Espagne : La nouvelle loi sur les étrangers fait polémique

Le Congrès des députés (Chambre basse du Parlement espagnol) a adopté , jeudi dernier, la nouvelle Loi relative aux étrangers. Même si elle a introduit des avancées majeures, la réforme de la législation sur l'immigration a été fortement critiquée par les associations de défense des droits des immigrés en Espagne.
Le président de l'Association des travailleurs marocains en Espagne (ATIME), Kamal Rahmouni, cité par Europa Press, a déclaré que la loi a « de nombreux aspects positifs et négatifs ». « Il faut reconnaître que des progrès ont été réalisés, comme la reconnaissance des femmes en situation administrative irrégulière, victimes de violence domestique, mais il y a des parties que nous n'aimons pas, comme les contraintes sur le regroupement familial », a-t-il dit.

Ainsi, selon lui, « on ne peut dire qu’elle est bonne ou mauvaise », avant que le Sénat ne se soit prononcé. En effet, le projet de loi sera examiné par la Chambre haute du Parlement. Il pourrait être amendé de nouveau avant son adoption définitive, prévue pour la fin de l'année.

L’un des points les plus controversés du projet de loi est l'allongement à 60 jours, au lieu de 40 actuellement, de la période de rétention par la police, des immigrants en situation irrégulière interceptés à leur arrivée dans le pays. Les conditions du regroupement familial ont été durcies. Actuellement, tout étranger résidant légalement dans le pays pendant au moins un an, peut faire venir son conjoint, ses parents et ses enfants de moins de 18 ans. Si le projet passe au Congrès, seuls les immigrés vivant en Espagne légalement depuis au moins cinq années peuvent faire venir les membres de leur famille (descendants mineurs ou âgés de plus de 18 ans s'ils souffrent d’handicap). De même, ils pourront faire venir leurs parents âgés au minimum de 65 ans et s'il existe des raisons justifiant la nécessité d'autoriser leur séjour en Espagne.

En revanche, une nouveauté prévoit l’octroi automatique d’un permis de travail aux immigrés en âge de travailler, y compris les jeunes âgés de 16 à 18 ans, s’ils ont bénéficié d'un regroupement familial.

C’est la quatrième réforme de la Loi sur les étrangers sur ces huit dernières années en Espagne, mais la première pour le Parti socialiste ouvrier espagnol, au pouvoir. Sur plus de 700 amendements qui ont été incorporés, 300 ont été retenus.

Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook