En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Pays d'immigration: Calculer les coûts devient tendance

En France, Michèle Tribalat, chercheuse, et Eric Besson, ministre, se rejoignent sur la nécessité de « ne pas fermer les yeux » sur les méfaits économiques de l’immigration. Aux Pays-Bas, un chercheur et un populiste s'allient à ce même sujet. Aux Etats-Unis, deux études démontrant le contraire n'ont pas réussi à clore le débat. Tous calculent..

Les scénarios se ressemblent: Aux Pays-Bas, un chercheur néerlandais, Jan van de Beek, fait sa thèse de doctorat sur un thème qui soi disant « dérange » la « political correctness » de l'agenda scientifique hollandais. Il fait un calcul de coûts et bénéfices de l'immigration aux Pays-Bas et vient à constater que le recrutement d'immigrés dans les années 60 était un « désastre économique ». Aujourd'hui encore, selon van de Beek, « il n'y a pas de raisons » économiques d'accepter de la main d'œuvre non-qualifié aux Pays-Bas. Ces déclarations lui valent beaucoup d'attention de la part des médias nationaux et internationaux – un succès considérable pour une simple thèse de doctorat.

Succès qu'un admirateur de renom, le populiste néerlandais Geert Wilders du parti d'extrême droite PVV, égalisera. Le 7 avril dernier, il appelle au scandale sur la RTL hollandaise, en invoquant la somme de 6 à 10 milliards d'euros par an que coûteraient les immigrés (surtout turcs et marocains) à l'Etat. Pour lui, il est clair qu'il faut stopper l'immigration et renvoyer chez eux les étrangers à charge de l'Etat.

Changement de décor: En France, Michèle Tribalat, une chercheuse devenue directrice de recherche de l'Institut national des études démographiques (Ined), publie un essai au titre très 'people': « Les yeux grands fermés ». L'auteur veut briser un tabou, en doutant ouvertement, des bienfaits économiques de l'immigration en France. Selon elle, être critique aux bienfaits de l'immigration ne serait pas possible aujourd'hui en France, le débat ne serait pas autorisé. Ce serait un domaine ou seul l'extrême droite française s'exprimerait – qui s'est d’ailleurs empressée de reprendre les propos de Mme Tribalat.

Mais la presse d'extrême droite n'a pas été seule à reprendre ce sujet. Jeudi dernier, 8 avril, Eric Besson, ministre de l'Immigration, s'est exprimé dans le même état d'esprit que Mme Tribalat lors d'une interview sur les ondes de la RTL française. Comme elle, il affirmait qu'il était difficile en France de « poser les termes rationnellement » en matière de coûts de l'immigration - irrégulière. C'est pour cela que, malgré deux rapports existants qui évaluaient les coûts de l'immigration irrégulière à 230 million d'euros par an, le ministre annonçait qu'il voulait « aller plus loin » et commander un rapport indépendant qui « va mettre tous les chiffres sur la table » pour que les Français « sachent tout ». « Et on verra », selon le ministre, « que l'immigration irrégulière coûte cher ».

De manière quelque peu mystérieuse, il ajoute que ces coûts ne seront pas forcément si hauts en termes de prises en charge de l'Etat, mais par rapport à un coût global. Ce qu'un tel coût global peut inclure reste incertain. Curieux, comme l'indique un article de Rue89. Il sera intéressant de voir sur quelles bases « rationnelles » ce rapport sera établi.

Même fond, donc, sur décors hollandais et français. En d'autres lieux, une guerre des chiffres a bel et bien déjà été lancée. Récemment, deux chercheurs américains ont alimenté ce même débat aux Etats Unis. Raul Hinojosa-Ojeda, professeur à l'Université de Californie (UCLA) et ancien conseiller de Bill Clinton, a établi que légaliser les quelque 12 millions de clandestins vivant aux Etats-Unis aujourd'hui, produirait un bénéfice de 1,5 billion de dollars sur 10 ans, donc approximativement 12 500 dollars par immigré légalisé par an.

Pour sa part, Manuel Pastor, professeur à l'Université du Sud Californien (USC), a fait les mêmes calculs pour la Californie, où la légalisation des quelques 3 millions de clandestins pourrait faire augmenter d'un coup les revenus d'impôts et de taxes locales de 350 million de dollars par an. Loin donc des 230 millions d'euros que les immigrés irréguliers coûteraient à la France, selon les études mentionnées par Besson.

Les leçons à en tirer? D'un côté, il est clair que selon ce que les chercheurs prennent en compte comme facteurs, les chiffres mis en avant par des études sur les coûts ou bénéfices de l'immigration varieront toujours. Les questions posées font également une différence. On notera que M. Besson veut faire évaluer les coûts de l'immigration irrégulière, tandis que les deux chercheurs américains ont étudié les bénéfices que porterait une légalisation des irréguliers. Même cible, différentes questions.

D'un autre coté, l'alliance décrite plus haut entre certains chercheurs et certains politiques cache mal l'agenda politique qui surplombe leur appel à briser ce soi-disant tabou. Moins radical que Geert Wilders, Eric Besson, Michèle Tribalat et Jan van de Beek tentent de consacrer aujourd'hui une nouvelle forme « d'immigration choisie ». Il ne s'agit plus de choisir la main d'œuvre bon marché pour les usines françaises, il s'agit plutôt de choisir les professionnels hautement qualifiés, moins nombreux et moins visibles. A forte valeur ajoutée. Et d'empêcher les autres de venir – coûte que coûte..

Chose inquiétante: la question du choix à faire est omniprésente en matière d'immigration. Tout le monde parle du choix. Poser la question de savoir s'il est vraiment nécessaire de faire ce choix – qui implique des dépenses énormes de « sécurisation » des frontières extérieures de l'UE, de reconduites aux frontières, de coûts administratifs – devient de plus en plus tabouisé. Et s'il y a choix à faire, il est bien évidemment nécessaire d'avoir des statistiques et études informant ces choix.

Pas entièrement. Aux Pays-Bas, la demande de Wilders de commander une étude sur les coûts et bénéfices de l'immigration dans le pays a été refusée par le gouvernement. Le ministre de l'immigration néerlandais, Eberhard van der Laan, affirmait que "les immigrés font partie de notre société. Leur présence ne peut être réduite à de simples calculs d'addition et de soustractions, avec l'euro comme mesure."

Suivre Yabiladi
Coûts de l'immigration
Auteur : tha3labi
Date : le 15 avril 2010 à 12h47
Limiter les ANP, les médecins et hôpitaux, la natalité. En plus comme dit Zemmour c'est les immigrés et les français d'origine étrangère qui améliorent le taux de natalité, etc... Eric Besson est promu au rang de fou du Roi, malheureusement ces initiatives ne font pas rire, et n'alimentent que la xénophobie. Enfin il doit justifier son salaire et son ministère...
Coût de l'immigration
Auteur : rominouss
Date : le 15 avril 2010 à 11h11
Quelques remarques et réponses aux commentaires précédents:
1. Les études mentionnées ci-dessus ne sont pas les premières études empiriques sur le sujet. Les précédentes ont montré (justement) que l'immigration légale ET illégale ont un impact positif sur l'emploi, le taux de croissance ... (pas d'auteur en tête, désolé).
2. @padriss21: la science économique a des moyens de quantifier la richesse culturelle. Par contre, je ne sais pas si les études sur l'immigration prennent en compte la richesse culturelle dans leurs modèles.
3. @bernard moutin: il est effectivement possible de mesurer le coût/bénéfice des chômeurs, enfants, malades, voire même d'une espèce menacée, de la vie humaine etc. etc. La question ensuite: que faire de ces données ?
Gros jeu de mots
Auteur : padriss21
Date : le 15 avril 2010 à 10h43
Faire une thèse sur un sujet tel que celui-ci révèle que "Tribalat nous 'trinbale".
Coûts de l'immigration
Auteur : padriss21
Date : le 15 avril 2010 à 10h41
La richesse culturel (apport d'un pays tiers à la culture de base de la population) est-elle quantifiable en euros?
Cette richesse tel que : l'ouverture d'esprit, l'apport musical, l'apport littéraire est-elle mesurable?
Il est façile de quantifié la dépense, Mais diffiçile de mesurer la bétise que soulève ces question objet de thèse!!
Coût de l'immigration
Auteur : bernard moutin
Date : le 15 avril 2010 à 09h39
Si l'on rentre dans ces approches, si l'on ne veut pas simplement justifier une position politique, c'est vrai qu'il faut savoir de quoi on parle et être explicite dans les données prises en compte.
On pourrait aussi faire des comparaisons : qu'est ce que coûte les chomeurs ? les malades ? les enfants ? ... et conclure qu'il faut limiter le chômage, la maladie et les enfants ???
Facebook