News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Maroc : Le Petit Journal de Canal Plus se moque de l’accueil réservé au président Hollande

La vidéo de l’émission du Petit Journal diffusée hier soir a circulé à vitesse grand V aujourd’hui sur les réseaux sociaux marocains. Et pour cause ! Yann Barthès et son équipe se moquent de l’accueil réservé au président français par le Maroc. 

Yann Barthès, présentateur de l'émission Le Petit Journal diffusé tous les soirs sur Canal Plus.

L’émission française Le Petit Journal de Canal Plus s’est en partie focalisée hier soir, 4 avril, sur la visite du président Hollande au Maroc. Le concept de l’émission est simple : décortiquer avec humour l’actualité des politiciens français et relever les petits détails insolites se déroulant dans les coulisses de l’évènement, auquel les journalistes ont été invités. 

Baise-main et tapis 

Présentée par Yann Barthès, l’émission n’a pas hésité à se moquer de plusieurs aspects de la visite du président français au royaume, en insistant notamment sur l’inauguration de la station d’épuration des eaux usées à Médiouna, du baise-main au roi Mohamed VI et au prince Moulay El Hassan par les officiels, officiers et employés de la station d’épuration ou encore de la profusion de tapis rouges déroulés sous les pieds des deux chefs d’état. 

Une émission qui n’a pas manqué de faire réagir des téléspectateurs marocains qui se sont rués sur la page Facebook de l’émission pour dire ce qu’ils pensaient de l’émission. Les commentaires sont assez mitigés. Le camp de ceux qui se sont sentis humiliés par les moqueries de l’émission s’oppose à ceux qui rappellent que l’émission est avant humoristique. 

« Ce n'est pas parce qu'on est gentil qu'on est facile à critiquer ! » 

« Je suis écœurée par le reportage sur notre pays le Maroc. Il faut savoir Mesdames et Messieurs que celui qui touche l'image de notre Roi ou d'un des membres de la famille royale entache forcément celle du Maroc », s’exclame Fatine. « Avec son montage qui ne représente pas la réalité, il [le journaliste] salit l'image de tout un peuple ! Vu qu'il ne peut plus faire du terrain, il aurait dû juste faire le déplacement dans les studios de Canal pour avoir des informations plus crédibles sur le Maroc (…) via son collègue Ali Baddou (qui connait bien le Maroc). Les Marocains aiment embrasser la main du roi par respect, comme on aime embrasser la main de nos pères (par respect aussi) », renchérit Manan. « Notre pays connait énormément de problèmes comme tous les pays, mais on ne se permet pas de se moquer des autres et encore moins de les caricaturer, surtout quand on est un simple invité » lance Ra’. « Personne n'est dans l'obligation de baiser la main du roi ou du prince, d'ailleurs les ministres du PJD ne le font pas, et ils sont toujours en vie ! », ironise Nizar. 

Ce que j'ai compris de tout ça, c'est que les Français "avec cette émission là, (…) ne savent surtout pas ce que l'hospitalité veut dire (…) Ce n'est pas parce qu'on est gentil qu'on est facile à critiquer ! (…) Ils [les Français] n'ont pas respecté une intimité marocaine, tout simplement parce qu'on était très généreux, sauf que je pense que vous ne le méritez pas (…) nous les Marocains aimons notre Roi, et vous n'êtes pas en droit de le critiquer. », ajoute Youness. 

« On a le droit de rire de tout ! » 

D’autres messages laissés sur la page Facebook du Petit Journal rappellent que c’est une émission avant tout, pour faire rire. « Moi quand je vois les commentaires de certains ( Marocains je suppose ) ça me fout les jetons ! La liberté d'expression vous connaissez ?! D'ailleurs je suis Marocaine et j'ai trop aimé la séquence des " tapis " (…) bon boulot !», répond Imane. « Les marocains sont toujours prêts à gueuler pour un rien. Je suis tout à fait pour le respect qu'on doit à un monarque quel qu'il soit, mais en l’occurrence là dans le Petit Journal, il n'y a eu aucune insulte, le ton reste léger (…) Il faut avoir un minimum de capacité d'autodérision, ils ne l'ont pas insulté ! » estime Hind.

« Péter un coup les gens ! On a le droit de rire de tout. De plus, le ton était vraiment léger dans ce Petit Journal. Tous nos hommes politiques en ont vu bien d'autres et des pires. C'est juste de l'humour. », insiste Sébastien. « Je trouve que vous étiez très gentil avec Mohammed 6. Vous avez également oublié de dire que la moitié du peuple crève de faim et un quart a quitté le pays pour une vie meilleure ! », lâche Loubna. « Comment je me marre ! Tous ces Marocains offensés par le petit journal ! Non mais allo quoi ! En 2013 vous faites le baise main à vos dirigeants, dont le 2ème plus important a 8 ans ! Non mais allo quoi ! Nous on veut garder notre liberté d'expression ? Vous êtes pas content, bah c’est pareil », s’exclame Greg. « C'est rigolo [l’émission], mais on l'aime [le roi] quoi qu'il en soit ! » conclut Mourad. 

Suivre Yabiladi
J'ai pas lu ce que tu as pondu...
Auteur : Pom'ss
Date : le 22 avril 2013 à 17h56
En tout cas tu fais pitié lol.

ps : je suis une fille en cas hein...
N'en déplaise à mr le censeur à la pomme !
Auteur : Nghanagh
Date : le 22 avril 2013 à 16h38
Nous revenons cette semaine sur le baisemain royal avec une position plus tranchée que jamais : stop, baraka, assez ! Comme vous pouvez le lire en pages intérieures (le dossier de couverture intitulé “Baraka ! Baisemain royal” sera mis en ligne sur notre site jeudi 24 janvier 2013), nous avons tenté de comprendre la nature du geste, sa signification, son histoire. Nous avons demandé à des chercheurs et à des décrypteurs du geste politique, voire protocolaire. Nous avons aussi interpellé des religieux et des hommes de foi. En gros, nous avons examiné la portée politique, historique et sociologique de ce rituel. Il en ressort que ce “geste”, qui est profondément enraciné dans les rapports qui lient le peuple à la monarchie, est avant tout une marque de respect (pour le monarque) et un honneur (pour celui qui lui embrasse la main). Evidemment. Mais l’erreur serait d’en rester là. Cette lecture normative présente en effet un lourd handicap : elle est figée dans le temps. Au moment où le code du baisemain a été inventé, avec ses multiples significations et, si l’on ose dire, toute sa fonctionnalité, le monde était encore féodal, la notion d’égalité entre les hommes n’existait pas, la communication et le souci de l’image d’un pays ou d’un souverain étaient une hérésie, et le Maroc était une agrégation de tribus qui prêtaient allégeance à un seigneur, le roi, qui régnait sur le bled makhzen et multipliait les harkas pour tenter de pacifier le bled siba. Le baisemain est un geste brutal qui correspondait à un monde en état de guerre permanente. Sociologiquement, il consacrait le principe de l’asservissement des peuples-esclaves et de la déification de ses maîtres-protecteurs. Ce monde n’existe plus, fort heureusement !

La suite ici :
http://www.telquel-online.com/Editorial/L-autre-exception-marocaine/554%20
@ nghanagh
Auteur : Pom'ss
Date : le 22 avril 2013 à 10h04
J'en ai rien à faire fais ce que tu veux mais voilà, un moment donné faut s'en remettre c'est tout. A part ça j'ai d'autres chats à fouetter que d'aboyer dans le vent pour une info bidon, pas comme certains qui ont l'air d'avoir pris ça à coeur lool.

Allez fais-toi plaisir et commente autant que tu veux va !
@Pom'ss
Auteur : Nghanagh
Date : le 22 avril 2013 à 08h52
Et pourquoi tu n'appliquerais pas tes recommandations à toi même ?
Tu ne veux pas non plus passer à autre chose apparemment puisque tu continues aussi à poster de nouveaux commentaires, mais rien de neuf. :-)
Non, le sujet me plait et je souhaite continuer à commenter cet article. Ça te gêne ? Tu voudrais me censurer ?
@ nghanagh
Auteur : Pom'ss
Date : le 20 avril 2013 à 16h30
Lol, je savais pas que j'avais affaire à un perroquet !
Dans les notifications j'ai vu qu'il y avait encore des lâches-rien qui continuent à commenter cet article. Par curiosité je suis venue et j'ai vu que c'était toi ce pot de colle en question lol.

Donc bon, tu n'en reviens pas, pourtant voilà quoi, pas la peine d'en faire une affaire mondiale ga3, passe à autre chose c'est rien.

Sur ce
Facebook