En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Lutte contre l’immigration : Maroc, Algérie, Libye,... vigies de l’Europe

Pour toucher des aides au développement de l’Union Européenne, nombreux sont les pays de départ de migrants qui se chargent de jouer les sentinelles de l’Europe. Ce qui conduit à des violations graves des Droits de l’Homme selon le rapport 2009-2010 du réseau Migreurop.

Dans sa lutte contre l’immigration, l’Europe semble avoir trouvé la bonne formule : sous-traiter sa politique migratoire. En d’autres termes, charger d’autres pays de faire le sale boulot à sa place. Des pays d'émigration qui s'engagent à jouer le rôle de gendarmes de l’Europe contre les migrants : une situation que dénonce le deuxième rapport du réseau Migreurop intitulé « Aux frontières de l'Europe, contrôles, enfermements, expulsions ».  

« Par la menace d’une remise en cause des accords de coopération et d’aide au développement » l’Union Européenne oblige les pays tiers à « non seulement réadmettre chez eux les migrants chassés d’Europe mais aussi, sur leur territoire, de les empêcher d’entreprendre leur voyage vers ses portes ». Et parmi ces pays, figurent depuis plusieurs années maintenant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et désormais la Mauritanie, sans parler de la Libye.

Ces pays du Maghreb ont pour la plupart adopté, entre 2003 et 2008, des lois criminalisant l’immigration, « illégales au regard de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme » selon l’ONG. Ce qui a conduit à des déportations massives de Subsahariens comme le Maroc s’en était illustré en 2005. Les traitements dégradants et humiliants dont font souvent objet les immigrants, sont une fois de plus condamnés dans ce rapport 2009-2010 de Migreurop.

Enfin, cette ONG créée en 2002 et regroupant actuellement une quarantaine d’associations d’Europe et d’Afrique tire la sonnette d’alarme sur deux processus qui suscitent son inquiétude : Le premier est celui qui consiste à « doubler » les frontières avec la construction de murs anti-immigration. Comme la Libye du « panafricaniste » Kadhafi est en train de le faire avec l’aide de ses amis Italiens le long de ses frontières avec le Niger, le Soudan et le Tchad.

 Le second phénomène qui inquiète Migreurop est « l’errance organisée » des migrants et leur « rejet constant et brutal hors de tout lieu potentiel d’établissement ».  Une issue qui n’est que la conséquence de l’essoufflement des politiques de détentions dont les immigrants font l’objet.  

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
2 commentaires
politique
Auteur : bzou
Date : le 28 novembre 2010 à 19h35
Les pays du Maghreb devraient opter pour une politique commune en matière d'immigration.Le besoin d'immigrés pour l'Europe n'est un secret pour personne .Certains pays européens commencent à selectionner certaines catégories parmi les nouveaux migrants :cadres, main-doeuvre spécialisées et autres ce qui peut être qualifié "d'enrichissement sans cause " c'est un véritable préjudice qui est subis par leurs pays d'origine .
accord de réadmission
Auteur : Hassan H
Date : le 27 novembre 2010 à 18h12
au Maroc l'accord de réadmission n'est pas encore signé mais ce n'est malheureusement qu'une question de temps.

L'UE fait du chantage avec la négociation sur la liberté de circulation dans le cadre de l'accord de libre échange sur les services. Les européens font de la signature de l'accord de réadmission par le maroc un préalable avant toute discussion sur la mobilité des marocains en europe.

d'un autre côté, quand on voit comment les autorités et beaucoup de nos compatriotes traitent déjà les subsahariens au maroc, on aura bien besoin des millions de l'UE pour développer les infrastructures et aider à changer les mentalités
Facebook