La culture marocaine primée dans le monde arabe

C'est coup sur coup deux oeuvres culturelles marocaines qui viennent d'être primé dans le monde arabe. L'une au Caire et l'autre en Algérie.
Un livre marocain primé au Caire

Un livre marocain pour enfants, de l’écrivaine Nadia Benmoussa, (raconte-moi le zellige), figure dans «la liste d’honneur» des dix meilleurs ouvrages arabes pour enfants, sélectionnés par la Fondation Anna Lindh. Ce livre a été traduit en arabe par Mohamed Belmlih, et édité par la maison d’édition «Yanboe Livres» de Casablanca.

Il se veut une immersion dans l’art et l’histoire du zellige à travers le parcours du héros, Ali, et de son maître. Ce faisant, le lecteur se trouve transporté à travers des pérégrinations à Fès, Marrakech et en Andalousie, qui lui font découvrir les splendeurs de cet art architectural marocain authentique.

La liste d’honneur de la Fondation Anna Lindh, qui a décerné des prix à l’occasion du Salon international du livre du Caire, ( du 21 janvier au 5 février), comprend, outre «raconte-moi le zellige», des ouvrages d’auteurs de Palestine, du Liban, de Jordanie, d’Egypte ainsi qu’une version arabe de deux livres suédois.


Un film marocain primé en Algérie

«Tarik, mon frère», film de Abdellah Elabdaoui, réalisé dans le cadre de la Film Industry en partenariat avec la SNRT, a obtenu le prix spécial du jury pour la meilleure musique de la 9e édition du Festival du film amazigh qui s’est déroulée en janvier à Sidi Bel Abbès, en Algérie sous le slogan «Pour une libre circulation des idées par le mot et par l’image».

Ce prix lui a été décerné par un jury, présidé par le cinéaste Ali Mouzaoui et constitué d’hommes de cinéma et de culture de divers horizons. Comme chaque année, le festival organise une caravane itinérante à travers l’Algérie pour faire découvrir les films primés.

Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook