Les étoiles marocaines au Festival International du Film de Marrakech

Après une semaine riche en émotions, le festival international du film de Marrakech (FIFM) a été clôturé le samedi soir. Cet événement considéré comme un véritable outil de promotion pour le cinéma national, a connu entre outre une participation considérable des artistes marocains résidents à l’étranger, notamment du réalisateur Talal Selhami ou encore de l’acteur à qui il a fait appel, Karim Saidi.

Les deux fils jumeaux de Larbi Doghmi recoivent l'Etoile d'Or

Aux cotés de 14 autres réalisations de nationalités confondues, « Mirages »  est le nom du seul film marocain présenté dans la sélection officielle du festival. Ce long métrage original est le tout premier qu'a réalisé Talal Selhami, jeune Franco-Marocain âgé de 28 ans seulement. Il a fait appel aux talents des comédiens suivants : Omar Lotfi, révélé par Casanegra, Aïssam Bouali, Karim Saidi, Mustapha El Houari et Eric Savin.

Ce film tourné entre Casablanca et Ouarzazate, raconte les aventures qu’ont vécues cinq individus, aux profils très contrastés. Ils se sont retrouvés en tant que concurrents pour décrocher un même poste dans une grande multinationale, récemment installée au Maroc. Pour cela, ils devront passer une ultime épreuve qui se déroulera dans un lieu mystérieux. Les cinq candidats acceptent le défi et embarquent dans un bus  pour nous entrainer dans un voyage vers l’inconnu. Ce film qui se situe entre le fantastique et la science fiction, a été projeté le mardi 7 décembre dans la salle des ministres, du Palais des Congrès

Un concours au profit des cinéastes marocains en herbe

Aussi, sous la présidence de SAR le Prince Moulay Rachid, la fondation du festival a initié pour cette 10ème édition  un concours de courts métrages, baptisé « Cinécoles ». Il est destiné aux jeunes réalisateurs marocains, issus des quatre écoles nationales du cinéma. Avec cette initiative, les organisateurs ont voulu « mettre en place un espace de création cinématographique et d'insertion professionnelle au profit des cinéastes en herbe ».

Le grand prix de cette compétition, doté d’un montant de 300.000 dirhams, a été remis à la jeune Mahassine Hachadi, pour son court métrage intitulé « Apnée ».

Des hommages aux grands du cinéma marocain

Par ailleurs, après avoir honoré l’incontournable Said Taghmaoui lors de l’édition précédente, le festival a choisi de rendre hommage cette année à deux vedettes du 7e art Marocain : feu Larbi Doghmi et Mohammed Abderrahman Tazi.

Lors d’une cérémonie vibrante d’hommages, l’Etoile d’Or a été remise aux deux fils jumeaux de l’acteur marocain Larbi Doghmi, décédé le 28 octobre 1994, pour son apport au développement du cinéma marocain. Une autre Etoile d’Or a été également décernée à Mohammed Abderrahman Tazi, réalisateur marocain dont la réputation a largement dépassé les frontières du Royaume.

Interview avec le réalisateur Talal Selhami / Made In Medina

Suivre Yabiladi
1 commentaire
a quand un film sur les années noires du Maroc
Auteur : Chibani2
Date : le 14 décembre 2010 à 14h39
Je m'adresse aux réalisateurs,cinéastes et acteurs pour leur demander que le peuple Marocain attend ces jours un film sur les années noires.Quand je dis noir,cela veut dire oppression,arbitraire et emprisonnement comme cela fût en Amérique du Sud,chilé,Venezuela et autres par Costa Gavras.Cela nous fera du bien nous jeunes connaissant cette ère et se mémoriser et voir les souffrances de nos parents et la vie qu'ils ont vécu sous une certaine d........ie,Merci aux intellectuels d'y penser car Le droits de l'homme avait créé une comission de pardon.....
Facebook