Sahara : Le mandat de la Minurso prolongé sans extension sur la surveillance des droits humains

Encore une année de plus pour la Minurso. Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a décidé ce mercredi (27 avril),  de prolonger d’un an le mandat des forces onusiennes au Sahara. Mais, une première, le texte fait mention des droits de l’Homme, même si le mécanisme voulu par certaines parties n’a pas été instauré.

Vingt ans après sa création, la Minurso est encore jugée utile au Sahara. Son mandat a de nouveau été prolongé d’une année par le Conseil de sécurité de l’ONU à l’issue de débats houleux entre alliés du Maroc [la France notamment] et du Polisario. Cette année, l’enjeu était de savoir si le mandat de la Minurso allait être étendu à la surveillance des droits de l’Homme dans la région ou pas.

Une première

Au final, aucun mécanisme de surveillance des droits de l’Homme n’a été instauré. La résolution 1979 du Conseil de sécurité évoque juste la nécessité d’améliorer les droits humains dans la région. Une première toutefois. Suffisant pour faire dire au représentant du Front Polisario à l’ONU, Ahmed Boukhari que « c’est un tabou qui a été rompu ». Mhamed Khadad, autre officiel du Front, déclare sur Reuters qu’ « au moins le Conseil de sécurité… est en train de se rendre compte de la nécessité d’améliorer la situation des droits de l’Homme au Sahara occidental ». Ce Conseil exige également du Polisario et de l’Algérie, de permettre le recensement des populations vivant dans les camps de Tindouf. Une demande formulée à maintes reprises par le HCR.

Félicité pour sa nouvelle orientation démocratique (discours du 9 mars, création de la CNDH…), le Maroc se réjouit pour sa part, de la non instauration du mécanisme souhaité par le HCDH, ainsi que par des Etats soutenant le Polisario, comme l’Afrique du Sud et le Nigéria, notamment. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères  se félicite de l’adoption de cette résolution qui « renforce l'ensemble des acquis engrangés par le Maroc, au cours des dernières années, à la faveur de la présentation de son +Initiative d'Autonomie+ ».

Impasse

Si l’ONU a prolongé le mandat de sa force jusqu’au 30 avril 2012, elle ne manque pas de prendre note de l’impasse actuelle dans lequel se trouve le conflit du Sahara, déclenché depuis 1975. La résolution prise hier à l’unanimité demande au Maroc et au Polisario de reprendre au plus vite les négociations pour déterminer l’avenir de cette région. Cette impasse risque en tout cas de perdurer, car chaque partie continue de rejeter la position de l’autre comme base, pour entamer des discussions pouvant conduire à une solution négociée.

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook