News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Fès : 7 militants islamistes portent plainte pour torture

Suite à une plainte déposée par les familles de 7 islamistes présumés arrêtés en juin dernier, l’ONG Human Rights Watch (HRW) est immédiatement montée au créneau. Dans un communiqué, l’organisation dénonce un recours présumé à la torture, ainsi que les conditions d’arrestation et de détention des suspects.

Mis en détention provisoire depuis le 28 juin dernier, date de leur arrestation, les 7 membres de Al Adl wal Ihssane disent avoir été torturés par les services de police, qui leur auraient arraché des aveux par la torture. Incarcérés à la prison d’Aïn Kaddous de Fès, ils auraient déposé ce lundi une plainte pour torture. HRW s'est penché sur l'affaire.

Pour rappel, les 7 militants islamistes ont été arrêtés le 28 juin dernier après qu'un avocat de Fès, Mohamed El Ghazi ait porté plainte contre eux pour « enlèvement et violence ». Lui-même ancien membre du mouvement, comme le précise l’AFP, El Ghazi aurait été enlevé, et maltraité par ses ravisseurs, avant d’être relâché.

Il aurait donc formulé une plainte le 21 juin 2010. C’est cette dernière qui aboutit une semaine plus tard, à l’interpellation des 7 individus. Selon HRW, ils auraient été arrêtés « sans mandat », à l’aube. Autre détail, les 7 suspects affirment que la police leur aurait arraché des aveux par la torture.

Ils n’auraient été autorisés à être examinés qu’une semaine après leur arrestation, et les membres de leurs familles disent avoir vu des traces de coups sur leurs corps.  La police aurait également procédé à des fouilles et à des saisies à leurs domiciles, sans aucune autorisation. HRW dénonce en outre un non-respect de la présomption d’innocence.

Notons que le procès des 7 militants n’a pas encore été programmé, alors qu’ils entament leur 3e mois de garde à vue. En attendant, ils ont fait parvenir leur plainte par leurs avocats.

Détail insolite dans cette affaire, le quotidien local Le Soir Echos qui a rapporté les faits dans son édition de jeudi, a tout simplement ignoré les détails sombres de l’affaire. Omission ou choix éditorial ?

Suivre Yabiladi
1 commentaire
comme d'habitude...
Auteur : MOHAMMED
Date : le 06 septembre 2010 à 13h19
On est en 2010 et toujours pas d'état de droit effectif pour ce pays africain... Si ce n'est pas triste? affligeant!
Facebook