Menu
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Maroc-Algérie : La diplomatie du chaâbi avec Daoudia comme ambassadrice

Alors qu’elle donnait un concert à Oran samedi dernier, la chanteuse marocaine de chaâbi, Zina Daoudia, a appelé son public à communier avec elle pour la réouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie. Trouvant un écho immédiat auprès des centaines d'algériens présents pour l'occasion, son message en forme de cri du cœur a plutôt fait grincer des dents du côté de la presse algérienne.

Zina Daoudia, la star de la musique chaâbi (DR)

Le 4 août 2012 marque la création d'un nouveau concept dans les relations diplomatiques maroco-algériennes : « la diplomatie du chaâbi ». En effet, alors qu’elle animait un grand spectacle au théâtre de verdure d’Oran samedi soir, la chanteuse marocaine Zina Daoudia a oser appeler à l’ouverture des frontières algéro-marocaines, une « offense » très mal accueillie par la presse algérienne. En témoigne la dernière tribune culturelle du quotidien « Expression ».

Dans un billet publié hier, le journal algérien s’attaque en effet à la chanteuse chaâbi pour avoir « voulu épauler, sans le dire explicitement, les politiciens marocains qui ont échoué quant à convaincre leurs homologues algériens autour de la question de l'ouverture des frontières algéro-marocaines ». Le motif essentiel des récriminations du journal tient à l’appel du cœur lancé par Daoudia à son public oranais l’exhortant à communier avec elle pour la réouverture des frontières maroco-algériennes.

« Ouvrez les frontières ya Allah ! »

« Que celui qui désire l'ouverture des frontières allume son portable et l’exhibe », aurait-elle scandée samedi soir, du haut des planches du théâtre de verdure Hasni-Chakroune, à Oran, où elle était en représentation pour la troisième fois cette année. S’exécutant aussitôt, les centaines de personnes présentes au concert auraient alors brandi leurs portables en l’air en signe d’adhésion au message solennel que la chanteuse venait de lancer. Un message en forme de cri du cœur ponctué par des « Ouvrez les frontières ya Allah! » qu’elle aurait martelé à l’envie, selon le journal.

« Passant comme une lettre à la poste » auprès de son public, le message de Daoudia n’en est pas moins resté en travers de la gorge du journaliste de l'Expression. Ce dernier se demande aujourd’hui « quelle mouche a piqué la chanteuse marocaine au point d'occulter le pouvoir des politiciens à qui revient la décision d'ouvrir ou de continuer dans la fermeture des frontières ? »

Les paradoxes du journal

Pour lui, Zina Daoudia a tout bonnement « raté une occasion de se taire, comme elle le faisait auparavant » ; une critique cinglante qui rappelle à la concernée – si tant est qu’elle veuille le savoir – que seule sa voix de chanteuse compte, pas celle de la militante. Notons à ce propos le curieux paradoxe d’une presse algérienne qui d’un côté, condamne la chanteuse de s’être épanchée sur la question des frontières maroco-algériennes, alors que de l’autre, elle reconnait volontiers n’avoir eût de « cesse de la harceler en vue de lui arracher une quelconque déclaration d'ordre politique, notamment en ce qui concerne la question des frontières. »

Menue incohérence mise à l’écart, pour l’Expression, le « glissement soudain du chant à la politique » de la chanteuse « suit une démarche sournoise », « la finalité » étant ici « de prendre à témoin l'opinion publique, tout en stigmatisant implicitement le pouvoir algérien en lui imputant sur le sol algérien même, la fermeture qui se poursuit, des frontières ».

Feu de paille ou susceptibilités réellement froissées ?

Entre feu de paille et susceptibilités à fleur de peau, difficile de savoir si la prise de position officielle de Daoudia vexe réellement Alger ou bien si ce n’est que le fait d'un journaliste pyromane qui se sert de cette affaire pour rejeter de l’huile sur le feu des tensions toujours vivaces entre le Maroc et l’Algérie. Il va sans dire que la question des frontières – fermées sur ordre du pouvoir algérien en 1994 après que les responsables marocains aient décidé d’instaurer un visa pour les Algériens suite à l'attentat de Marrakech – continue de souffler le chaud et le froid sur les relations diplomatiques entre les deux pays.

Malgré la sensibilité du sujet, la chanteuse chaâbi marocaine, qui prenait pour la première fois position politiquement samedi soir, ne compte pas en rester là. « Mon prochain album contiendra une chanson dédiée exclusivement aux frontières » a-t-elle déclaré, précisant que celle-ci s’intitulerait « Lilah, Ouvrez les frontières’ ». Peut-être pas un tube en devenir mais certainement de quoi donner matière à polémique aux amateurs du genre.

Suivre Yabiladi
Elle veut surtout ..
Auteur : Kenzadalil
Date : le 07 août 2012 à 22h44
se donner de l'importance !! non seulement elle chante comme une casserole et voilà que maintenant elle veut décider pour tout un peuple ..
mdrrr
Auteur : Sauredinokarkoubi
Date : le 08 août 2012 à 00h03
Venant de l'Expression DZ faut pas s'étonner de ce genre d'article... Franchement, leur réaction qui s'en préoccupe...

Les artistes transcendent les considérations politiques et c'est tant mieux. C'est d'ailleurs ce qui les gènent au fond. Elle a été suivi par un public important, a fait passé un message qui a fait réagir les gens...tant mieux pour nous tous.

Kenzadalil elle veut décider pour personne dit pas de bêtise.

Les gens voudraient contrôler ce qui sort de la bouche des artistes mdrrr dommage ExpressionDZ vous pouvez pas!
Journaux DZ de propagande du FLN
Auteur : Danouni
Date : le 08 août 2012 à 00h42
Elle dit la même chose que des artistes algériens comme Lamine ou Abdel Kader Secteur entre autres.

Ce journal EXPRESSION DZ comme EL WATAN DZ sont tenus par des amis des corrompus du FLN connus pour leur traitrise envers le Maroc qui leur a apporté un soutien important pour qu'ils acquièrent enfin leur indépendance après 300 de domination turque et 130 ans de domination Française.

Pour moi, l’Etat FLN est un état à abattre. Collaborer avec les pourris du FLN qui ont mené leur pays dans une terrible et honteuse guerre civile de 10 ans est une erreur grave car le Maroc risque juste de le renforcer.

Dans tout le Maghreb, en Afrique et en Europe , l’État FLN est mal aimé. Même les algériens ne le supportent plus.

La quai totalité des Journaux Dz reçoivent leurs ordres du FLN prédateur du pays.

Je le sais car moi et des amis avons laissé des commentaires sur leur site avec des liens. Tous nos commentaires ont été censurés.

Rien à voir avec des sites Marocains comme Yabiladi ou Bladi ou demain online où même des propagandistes du FLN et du Polisario laissent des commentaires haineux et insultant envers le Maroc.
Dernière modification le 08/08/2012 00:46
Les artistes ont bcp contribués à faire tomber l mur de Berlin
Auteur : Hamza
Date : le 08 août 2012 à 02h00


Les artistes peuvent avoir un grand impact sur l opinon publique. On a un bel exemple avec de nombreux chanteurs, groupes , artistes en tout genre qui ont appeler a casser le mur de Berlin. L'impact est plus grand car il touche les masses.
Hamza
Auteur : dzkiller
Date : le 08 août 2012 à 05h18
comparer les frontières algéro-marocaines, par le MUR DE BERLIN, ne trouves tu pas cette idée un peu inadéquate ?

le mur de Berlin séparait un même pays !!!! la frontière algéro-marocaine, sépare 2 pays qui n'ont pas le pris le même chemin...on peut trouver des similitudes, mais beaucoup de problèmes engendre cette ouverture (pour l'Algérie du moins) et c'est pour cela qu'ils (gouvernement algérien) ne préfèrent pas ouvrir les frontières pour le moment !
Facebook