News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Maroc : Le nouveau ministre des MRE, stratège désigné pour la nouvelle politique migratoire

Le ministre en charge des MRE du gouvernement Benkirane II a du pain sur la planche. Il devra, non seulement satisfaire les exigences liées aux Marocains du monde, mais aussi s’occuper de la nouvelle politique migratoire du royaume chérifien. Un dossier jugé « épineux », par les cadres du département.

Vendredi matin, Anis Birou s’est installé dans son nouveau fauteuil de ministre en charge des Marocains de l’étranger et des Affaires de la migration. « Le ministre est occupé à prendre connaissance des dossiers et de l’organisation du département », nous indique son assistante, comme pour nous dire qu'il ne peut parler à la presse aujourd’hui. D'autant plus qu'il devra prendre part, cet après-midi, à l'ouverture de la session parlementaire d'automne. A noter que contrairement à son prédécesseur, Abdellatif Maâzouz, Anis Birou ne sera plus simple ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, mais ministre tout court.

Qui est donc cet homme qui s’occupera désormais des MRE ? Anis Birou est né le 10 janvier 1962 à Berkane. RNiste endurci, il est décrit comme un « allié indéfectible » du patron du parti de la colombe, Salaheddine Mezouar. L’homme n’a certes jamais eu le titre de ministre, mais c’est un habitué des hautes fonctions politiques et du gouvernement.

Ingénieur statisticien économiste de formation, il démarre sa carrière professionnelle au ministère des travaux publics en 1982 où il passera de longues années et occupera plusieurs postes de responsabilité, dont celui de chef de l'unité centrale d'organisation.

A partir de 1997, Birou entame des expériences de chef de cabinet, d’abord au secrétariat d'État à l'Entraide nationale, puis au ministère de l'enseignement supérieur. En 2004, le roi Mohammed VI le nomme secrétaire d'État auprès du ministre de l’Education nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, chargé de l'alphabétisation et de l'éducation non formelle. Avant de rejoindre les rangs de l’opposition avec le RNI, il a été secrétaire d’Etat auprès du ministre du tourisme et de l’Artisanat, chargé de l’artisanat entre 2007 et 2012, sous le gouvernement de Abass El Fassi.

Birou devra élaborer une stratégie de gestion de l’immigration au Maroc

Après avoir parcouru différents départements ministériels, Anis Birou prend les rênes de celui des MRE au moment où le gouvernement décide d’étendre les prérogatives de ce dernier, lequel s’occupera également des « affaires de la migration ». « On va s’intéresser à la migration au Maroc. Etant donné que nous ne sommes plus seulement un pays émetteur d’immigration, mais aussi récepteur, nous aurons la charge de gérer ce dossier qui est de plus en plus épineux », explique à Yabiladi, Hachim Benhachar, cadre dans ce département.

Pour lui, il est encore « prématuré » de parler en détails de ce point, toutefois assure-t-il, « le ministère devra coopérer avec tous les partenaires qui gèrent jusqu’ici, d’une manière ou d’une autre le dossier de l’immigration, notamment le ministère de l’Intérieur pour l’aspect sécuritaire, celui des Affaires étrangères, ainsi que les ONG des droits de l’homme à l’instar du CNDH ».

Aura-t-il suffisamment de temps pour les MRE ?

Cette nouvelle orientation fait « suite aux instructions de Sa Majesté », nous indique une autre source proche du ministère. Pour l’instant, « il faut d’abord que le nouveau ministre présente une stratégie en la matière », ajoute-t-il. En effet, la récente décision du roi Mohammed VI de régulariser les immigrés sans-papiers a donné un autre ton à la gestion de ce dossier au Maroc, dont l’image s’était beaucoup ternie, suite aux multiples drames de migrants relayés par la presse et dénoncés par les ONG des droits de l’homme. Et le décès d’un jeune Sénégalais, survenu jeudi à Tanger, n'arrangera certainement pas les choses. En ayant la responsabilité d’un dossier aussi lourd, espérons que le nouveau ministre ait suffisamment de temps pour correctement s'investir pour les Marocains du monde.

Suivre Yabiladi
surdoué?
Auteur : sakki
Date : le 13 octobre 2013 à 17h04
un surdoué c'est quant un enfant passe son BAC à l'âge de 10 ans
un enfant précoce il passe son bac à l'âge de 14 ans
un enfant éveillé celui qui fait une classe prépa (math sup et spé à 16 ans
qui de nos ministres a fait un de ces cursus ?
Le nouveau ministre des MRE
Auteur : amlil01
Date : le 13 octobre 2013 à 15h17
"il est décrit comme un « allié indéfectible » du patron du parti de la colombe, Salaheddine Mezouar. "
Donc il est corrompu jusqu'à la moelle.
Bilan
Auteur : Hamza
Date : le 12 octobre 2013 à 16h33
Aucun bilan n'a été fait sur l'action du dernier ministre. As-t-il brassé du vent ?

A quoi sert ce ministère ?
Attendez un peu !
Auteur : Le barreur
Date : le 12 octobre 2013 à 14h17
Ce monsieur n'a pas encore commencé . Et déjà on lui jette des fleurs ! Un peu de décence SVP.
Sur la photo,ils se fixent RDV à Paris comme tous les dirigeants Africains,voici un aperçu d'aujourd'hui "MEDIAPART".
Auteur : pouic2011
Date : le 12 octobre 2013 à 00h01
C’est une promenade policière dans le Paris du luxe qui donne la nausée. Les enquêteurs de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière, en charge des différents volets de l’affaire dite des « Biens mal acquis », sont parvenus à établir dans le détail les indécentes dépenses « shopping » du président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, et de sa famille.


A Paris, le shopping de la corruption du clan Sassou Nguesso
11 octobre 2013 | Par Fabrice Arfi

2,5 millions d'euros de montres et de bijoux, 1,6 million d'euros de costumes, 250 000 euros de chemises… Les policiers en charge de l’affaire dite des « Biens mal acquis » sont parvenus à établir dans le détail les indécentes dépenses « shopping » du président du Congo-Brazzaville et de sa famille à Paris. L’argent provenait essentiellement des caisses de l’État congolais, via un circuit de sociétés offshore mis au jour par les enquêteurs.

NOS MINISTRES FERONT AUTANT QUE SASSOU NGUESSO, N'OUBLIEZ PAS LE CAS DE FASSI EL FIHRI,SAFEMME BADDOU MINISTRE DE LA SANTÉ ET LEURS APPARTEMENTS A PARIS PAYÉS CAS EN EUROS DANS LE VIIIeme ARRONDISSEMENT.
..
Facebook