News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

IDH : 16 places de mieux mais le Maroc toujours insatisfait

Le rapport 2010 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur l'indice de développement humain (IDH) a été publié jeudi 4 novembre à New-York. Ce 20e rapport sur le développement humain attribue au Maroc uni indice de 0,567 et classe le Royaume à la 114e position sur 169 pays étudiés. Un classement qui fâche une nouvelle fois le Maroc, surtout après les efforts entrepris par le pays pour lutter contre la pauvreté.

En aout 2008, le Maroc à travers le Haut commissariat au Plan (HCP) a critiqué l’organisme onusien et l’appelé à réviser et à actualiser ses données. Ce qui n’a pas empêché le PNUD de classer le Maroc 130e sur 182 pays, avec un indice de 0,654 en 2009 (données de l’année 2007). Avec un indice de 0,567 cette année, le Maroc continue à dégringoler et se maintient parmi les nations à faible IDH, et ce, malgré les efforts consentis depuis 2004 qui ont contribué à améliorer le développement humain au Maroc, selon divers indicateurs.

Un indice loin de la réalité du Maroc ?

Premièrement, le Maroc fait partie des 10 pays qui ont le plus progressé en matière d'IDH sur la période 2005-2010. Deuxièmement, selon le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), cité par L’Economiste, « en 2008, le taux de pauvreté a été réduit à 9% contre 15% en 2001. Durant la même période, la précarité ne représentait plus que 17% contre 22% ». Et pour finir, « entre 2004 et 2008, les communes rurales ciblées par l’Initiative national pour le développement humain (INDH) ont vu leur taux de pauvreté baisser de 41 %, contre seulement 28 % dans les autres communes rurales », indiquait en août dernier, la coordinatrice chargée du projet, Nadira Guermaï.

Dès lors, on comprend l’ire provoqué chez les Marocains par le classement de l’IDH. Ahmed Lahlimi, le Haut-commissaire au Plan, lançait lors du Forum international sur le développement humain qui s’est tenu à Agadir les 1 et 2 novembre : « Je ne tire aucun enseignement de notre rang. C’est un outil statique et pas dynamique. L’économie nationale y a trop de place : un pays rentier peut parfaitement augmenter ses revenus sans améliorer le moins du monde la situation de ses habitants. L’IDH a atteint ses limites. ».

Explications : de nouveaux indicateurs pris en compte

Pourquoi ces avancées ne sont pas perceptibles à première vue dans le classement du Maroc ? La réponse pourrait se trouver dans les critères et les méthodes de calcul du PNUD. Les critères ont été révisés et les méthodes de calcul changées. Parmi les nouveautés, trois mesures ont été introduites dans la famille d’indices du rapport. Il s’agit de l’indice de développement humain ajusté aux inégalités, de l'indice d’inégalité de genre et l'indice de pauvreté multidimensionnelle (voir chapitre 5 du rapport 2010).

Selon les auteurs de ce rapport, l’IDH 2010 ne devrait pas être comparé à l’IDH des éditions précédentes du Rapport sur le développement humain étant donné que des indicateurs et des calculs différents sont utilisés. L’IDH 2010 trace la courbe d’évolution du classement des pays sur des périodes de cinq ans plutôt que d’une année sur l’autre. D'ailleurs en recherchant l'indice de 2009, on tombe sur 0,562 et non 0,654.

Au Maghreb, la Libye est 53e (0,755) suivie par la Tunisie (81e) avec un indice de 0,683. L’Algérie a été classé 84e (0,677), et la Mauritanie a fermé la marche (136e). Les meilleures places des nations arabes ont été occupées par les Emirats arabes unis, 32e avec un indice de 0,815, suivis par le Qatar et Bahreïn, respectivement 38e et 39e, avec des indices de 0,803 et 0,801.

Le trio de tête (pays à IDH très élevé) est composé de la Norvège (0,938), de l’Australie (0,937) et de la Nouvelle-Zélande (0,907). Alors que les trois derniers sont le Niger (0,261), la République Démocratique du Congo (0,239) et le Zimbabwe (0,140).

Consultez le Rapport sur le développement humain 2010 du PNUD

Suivre Yabiladi
Des idées innovantes pour faire reculer la pauvreté et l'exclusion sociale au Maroc.
Auteur : collectiffim
Date : le 06 novembre 2011 à 14h55
Notre Devoir à Nous tous Envers le Maroc
Dernière modification le 06/11/2011 20:34
INDH
Auteur : Hassan H
Date : le 06 novembre 2010 à 14h02
Je trouve que c'est une bonne chose que le PNUD fasse évoluer ses indicateurs. Et le fait qu'ils prennent maintenant une période plus longue (5 ans) pour montrer l'évolution de l'IDH, tend à rendre l'outil plus dynamique, n'en déplaise à Lahlimi.

Je pense qu'il y a deux facteurs qui expliquent ce classement du maroc :

D'abord les résultats de l'INDH. Hind88 a raison de dire que c'est très mitigé. Plus de 5 milliards de dirhams dépensés, mais l'impact est finalement pas terrible. Esperons que les autorités vont en tirer les conséquences qui s'imposent et que la phase 2 de l'INDH permettra de mettre en place une vraie vision stratégique, coordonnée, qui optimisera les actions menées. Parce que la grand messe d'Agadir était plus un "coup de com' " qu'une vraie réflexion sur ce qu'on a fait jusqu'à présent.

le second point, c'est que ce classement, par définition, compare les pays. Si le Maroc a effectivement fait des progrès, il suffit que les autres pays comparables aient fait autant, voire plus de progrès, pour que les efforts du maroc ne se répercutent pas vraiment sur le classement.
Bravo ;)
Auteur : hind88
Date : le 05 novembre 2010 à 14h00
Je vous remercie pour l'effort réalisé pour la carte :).

Concernant l'IDH, c'est un classement globalisant qui prend en compte les résultats à moyen long terme.

Le gouvernement n'est peut être pas content, mais c'est aussi la réalité vu les indices pris en compte pour le PNUD.

Faut-il se remémorer que les résultats de l'INDH sont mitigés ?
Facebook