La faillite de l'enseignement public au Maroc

"On ne peut plus continuer avec la logique du tout gratuit à l'enseignement supérieur du Maroc ". C’étaient les déclarations de Lahcen Daoudi, ministre de l'enseignement supérieur au Maroc. Pour étaler plus de détails, ce dernier avait affirmé que "les plus aisés devraient contribuer au financement de leurs études puisqu'elles sont très coûteuses pour l'état". Le ministre n’a pas cessé depuis de retirer et de réaffirmer ses propos dont on aura un avant-goût avec la prochaine loi de finances … L’adoption de ces mesures risque d'en finir une fois pour toute avec l'enseignement public agonisant depuis des décennies.

Autrefois, Hassan II avait affirmé dans une interview accordée à Jean Daniel qu'il ne voulait pas instruire son peuple, parce que ceux instruits sont devenus des opposants de son régime. Pis encore, après les émeutes de 1965, il s'est adressé au peuple en disant : " Vous les pseudos-cultivés, si seulement vous étiez des ignorants ".

Ces déclarations se sont transformées en des politiques désastreuses de l'enseignement visant à tuer l'éducation marocaine dans l'œuf. Le taux d'analphabétisme bien élevé a quasiment stagné durant trente ans, les écoles publiques ont vu leurs effectifs augmenter et la qualité des enseignements a drastiquement baissé, s’ajoute à cela une arabisation hasardeuse et bâclée des programmes suivi d'un encouragement excessif de l'enseignement privé au détriment de l’étatique. Ce sont les titres phares du règne d’Hassan II, un roi cultivé qui a consolidé l’ignorance de son peuple pour prévenir son éveil à l’égard de son despotisme.

Avec l'avènement de Mohamed VI, les choses ne se sont guère améliorées. Le taux d'analphabétisme dépasse encore 40% de la population. L'enseignement public souffre des multiples grèves des enseignants, grèves où les demandes sont souvent matérielles et négligent l'essence de l'éducation publique et son essor. Les programmes désuets et le surnombre des effectifs ne font qu'empirer la situation. C’est ce qui pousse maints foyers à opter pour un enseignement privé de qualité, tandis que les plus défavorisés n'ont guère le choix.

Un lycéen sur deux devient bachelier selon les statistiques officielles. La plus grande partie intégrera des facultés. Une minorité se dispersera sur des écoles de commerce, des écoles d'ingénieurs ou choisira une carrière de médecin. Ces voies constituent un ascenseur social pour les fils du peuple qui se sont démarqués lors de leur cursus estudiantin. Le coût de l'enseignement supérieur se résume dès lors à des frais d'inscription, d'internat et de restauration. Du moins jusqu'à ce que le ministre ne fasse ses déclarations et son intention d'intégrer ces décisions dans la prochaine loi de finances.

Le ministre El Ouafa a annoncé il y a quelques jours l’échec cuisant du plan d’urgence de l’éducation et de la formation. Un plan avec une enveloppe budgétaire de 3,3 milliards de DH. Une feuille de route bâclée et adoptée hâtivement qui n’a servi qu’à gaspiller l’argent du contribuable. Pour calmer l’opinion publique, on vous chante que le taux de scolarisation de  la tranche d’âge 12 à 14 ans est passé de 71,3% à 79,1% … Cela veut dire qu’en 2012, un enfant sur cinq appartenant à cette tranche ne fréquente pas l’école. Cela pousse à avoir honte et non à se vanter monsieur le ministre. Cerise sur le gâteau : les programmes et les manuels scolaires seront une énième fois changés afin de « s’adapter » à l’échec du plan cité ci-haut.

Ajoutez à cela un dernier rapport de l’UNESCO qui regorge de statistiques bien effrayantes : Le Cameroun, La Tanzanie et le Bénin nous dépassent en taux de scolarisation des enfants. En plus de cela, on est l’avant dernier pays arabe en taux de réussite au baccalauréat devançant … le Yémen. Le reste des statistiques ne nous lègue que les derniers rangs au sein du monde arabe.

Les seuils d’admissibilité au sein des instituts de l’enseignement supérieur a quant à lui atteint des records durant cette année : 18.30 pour la médecine militaire, 17.27 pour l’ENA et que des 16 à peu près partout. Certains étudiants munis de baccalauréats avec de très bonnes mentions ne sont même pas recevables  pour passer les concours de sélection dans ces instituts … Cela a engendré une grogne parmi les élèves qui se sont regroupée dans « l’union des étudiants le changement du système éducatif » et ont manifesté dans plusieurs villes le 6 Août.

Durant ce temps, notre gouvernement n'a guère trouvé le courage politique de s'attaquer à la corruption et à la gangrène qui touche le pays. Il a vite abandonné la lutte contre la rente et a enterré un projet de taxation des riches. Il continue cependant à louer une monarchie qui détient le pouvoir absolu par une constitution remaniée. Au lieu de mener de sérieuses réformes, on vise à détruire cet ascenseur social de la classe moyenne et des démunis. Des classes qui souffrent d'une baisse du pouvoir d'achat, ajoutez à cela une annulation de la gratuité de l'enseignement supérieur et de probables augmentations à venir et vous menacez directement la paix sociale du pays.

On subventionnera les plus démunis nous dit-on, mais depuis quand les riches fréquentent-ils les facultés publiques ? Les plus aisés envoient leurs fils depuis le primaire au sein d'établissements privés marocains ou français. Ces derniers continuent leurs études supérieures en France ou dans un établissement privé. Ils fuient l'enseignement public, car connu pour sa défaillance. Alors de qui se moque-t-on encore au Maroc ?

Heureusement que l'autodidaxie reste un refuge pour le marocain, jusqu'à ce qu'on la taxe elle aussi.


Visiter le site de l'auteur: http://mahdizahraoui.blogspot.com

Suivre Yabiladi
.
Auteur : amir
Date : le 11 août 2012 à 18h53
meme éduqué dans les meilleurs universités du monde occidental un himage restera toujours un himage et un corrompu restera toujours un corrompu.

pourquoi ce poser des question sur l'enseignement publique ou privée alors?

il n'y a que les ratés , ceux parmi oulad lhaz9ine qui ont appris a lire et a écrire et qui sont dans un chomage éternel qui parlent comme dans cet article.une fois bien placés ils deviennent comme tous les autres et oublient acha3be et son ''oussakh'' .

c'est deprimant!!!

aucun espoir.
Dernière modification le 11/08/2012 19:07
@allaoui38
Auteur : berhoc
Date : le 10 août 2012 à 15h24
Je n'ai jamais dit que le Maroc est un pays démocratique !, je n'ai jamais dit que tout va bien !, je n'ai pas dit qu'il n'y a pas de corruption chez nous ! Tu me surprends là !

Oui je confirme que : "Le Maroc figure parmi les 10 meilleures performances mondiales en matière de développement humain au cours de la période entre 1970 et 2010" et ce n'est pas moi qui le dit mais les programmes des nations unis (Le PNUD).

Un classement parmi les pays arabes ne veut pas dire qu'il n’y avait pas d'amélioration ni d'effort, notre taux a été amélioré de 43% en 2004 et à 30 % aujourd'hui !

Le RAMED est une avancée pour plusieurs personnes que je connais personnellement !

Maintenant, qui doit avoir honte moi ou toi, ce n’est pas cela le plus important pourvu qu'on ait un échange adulte et responsable sans échange d’accusation, chose que tu n’arrives pas à comprendre jusqu’à présent.

Je pense que tu as un problème de confiance en toi. Comment je le sais ? Suite à notre à notre échange concernant les centres d’appel, tu ne maîtrise rien de ce domaine du tout (ça se voyait vu mon expérience conséquente dans ce domaine, en plus de ton sacré mélange 4*4/racaille/fassis mdddrr ) et tu fais semblant du contraire et pire tu insiste pour montrer que tu es un connaisseur ! Comme tu l’as bien foiré concernant ta connaissance des centres d’appels au Maroc, tout le monde peut se permettre maintenant d’extrapoler cette ignorance à ta connaissance du Maroc ! Fais attention allaoui38, l'esprit humain est généralisateur et ta crédibilité se retrouvera noyée !

allaoui38, un conseil, ne conçois plus l’ignorance comme un point faible, et dis toi que tu as le droit d’ignorer comme cela tu seras relaxé et peut être moins agressif avec les autres ! Apprends en toute tranquillité les choses que tu ne maîtrise pas !

Si après tout, tu es convaincu de tes informations et que tu trouves que je mens (et je te rappelle qu'on n'est pas là pour accuser les autres :) ), prends ta décision comme un adulte et ne t’adresse plus à mes commentaires et chacun s'exprime comme il veut sans renter dans des futilités du genre.

Bien à toi :) !
Dernière modification le 10/08/2012 16:05
@ berhoc
Auteur : allaoui38
Date : le 10 août 2012 à 07h06
pour toi le Maroc est un pays démocratique , tout va bien , il ny'a ni corruption ni mépris des faibles , ces derniers peuvent même proposer des lois .. mmm ..

tu répète la même chose dans tous tes postes :


""Le Maroc figure parmi les 10 meilleures performances mondiales en matière de développement humain au cours de la période entre 1970 et 2010""

comment expliquer alors ce taux très élevé analphabètes au Maroc , pire que la majorités des pays arabes et même africains ?

franchement , pour parler vraie , j'ai honte à ta place ...

le Maroc dont tu parle ,personne ne connait , si tes intentions sont dirigés aux étrangers pour les tromper , sache ils sont renseignés plus que nous , alors pas la peine de nous ramener la démagogie makhsenien ici ..

tu sais bien ; et tous le monde sait que la réalité marocaine est en désaccord totale avec ta description ...

tu ose même parler de la carte de soins RAMED , crois tu vraiment à ce que tu dis ?? . .. tes mensonges sur ce site commencent vraiment bien faire ..

pathétique ... pauvre Maroc ..
Dernière modification le 10/08/2012 07:16
gadiri aussi mais .. pas d'acc
Auteur : bihi49
Date : le 09 août 2012 à 13h34
je ne vois pas ta logique de dire que quelque chose acheté a credit ne te coute pas !!! c'est pas chez ali à l'epicerie du coin qu'on achete les TGV avec un KARNI !!! entre Etat tu paye toujours par un moyen ou un autre !!!
@ Hemza
Auteur : Gadiri heureux
Date : le 09 août 2012 à 13h14
Le TGV ne vous coûte rien puisque il bénéficie de financements étrangers.
Facebook