Mustapha Salma à Tindouf : Le Polisario fébrile sur la question de la liberté d’expression

Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, inspecteur général de la « police du Polisario » est menacé de prison s’il retourne dans les camps de Tindouf. Il lui est reproché d’avoir affiché son soutien à la proposition marocaine d’autonomie. Le cas de ce membre dirigeant du Polisario n'émeut pas pour le moment l'opinion internationale et la presse espagnole, qui avait pourtant fait de l’affaire Haidar ses choux gras.

Tous les Marocains se souviennent de la dénommé Aminatou Haidar, qui a été refoulée de Laâyoune en novembre 2009, pour avoir refusé d’inscrire sa nationalité marocaine dans la fiche de débarquement alors qu'elle avait un passeport marocain. Elle revenait d’une tournée où elle avait prôné le droit à l'autodétermination des Sahraouis. Après son expulsion vers Lanzarote (Iles Canaries), le Maroc avait dès lors été accusé d’atteinte aux Droits de l’homme. Mme Haidar avait entamé une grève de la faim et porté plainte contre le Maroc et l’Espagne. Par la suite, son état de santé s’était dégradé, ce qui avait valu une hospitalisation en soins intensifs. Face aux pressions des pays amis du Maroc, elle a pu regagner son domicile le 18 décembre à Laâyoune, après 33 jours de grève de la faim à Lanzarote.

La presse espagnole, qui ne rate pas une seule occasion de tacler le Maroc, n’a pas accordé le même intérêt à Mustapha Ould Sidi Mouloud. Pourtant, le cas de l’inspecteur de la « police du Polisario » est beaucoup plus grave, car il s’agit d’une atteinte à la liberté d’expression, et que de sérieuses menaces planent sur lui.

Le seul tort de l’homme qui est venu au Maroc pour rendre visite à son père, a été de déclarer publiquement à Smara au début du mois d’août, qu’il défendrait le plan d’autonomie proposé par le Maroc, à son retour dans les camps Lahmada. Bémol, la direction du Polisario ne l'entendait pas de cette oreille.

Alors qu’il a décidé de rentrer à Tindouf où il réside depuis 31 ans, des responsables sahraouis ont prévenu sa famille qu'il serait emprisonné en cas de retour dans les camps. Il s'est alors installé à Zouerate, dans le nord de la Mauritanie, d'où il a multiplié les appels vers la communauté internationale sur son sort. De même, des partis politiques marocains, des associations de Marocains établis à l’étranger, ainsi que des ONG internationales ont appelé à assurer la sécurité de Sidi Mouloud. D’aucuns craignent même qu’il ne subisse la même fin tragique que Mahfoud Ali Beiba, président du conseil national sahraoui (CNS- équivalent du parlement), décédé d’une mort suspecte en début juillet, alors qu’il avait manifesté son désir de rejoindre le Maroc.

Après avoir multiplié les déclarations, notamment son droit inaliénable de rejoindre sa famille restée à Tindouf, et son ambition de « libérer les sahraouis de la servitude des séparatistes », Mustapha Salma a choisi de défier le Polisario. Le mercredi soir, il a annoncé par téléphone aux médias, depuis Zouerate où il se trouvait encore, qu’il prendrait jeudi le chemin des camps de Tindouf. Il devrait être ce vendredi du côté algérien de la frontière.

Le Maroc a peut-être mal géré l’affaire Haidar qui était au départ insignifiante. Aujourd’hui, le pays entier suit de près celle de Mustapha Salma. En attendant que l’inspecteur de la « police du Polisario » fasse de nouveau parler de lui, on ne peut que critiquer l’attitude de deux poids deux mesures des médias et ONG à travers le monde, surtout ceux de l’Espagne. La défense des droits humains semble être à géométrie variable.

Suivre Yabiladi
Et maintenant Hassan H
Auteur : azl95
Date : le 22 septembre 2010 à 22h15
Les deux journalistes Marocains ont bien été expulsés et Salma entre les mains du polisario que faut il pen ser?
Blogs du Polisario
Auteur : nacirikabir
Date : le 20 septembre 2010 à 16h20
"à part les déclarations de mustapha salma, comment sait-on que des "menaces" pèsent sur lui ???"
Vous n'avez qu'a visiter les nombreux blogs du Polisario qui jurent qu'il le mettrons en prison une fois qu'il mettra les pieds chez l'impolisario.
pffff
Auteur : MOHAMMED
Date : le 20 septembre 2010 à 16h13
Le polisario n'est qu'une branche du régime stalinien d'Algérie. Ils n'ont aucune voix, aucun poids. Il ne font qu'exécuter les ordres des généraux algériens.
Le régime stalino-algérien n'éprouve aucun sentiment envers son peuple, il l'a massacré à plusieurs reprises; pendant la guerre d'Algérie, à la fin de la guerre d'Algérie, et après la guerre d'Algérie sans oublier la guerre civile dont il est l'instigateur, le manipulateur et celui qui la perpétue pour remplir ses sombres desseins. Peut être pourront ils espérer du changement quand le pétrole sera épuisé.
Si le Maroc est encore un pays en voie de développement, l'Algérie, elle, est encore en attente d'une voie de développement. Ils sont vraiment les plus à plaindre du magheb el arabi.
Dommage pour nos compatriotes marocains séquestrés chez eux.
La Maroc devrait prendre l'initiative d'aller les libérer. Ce sera considéré comme de l'ingérence humanitaire mais on s'en fout! si les américains peuvent le faire, je ne vois pas pourquoi nous, on ne pourrait pas le faire.
les deux journalistes
Auteur : bzou
Date : le 20 septembre 2010 à 13h52
Ne nous éloignons pas du sujet essentiel :l'article concerne l'AFFAIRE des DEUX JOURNALISTES MAROCAINS en exercice de leurs missions .C'est avant tout une question de DROIT de L'HOMME, ces droits pour lequels les gens militent et se battent depuis des siècles et que nul n'a le droit de bafouer parmi,lesquels .Le droit à la liberté d'expression, à la liberté de presse , et le droit à l'information.Ce problème n'a que trop duré avec toutes ses conséquences humaines et tragiques endurées par des millers de famille .Je suis étonnée du silence des principales ONG qui d'habitude sont les premières à réagir .L'exès est nuisible en toute chose et dans tous les domaines .Ces journalistes doivent être relachés et doivent effectuer leurs missions avec toutes les garanties necessaires .Ce qui diffère l'HOMME du reste des créatures est la SAGESSE.
deux poids deux mesures
Auteur : azl95
Date : le 18 septembre 2010 à 21h54
Nous savons tres bien que ladite presse espagnole soutient ce qui est en dehors de ses frontieres mais se garde bien d'en faire autant avec ceux qui exigent l'independance que cela soit en catalogne ou au pays basque.

Jusqu'à preuve du contraire ce monsieur a pu rejoindre le maroc et le quitter ensuite en toute liberté.
Haidar elle possedant uen passeport Marocain , lui permettant là où elle voulait a cru faire la maline en refusant de remplir un document obligatoire mais pas aussi significatif que le passeport lui même en en ce point elle peut être considerée comme traitre à son passeport. on ne peut être marocaine sur un document et pas sur un autre ou on accepte les deux ou on rejette les deux et en cela elle est traitre à ses convictions. .
Facebook