Menu
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Rabat : Les diplômés chômeurs réclament la démission de Abbas El Fassi

10 février. C'était l'ultimatum promis par le Premier ministre afin de trouver une solution pour le recrutement de 1500 à 2000 diplômés-chômeurs. Ces derniers réclament désormais les emplois promis, mais aussi la démission du Premier ministre qui n’a pas respecté sa promesse.

Diplômés chômeurs à Rabat - Archives - Nadirmoha (FlickR)

Environ 1000 manifestants sont descendus jeudi dans les rues de la capitale, pour réclamer les emplois promis. "Lors d'une réunion avec les autorités le 24 janvier, on nous avait demandé une trêve dans les manifestations quotidiennes par considération pour (...) ce qui se passait dans la région", a déclaré Youssef Hdidou à Reuters. "Le gouvernement avait promis de commencer le recrutement à partir du 10 février, mais il demande maintenant de repousser ce délai jusqu'au 1er mars", a expliqué à l'AFP Abderrahim Kali, membre de la coordination du groupe.

Face à l’absence d’acte concrêt, les diplômés chômeurs ont décidé de sortir en nombre pour se faire entendre. Cette fois, ils ne se sont pas contentés de marcher devant le Parlement. Ils ont décidé de marcher vers le Palais royal pour dénoncer l'inaction du gouvernement en scandant des slogans réclamant la démission du Premier ministre, Abass El Fassi. Devant l'importance des forces de police, les manifestants ont finalement préféré détourner leur marche vers la mosquée Sounna.

Khalid Naciri, ministre de la Communication, s'est voulu rassurant. S'adressant à des journalistes, il a signifié que le Maroc connait une vingtaine de manifestations nationales par jour, c'est donc une "moyenne normale". "C'est un indicateur qui nous rassure", a-t-il ajouté, selon Reuters.

Le ministre a également exclu toute inspiration du mouvement par les révoltes en Tunisie et en Egypte. "Nous n'avons pas du tout l'impression d'une crispation importée (...) les Marocains sont habitués depuis longtemps à s'exprimer et ils n'avaient pas besoin de l'exemple égyptien ou tunisien", a-t-il précisé à l'AFP.

 

Séquence vidéo de la manifestation devant le Palais royal

Suivre Yabiladi
L'impasse
Auteur : ouriemcm
Date : le 11 février 2011 à 10h24
Salem,

Ce n'est pas une solution d'occtroyer des postes par le gouvernement aux diplômés. Et je trouve scandaleux la distribution de postes aux sahraouis surtous après les évenements de Laayoune.
En revanche, je suis d'accord que Abbas El Fassi n'a pas sa place dans un gouvernement du 21eme siecle.
El Fassi est incompétent.
Auteur : fora
Date : le 11 février 2011 à 11h51
En effet, qu'El Frassi respecte au plus vite sa promesse d'embaucher un certain nombre de diplômés chômeurs au plus vite ou qu'ils prennent la porte.
Pouquoi la retraite
Auteur : Krim
Date : le 11 février 2011 à 13h14
Dans les sociétés civilisées, les gens qui travaillent dur pendant leur vie active attendent avec impatience de partir en retraite. Dans le monde arabe les résponsables politiques voient qu´ils n´ont aucune raison de partir en retraite. Parceque partir en retraite est reservé seulement á ceux qui ont travaillé. La morale de l´histoire est que des gens comme Abbas El Fassi, Yazghi, etc.....suivent cette logique.
A 82 ans et 30 ans au pouvoir, Mubarak ne voit pas l´utilité de partir en retraite. Suleiman á 72 ans, Bouteflika, Ghaddaffi et la liste est long. Ces éspèces amorphes qui vivent et font vivre les peuples arabe dans la honte. Laisser la place aux jeunes est un processus naturel qu´il faut réspecter. La viellesse est une maladie et pour se soigner on prend sa retraite
Incurie gouvernementale !
Auteur : hawkwind
Date : le 11 février 2011 à 13h53
En manifestant devant le palais, pour une fois ils ne se sont pas trompés de lieu revendicatif. Toutefois, ce mouvement de protestation légitime (le droit au travail étant inscrit dans la Constitution) dure depuis plus de 2 décennies, sans aucune réponse gouvernementale concrète, pour trouver une issue à cet épiphénomène, qui se réduit aux yeux de l'appareil exécutif à une banale "indication rassurante" de la totale expression des libertés publiques.
cela montre!!
Auteur : Bento
Date : le 11 février 2011 à 15h21
cela montre que le maroc est loin de ne pas etre concrné par ce qui se passe chez les voisins...alors ca ne sert rien de nos faire les commentaires hassaniens!!! le boomrang risque d'etre tres violent !!

Facebook