anti- mouvement du 20 février ont repris leur concerts de louanges sur cette « courageuse réforme » dont ils ne sont ni les instigateurs ni les déclencheurs. Pour être honnête, il faudrait en classer une bonne partie dans les anti-changement pavloviens, ceux contentant d'être anti-tout, et ne proposant aucune autre alternative hormis le statut quo.

 

Les politiques : coupables et irresponsables !

De nombreux politiques marocains ont fini de se décrédibiliser avec leur propension à jouer au surfeur en applaudissant tout ce qui vient d'en haut, reléguant legenturs opinions personnelles au stade de reliques de musée. Alors qu'ils auraient dû jouer le rôle de catalyseur du débat national sur notre modèle démocratique, d'agitateur d'idées, de contrepoids aux forces d'inerties qui sont omniprésentes au Maroc, ils se sont contentés de la confortable posture du spectateur, feintant de temps en temps pour donner l'illusion que le cadavre de notre scène politique bouge encore, de peur d'être définitivement enterrés au cimetière des invertébrés.

Pour ne pas faire d'ombre à la figure du roi, ils se sont effacés oubliant qu'ils contribuent ainsi à l'affaiblissement de la démocratie dans notre pays, et donc de la réforme constitutionnelle de notre monarchie.

Ces six mois intenses en réflexions politiques et en projections sur le devenir de nos institutions, m'ont donné l'impression que les officiers avaient quitté le navire pour laisser le commandant (le roi) seul aux commandes. Quelle irresponsabilité !

Nous avons la constitution que l’on mérite !

Le roi a donc pris l'initiative et a validé un projet de constitution qui est conforme à l’équilibre des forces en présence sur la scène politique nationale. Le mouvement du 20 février demandera plus et il est dans son rôle. Si la liberté d'expression et les libertés individuelles consistent à se contenter gentiment de ce qu'on nous offre, autant revenir a un modèle dictatorial. Au moins les jeunes pourront faire le deuil de leur avenir sans faux espoirs.

Pour reprendre les comparatifs qui ont fusé ces derniers mois, le Maroc n'est ni la Tunisie, ni la Libye... mais il est encore loin d'avoir pris le virage de l'Espagne post franquiste. A qui la faute ? La faiblesse des partis politiques comme cité précédemment. Mais aussi la peur d'une partie de la population qui pourtant attend du changement. Enfin, l’autre partie trop respectueuse de l'ordre établi et de la figure tutélaire du père, attend gentiment de voir ce qu'on leur offrira pour se montrer reconnaissante quelque soit le cadeau. D'ailleurs quelle idée de critiquer un cadeau ?

Aurions-nous pu espérer mieux compte tenu de la faiblesse dans la dynamique de changement au niveau de la société ? Réponse normande, de la part d'un Jebli : Oui et non! Oui si le roi avait décidé d'accomplir une révolution constitutionnelle -et non simplement une évolution- à l'instar du roi Juan Carlos en Espagne. Non si on tient compte de nos institutions et nos partis laminés par les années de plomb, et qui sous le nouveau règne, ont continué à prendre du plomb dans l’aile face au rythme de l'évolution du pays et la concentration des décisions au niveau technocratique.

A la fin du discours royal, j'ai donc dû en venir à la conclusion que les avancées constitutionnelles sont beaucoup moins ambitieuses que mes aspirations démocratiques, mais beaucoup plus importantes que mes craintes de départ.

La mayonnaise révolutionnaire risque de tourner

Car il faut être honnête, la mayonnaise révolutionnaire (au sens noble du terme) n'a pas réussi à prendre. Une minorité jalouse de ses prébendes a mis en branle tous les moyens en sa possession pour combattre les aspirations égalitaires de quelques milliers de citoyens alors qu'une majorité est restée silencieuse ne voulant pas déranger l'ordre établi. Il n'en demeure pas moins que l'on a le devoir de remercier le mouvement du 20 février pour les pressions exercées dans le respect démocratique, dignes d'une société mature et consciente des acquis à défendre et des nouvelles libertés à arracher. Il faudra seulement organiser ce mouvement qui au départ fut spontané pour faire émerger des leaders et un discours construit, claire et responsable.

N'en déplaise aux détracteurs, dans le contexte des révoltes régionales, ces "0,01% de la population" ont réussi à modifier le cours de l'histoire du règne actuel, pendant que nos partis jetaient toutes leurs forces pour... garder tel ou tel ministère. Certains pickpockets de la démocratie ont même mené des combats à mort pour un statut de ministre sans portefeuille.

Voilà la situation de ce Maroc en voie de démocratisation depuis plus d'une décennie. Le défunt roi Hassan II avait averti que le Maroc risquait la crise cardiaque avant l'avènement du gouvernement Youssoufi. Ces dernières années c'est la démocratisation du Maroc qui risquait l'infarctus. La radioscopie du mouvement du 20 février a révélé au grand jour le risque encouru. Le pontage constitutionnel était vital mais au vu de l'état des organes du malade, la convalescence risque d'être longue et douloureuse.

Suivre Yabiladi
Tres tres Drole!!
Auteur : LeMoroccan
Date : le 24 juin 2011 à 17h08
Voila des vrais (femmes) supporters de OUI...

Il faut absolument voir...

http://youtu.be/TUh-JNEFyg8
Epitaphe trop précoce
Auteur : impulsion
Date : le 23 juin 2011 à 17h10
jecite

"Car il faut être honnête, la mayonnaise révolutionnaire (au sens noble du terme) n'a pas réussi à prendre. Une minorité jalouse de ses prébendes a mis en branle tous les moyens en sa possession pour combattre les aspirations égalitaires de quelques milliers de citoyens alors qu'une majorité est restée silencieuse ne voulant pas déranger l'ordre établi. Il n'en demeure pas moins que l'on a le devoir de remercier le mouvement du 20 février pour les pressions exercées dans le respect démocratique, dignes d'une société mature et consciente des acquis à défendre et des nouvelles libertés à arracher. Il faudra seulement organiser ce mouvement qui au départ fut spontané pour faire émerger des leaders et un discours construit, claire et responsable."


Merci pour cette épitaphe
mais ..
les aspirations des peuples ne meurent pas et cette majoité silencieuse pourrait bien ne plus avoir assez de poumons pour hurler son sentiment d'injustice

Donc dans nos analyses, il faut avoir l'humilité des individus devant les phnomènes des grandes masses
politique
Auteur : bzou
Date : le 23 juin 2011 à 12h21
Voyez ce qui se passe en Espagne ,le Roi fait partie du décor et n'a aucun role .Dans le projet de constitution du Maroc le Roi a le role d'Arbitre .Le Maroc a besoin d'EQUILIBRE .L'initiative législative de la société civile est une opportunité pour le Maroc est l'une des grandes avancées de cette constitution .Cet outil démocratique fut adopté par la France -pays developpé- il y a seulement quelques années .
Non à la patate chaude
Auteur : impulsion
Date : le 23 juin 2011 à 09h20
Dans ma fanille certaines personnes vont voter Oui
Pas parce que la constitutuion comle leurs besoins de démocratie

mais par PEUR

Ils préfèrent une dictature sans chaos à une situation de chaos

Sauf que voter Oui à un pareil torchon est le plus sûr moyen de tomber dans une situation à l'egyptienne

je crois que pour la sécurité du Roi, bien mal conseillé, il faut voter Non: c'est le meilleur service à rendre à la monarchie.

Ceux qui souhaitent le chaos n'ont quà voter Oui..mais alors ils doivent beaucoup prier et espérer que cela suffise
le peuple va decider
Auteur : younval44
Date : le 22 juin 2011 à 17h48
je suis sur que la majorité des marocains vont dire oui à la nouvelle constitution, parce que le mouvement du 20 février et adala ou ihssan se sont des minorités qui veulent foutent le bordel au Maroc.

vous voulez quoi un roi qui sert à rien et un gouvernement avec des pouvoirs? qui vous dit que ça ira mieux, regarder en Algérie il y a un président et une gouvernement et c'est pire. regarder le roi chaque jour il se déplace pour mettre en place des projets.
n 'oubliez pas que le Maroc n'est pas un pays développé, donc il ne faut pas réclamer du travail pour chacun car il n y a pas c 'est comme ça . comme on dit on choisit pas sa famille ni son pays aussi.
vive le maroc et vive le roi
Facebook