News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Nabil Doukali, ingénieur et humoriste en « autogestionnage »

INTERVIEW. Pour lui « squelhouette » est un mix de « squelette » et de « silhouette », et faire du sport c’est seulement au moment de courir derrière le métro… mais qui est-ce donc? Nabil Doukali bien sûr. Ce jeune Marocain, nouveau talent du rire, se disant « Made in bled », a tout juste 28 ans, mais creuse son sillon en s'affirmant de jour en jour sur les scènes parisiennes.

Capture d'écran, www.nabil-doukali.com

- Yabiladi : Parlez-nous de votre parcours.
- Je suis né au Maroc, à El Jadida, où j'ai fait le principal de mes études. Une fois la maîtrise en Informatique électronique et automatisme de la FST de Settat en poche, j’ai intégré l'École Polytechnique de  Savoie à Annecy. Je suis devenu ingénieur en nouvelles technologies. C'est à ce moment-là que je me suis rendu à Paris, pour mon premier poste dans lequel je suis toujours. 

- Vous nous dites donc que vous êtes plutôt matheux de formation, comment et quand l'art du rire vous a contaminé ?
- J'ai grandi entouré de plusieurs oncles, qui étaient musiciens et gens de théâtre. Et je suis fasciné par la « l7al9a » à la marocaine, là où le conteur balance ses vannes et improvise à flot… Donc l'ambiance était toujours à la fête et pour nous ce n'était pas « hchouma » de vouloir être artiste, tout en respectant notre culture et sans basculer dans la vulgarité. Déjà vers 6, 7 ans,  je faisais du théâtre. Mais à mes 12 ans, c’était le déclic en jouant avec la star marocaine Mohammed Benbrahim, devant 400 personnes. J'ai enfin réalisé que mon truc à moi, c'est de faire rire les gens, intelligemment bien sûr.

Je n'ai  jamais laissé tomber cette passion, j'ai longtemps fait parti de Dar Chabab (Maison de la jeunesse). Dans ce lieu j'ai appris les techniques d'écriture qui me servent aujourd'hui. Car c'est moi qui écris mes textes. Je me suis ensuite testé au slam en langue arabe, à la poésie, Tout était bon pour écrire et surtout pour mettre en scène mes textes.

- Quel est votre particularité au  niveau artistique?
-  Vu que je travaille en entreprise à plein temps, je me suis rendu compte que seul le one-man-show/stand-up peut répondre à mes besoins artistiques, en adoptant un « autogestionnage » de mon temps. Cela commence par l'écriture des textes, je suis toujours en train d'écrire ; tout est bon à prendre. Parfois je me réveille en pleine nuit pour écrire de petites phrases sur un coin de papier, ou bien ce sont des personnes de la vie quotidienne qui m'inspirent. Le tout est que je veux faire passer ma culture aux spectateurs, tout en restant moi-même… et en me servant de la culture vaste de mon cher pays. Je m'occupe ensuite de la mise en scène, du jeu scénique, des accessoires... Je ne laisse rien au hasard et je m'adapte à mon public. Ce qui est bien avec le stand-up c’est qu’on peut improviser et entrer dans des délires de fou avec le public…

- Votre arrivée en France a-t-elle été un tournant?
- La France m'a beaucoup apporté. C'est grâce au festival Tremplins de la création d'Annecy que j'ai commencé à me faire connaître ici, j'y ai joué mon premier spectacle en français (« A l'époque! »). Après c'est toute une histoire ! Quand je suis arrivé à Paris, en me baladant, je me suis retrouvé en face de l'école de One-Man-Show de Paris. Je me suis dit « c'est pas possible!! Nabil, ça existe, ça !?!?! » Alors, j’ai passé le casting et j’ai intégré la session professionnelle, j’y suis resté deux ans.

Mon deuxième spectacle était alors beaucoup plus structuré, c'était « Mamy Hadda débarque ! » Ce spectacle rend hommage à nos grand-mères, ce sont des personnes qui nous sont très chères, avec leur sens de la répartie, leur humour et leurs histoires autour d'un verre de thé…

 - Et le Maroc dans tout ça?
- Je suis physiquement là mais mentalement au Maroc grâce à la free gratuite vers le bled. Avoues, toi aussi tu l'utilises! Tous les yabiladiens doivent l'utiliser! La famille et mes racines sont là-bas donc le pays m'est très cher et si des propositions sont faites je serais prêt à rentrer. Mais j’y joue souvent dans les soirées privées et je rode mes spectacles là-bas. Quand une vanne ne passe pas, c’est direct « wa 7amda a sahbiii, Insipide! Changes mon pote! » (rire). Pour le moment je joue plus en France. Je vis grâce à mon travail d'ingénieur, mais si j'arrive un jour à vivre de mes spectacles, je le ferai sans hésiter car c'est vraiment ce que j'aime. Faire rire tout le monde, sans distinction d'âge, de nationalité, de sexe ou de religion…

- Parlez-nous de vos projets en cours.
- J'ai deux projets en préparation, je suis en phase d’écriture de parodies de chansons arabes et je travaille sur un mini vidéo-clip et une mini série comique de 4 à 5 minutes, soit pour la télé soit pour le web. Et à partir du 6 octobre, je débute mon tout nouveau spectacle « Mes heures de gueuloire!», en dates exceptionnelles avant janvier 2011. J’invite toutes et tous les Yabiladiens… Vous êtes les bienvenus…

En aparté…

Nabil Doukali nous a fait ses confidences sur un trouble dont il était victime : un désaccord « psycho-skial ». C’était à Annecy, en arrivant en France : « Je suis particulièrement attaché à ce moment de ma vie et à cette ville, c'était vraiment le paradis sur terre! Une ville de ski, mais j’en ai essayé qu’une seule fois : mon cerveau commande d’aller dans un sens, mais les skis décident autrement. » C’est cela, le désaccord « psycho-skial » - un trouble certainement assez répandu....

Et pour finir, nous ne voulons pas vous cacher les compliments que l’humoriste a faits à Yabiladi et aux Yabiladiens « pour les astuces sur les forums. Je pense que beaucoup de jeunes galèrent pour tout ce qui concerne les papiers, les changements de statuts, j’ai même un ami qui s’est marié grâce à ce site ! »

 

Suivre Yabiladi
A Nabil Doukali, je cause langage ARTISTE!
Auteur : Enaiviv
Date : le 24 janvier 2011 à 20h58
Le 24 janvier 2011 - Bonsoir Nabil! Un peu plus de 20 h. vous êtes devant l'écran - pas celui de l'ordi- non, l'autre où on nous montre toutes ces horreurs de sang, de gens battus, de "réconciliation subite" de la police avec les manifestants ou révoltés...Comment les appeler ces pauvres TUNISIENS qui ont croulé sous le poids de la dictature de ce BEN ALI et femme, ect...sans scrupules.
Avant, ils étaient contents que BOURGUIBA les libère de "LA FRANCE ennemie jurée" à cette époque-là -et j'y étais (j'avais 14 ans) je suis née là-bas, mais suis issue de l'immigration mixte bien courante dans les années 40-50 (Maltais, Siciliens). Puis nous avons dû partir, quitter notre sol natal: notre chère TUNISIE. Et voilà qu'enfin, ils se révoltent contre ce régime qui leur a tout confisqué: liberté de parole, d'action, et même de lieux de regroupements dans les rues...on se croirait presque
au théâtre. Mais non, c'est la réalité.
J'aime toujours autant mon pays natal: il est dans mes gènes...et donc, par un heureux hasard (la perche est toute indiquée), un jour en vacances en Espagne, j'ai entendu à la radio, un chanteur dont la voix et le chant m'ont littéralement scotchée; j'ai mis 3 mois pour savoir de qui il s'agissait (bien sûr je n'étais pas 3 mois en vacances, mais quand j'y allais, je demandais un peu plus) C'était donc HAKIM, un autre Maghrébin (vu le style de chant) extrêmement talentueux, mais du MAROC lui.
Je m'adresse à vous Monsieur DOUKALI, car vous êtes le seul dans la rubrique CULTURE et HAKIM, c'est aussi domaine CULTURE. NOUS sommes sur Yabiladi, LUI l'artiste, moi sa porte-parole (enfin, j'essaie) en France,
aussi pour le Québec et la Suisse.(très amicalement).
Je m'adresse à vous pour vous demander votre aide , vous qui êtes déjà dans les milieux culturels.
Si je peux me permettre Monsieur:
veuillez inscrire www.par4elements.com -Page d'accueil
répertoire culturel...du Québec...Clic 1er §. Page du site, 2 rectangles- 1er: inscrire MONTREAL; 2e: HAKIM interprète Andalou Marocain. Clic RECHERCHER. Au bas de la même page, clic sur photo ou titre petit format.
Devant vous, mon cher et protégé HAKIM, en plein concert, micro en main, danseuse flamenco à ses cötés.
Veuillez lire l'annonce que j'ai conçue (si vous le voulez bien). De parle de lui en termes très simples: de la musique, le genre, la voix, les choix, les styles, ses capacités vocales..ces quelques facettes de ses talents.
Et m'adresse aux PRODUCTEURS, ENTREPRENEURS d'ARTS de SCENE, Distributeurs (CD ou CD/DVD, OU DVD ou distribution artistes), Tourneurs....En France, il est assez difficile de se faire admettre dans ces milieux
ARTS de SCENE. Vous est-il POSSIBLE de m'orienter vers qui il faut? Ou comment faire? Qui peut PRODUIRE un Marocain polyglotte chantant en espagnol, arabe et français? Car HAKIM l'interprète Andalou Marocain
(né à Casablanca, vivant en Andalousie) aimerait bien être produit en FRANCE ou autres pays aussi, d'ailleurs.
Au Maroc, c'est bien sûr une célébrité comme en ESPAGNE. Connu en Suisse aussi...Moi (attachée-presse à titre amical) cherche à le faire produire ici, chez nous. MERCI de votre bienveillance Monsieur DOUKALI.
Peut-être qu'ensemble, nous y arriverons !!!!!!
Lui, son équipe, moi, sommes très positifs et confiants.
A part site par4elements.com et comment voir HAKIM, consulter site www.clubhakim.com, clic biografia, vidéos disponibles.
MERCI à vous. Bonne soirée!
Meilleures salutations. Enaiviv

Quoi?
Auteur : LeMask
Date : le 29 décembre 2010 à 23h02
Et tu t'es senti obligé de parler d'intégration?
Les artistes n'ont pas à s'intégrer... Peut être à leur art à la rigueur... Mais sinon, ce serait vraiment criminel...
un mot a dire
Auteur : toobkal
Date : le 05 octobre 2010 à 21h39
hilarant!!! Allez le voir, vous ne vous ennuierai pas il mérite le détour ^^... depeche vous les places sont deja quasi complet
Nabil
Auteur : wisss
Date : le 04 octobre 2010 à 20h59
Tres bon, je vous recommande vivement les spectacles de Nabil, un talent très prometteur. Je lui souhaite beaucoup de bien pour la suite de ses spectacles.
bravo
Auteur : behi.lebegut07
Date : le 04 octobre 2010 à 18h14
voila 1 exemple d’intégration et de fierté sans pour autant oublier son bled et surtout sa nation, bonne continuation
Facebook