Guerre du Rif : Rabat veut un dialogue avec l’Espagne sur l’utilisation des gaz chimiques

Après la convocation de l’ambassadeur d’Espagne sur le déploiement de la Guardia Civil sur les Iles Chafarinas, voilà que Rabat entame une sombre page de la guerre du Rif : les gaz chimiques.

A quelques jours de la commémoration du 90ème anniversaire de la bataille d’Anoual (le 21 juillet), Rabat compte inviter Madrid à ouvrir un dialogue sur le recours au gaz chimiques par l’armée espagnole durant la guerre du Rif (1921-1927). L’annonce a été faite hier, lors de la session des questions orales à la Chambre des représentants, par le ministre des Affaires étrangères, Saad Dine El Otmani. Devant les députés, le chef de la diplomatie a souligné que l’utilisation des armes interdites « est une responsabilité de l’occupant », une référence plus que transparente à l’Espagne.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie s’est montré convaincu que l’Espagne « ne s’opposera pas à une telle initiative » qui s’inscrit « dans le cadre de l’accord stratégique entre les deux pays. » El Otmani a assuré que la position de l’équipe Benkirane sur cette question est identique à celle adoptée par les précédents gouvernements quelques soient leurs couleurs politiques. Pour le moment l’exécutif du voisin du nord n’a émis aucun communiqué ni manifesté aucune réaction à cette invitation marocaine.

Il s’avère que l’Histoire ne partage pas l’optimisme de ce membre du gouvernement Benkirane. Les années 80 du siècle dernier ont connu une initiative similaire de la part de feu Hassan II à l’adresse des autorités espagnoles en vue d’ouvrir un dialogue sur l’avenir de Sebta et Mélilia. Trente ans plus tard, Madrid refuse toute rétrocession ou l’idée d’une co-souveraineté sur les deux villes.

Comment l’Espagne pourrait-elle initier un dialogue avec le Maroc sur l’utilisation des gaz chimiques au Rif alors qu’elle a autorisé au juge le plus célèbre, Balatazar Garzon, d’enquêter sur les fosses communes franquistes durant la période de la guerre civile (1936-1939) dans lesquelles ont péri au moins 100.000 personnes. Deux ans après le décès de Franco, ces crimes contre l'humanité ont été couverts légalement par une loi d'amnistie générale votée en 1977.

Difficile de briser la loi de l’omerta

Anticipant de cinq année l’initiative marocaine, une formation politique espagnole a osé briser la loi de l'omerta entourant l’utilisation des gaz chimiques au Rif. Février 2007, le parti catalan Gauche républicaine (Izquierra republicana) présentait à la Chambre basse du parlement espagnol une proposition de loi appelant notamment Madrid à assumer sa «responsabilité» dans l'utilisation des armes chimiques dans le Rif par l'armée espagnole.

Le document avait appelé ouvertement l'Etat espagnol à demander «pardon» aux victimes des actions militaires commises par les armées du général Franco « sous les ordres de son autorité suprême, le roi Alfonso XIII ». La proposition de la formation catalane avait été catégoriquement rejetée par les deux grands partis, le PP (à l’époque à l’opposition) et le PSOE. L'issue de l'initiative de la Gauche républicaine était prévisible. La cure d'amnésie collective administrée, depuis le décès de Franco, à tous les Espagnols ne pourrait en aucun cas s'accommoder avec les objectifs déclarés d'un tel projet de loi.

Suivre Yabiladi
ALLEZ TOUS MOURIR!
Auteur : azouz des bois
Date : le 18 juillet 2012 à 14h35
C’est un sujet qui n’intéresse pas grand monde, sur ce site que des islamistes panarabiste, l’histoire du Maroc est fait par les rifins quelle vous en déplaise, la monarchie de pacotille son début sera sa fin.
RIFINO.
Auteur : azouz des bois
Date : le 17 juillet 2012 à 23h42
La monarchie doit en faire autant, avant un quelconque pardon ou discussions le retour de la dépouille de Abdelkrim sur sa terre.
Dernière modification le 17/07/2012 23:45
@abdo447
Auteur : Moulay el Bachir
Date : le 17 juillet 2012 à 21h44
Travailler avec les Espagnoles ?
Je ne suis pas contre, mais alors pas du tout ! Les Algériennes aussi ! Et tant qu'on y est avec les Égyptiennes !
ABDELKRIM EL KHATABI
Auteur : BabaYahia
Date : le 17 juillet 2012 à 17h31
Avec son courage et sa bravoure ce rifain a su mettre en échec ses ennemis avec toute leur armada.
Même d'autres marocains ont participé à sa réédition pour sauver leur statut à cette époque, lui qui ne voulait que la modernité de son pays.
Fin politique alors qu'il n'était jamais sorti du pays, ces ennemis ne parlent jamais de victoire, ils ont trop honte car il n'était entouré que de quelques tribus.
ALLAH ARHMOU!!!
Un peu de Tolérance - pour Qui ?
Auteur : MusulmanGéo
Date : le 17 juillet 2012 à 17h31
En réponse à M. abdo447, je dirais aussi que Le Maroc ne fait que demander ses droits à savoir : récupérer ses territoires occupés. Car il faut savoir que l'espagne n'aurait jamis pu coloniser le Maroc si elle avait respecté les régles de la guerre : Ne pas utiliser les armes de destruction massive tel que le gaz.
Et c'est l'espagne qui ne veut ni discuter la décolonisation et encore plus que cela, elle ne veut même pas discuter le retour des petites iles qui sont à 120 mètres des côtes marocaine. On ne peux que juger de la mauvaise fois des gouvernement espagnoles.
Je suis d'accord avec vous quand vous parlez de construire l'avenir avec ses voisins tel que l'espagne et l'Algérie, mais avec respect mutuel et en dehors de toute mauvaise fois.
Amicalement.
Facebook