News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Espagne: Les Marocains très touchés par le chômage

La détérioration du marché espagnol du travail diminue de plus en plus l’attractivité du pays, selon une étude réalisée par la filiale espagnole de l’entreprise néerlandaise de travail temporaire, Randstad. Le taux de chômage est en augmentation dans tout le pays, et ni les travailleurs étrangers ni les Espagnols ne sont épargnés. Les Marocains sont les plus touchés par cette inactivité.

Une Marocaine récoltant des fraises à Huelva, en Espagne (AFP)

Le pays de Zapatero a perdu son intérêt et n’est plus une référence pour les travailleurs étrangers, particulièrement extra-européens. Ces derniers sont passés de 20,4% à 13,7% de l’ensemble du marché du travail, et le chômage est devenu beaucoup plus important dans la communauté immigrée. Il touche 30,79% des travailleurs étrangers non Européens, comparativement à 20% des Espagnols. Résultat, près de la moitié des étrangers chômeurs passent en moyenne 3 heures par jour à la recherche d’un emploi, contre 37% pour les Espagnols sans emploi.

En tête de liste de ces chômeurs étrangers, il y a les Marocains. Leur taux a grimpé de 38,1% par rapport à l’année dernière d’après l’étude de Randstad. Ils sont suivis par les Colombiens (19%) et par les Équatoriens (12,4%). Cette situation a entraîné aussi une diminution du nombre de personnes affilié à la sécurité sociale (SS). Malgré une baisse de 6,7%, les Marocains enregistrés à la SS sont encore assez nombreux, contrairement aux Colombiens (-11,9%) et aux Équatoriens (-15,3%).

La crise a également eu pour effet de ralentir les flux migratoires vers l’Espagne. Entre 1997 et 2007, l’immigration a été responsable à 72% de l’augmentation la population espagnole. Mais depuis 2008, la présence étrangère n’a cru que d’un demi-million de personnes, alors que les prévisions indiquaient une croissance annuelle de plus de 300 000 personnes.

L'Espagne traverse actuellement une grave récession. L’activité des entreprises est au  ralenti et le pays compte près de 4,6 millions de chômeurs avec un déficit des comptes publics représentant 11,2 % de son produit intérieur brut (PIB). Le gouvernement socialiste a dû recourir à des mesures austères la semaine dernière, pour tenter d’éviter une crise semblable à celle de la Grèce. Ces mesures qui prévoient notamment une baisse moyenne de 5% des salaires des fonctionnaires dès juin, sont très impopulaires.

Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook