En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Après Ryanair, Easyjet suspend des vols vers le Maroc

Et ça s’enchaine ! Il y a à peine deux semaines, Ryanair annonçait la suppression d’une trentaine de vols vers le Maroc. Aujourd’hui c’est Easyjet qui s’y met et décide de suspendre certains vols en provenance et à destination du Maroc. Effet de contagion ?

Quand elles arrivaient, c’était l’euphorie totale. Tout le monde se réjouissait de pouvoir voyager à petit prix vers le Maroc. Mais aujourd’hui, les compagnies low cost quittent le Maroc l’une après l’autre. Le dernier départ en date : la britannique Easyjet. La compagnie a annoncé la suppression de lignes en provenance et à destination du Maroc. Pour cause, la hausse des taxes d’utilisation des aéroports marocains. Ce sont surtout les liaisons avec l'Espagne qui souffriront des fermetures. Pour rappel, Easyjet opérait sur les lignes reliant la capitale espagnole Madrid à Casablanca, Marrakech et Tanger. La compagnie britannique pratiquait des tarifs promotionnels à moins de 50 euros sur les vols à destination du Maroc. A titre d’exemple, lors du lancement de Madrid-Tanger en février 2007, un billet aller était disponible à partir de 24,99 euros.

Coup dur pour le tourisme national

Cette décision intervient juste après celle de Ryanair qui, le 28 juin dernier, supprimait 34 vols vers le Maroc. Tout comme Easyjet, la compagnie irlandaise se plaint de l’augmentation des taxes d’utilisation des aéroports marocains, mais va plus loin. Ryanair juge qu’en laissant passer cette mesure, l’ONDA, Office Nationale Des Aéroports au Maroc, a violée les règles du contrat qui les liait. Selon Ryanair, cette supression de vols devrait entrainer une perte pour le Maroc de 100 000 touristes annuels et entrainer une perte annuelle en dépenses touristiques et des pertes d'emplois pour l'économie marocaine, le tout évalué à 50 millions d'euros.

Par ailleurs, en mai dernier, Jet4you aussi, lors de sa fusion avec la compagnie belge JetairFly, a mis un terme à ses vols Casablanca-Paris, Fès-Paris.

La situation actuelle affole les professionnels. Selon Mohammed Benaazzouz, administrateur de la Fédération Nationale des Agences de Voyages, « la suppression des vols aura certainement un impact négatif sur le tourisme national », rapporte l’Economiste. Déjà, à Marrakech, cœur du tourisme marocain, le bilan est mitigé. Avant même que Easyjet n’annonce sa suppression de vols, les professionnels étaient déjà inquiets. M. Benaazzouz estime qu’en ces temps de crise, il faudra lutter afin d’éviter la suppression d’autres vols et d’assurer la pérennité de la destination Maroc.

Une stratégie aérienne s’impose

D’après les professionnels la stratégie touristique devrait plus que jamais accorder davantage d’importance à l’aérien. « Il est un fait indéniable, nous avons besoin de capacités aériennes supplémentaires pour drainer une clientèle complémentaire et couvrir notre offre litière en constante croissance, écrit Fouzi Zemrani, observateur attentif du secteur du tourisme, dans sa chronique publiée par Tourmag. Pour cela, poursuit-il, nous devons avant tout améliorer l’attractivité de notre destination et non subir le diktat de compagnies qui n’ont pas d’état d’âmes à partir si l’herbe est plus verte ailleurs, (faisant allusion aux raisons avancées par Ryanair) ». « Toute stratégie touristique ne pourrait aboutir sans une véritable politique aérienne avec maillage plus dense comprenant le low cost, charters et réguliers », insiste Ali Kassimi, directeur général de Travel Link, agence de voyage spécialisée sur les marchés anglo-saxons. Si le gouvernement ne fait rien d’ici là, les professionnels comptent prendre les choses en main. Ils étudient actuellement plusieurs pistes dont la création d’un fonds d’aide qui pourrait subventionner des sièges pour les tours opérateurs (TO) qui s’engagent sur des charters.

Suivre Yabiladi
REPONDRE A BAMOUSBAMOUS
Auteur : KIURYT
Date : le 07 mars 2014 à 12h55
C DE L ARNAQUE
C'est domage
Auteur : lahdar
Date : le 16 août 2012 à 14h12
C'est vrai qu'avec la situation actuelle, cela n'arrange pas les marocains qui résident dans les payes européennes.

Lorsque les prix des avions ont été bas, les gens n’hésitaient pas à rendre visite pour la famille très régulièrement, en revanche avec les prix pratiquer actuellement, le voyages en avion redevient un lux.

je pense que cela peux impacter négativement l’économie marocaine aussi.

Les pays on voix de développement travail durement à réduire le prix des avions, pour cette raison que je ne comprend pas cette décision marocaine.

c'est vrai que pour les simples visiteurs ( les visiteurs qui n' ont pas de famille au maroc) l'impacte et négligeable, parce que aujourd'hui on trouve des très beaux payes à visiter ( comme la turquie ... ). Par contre les marocaines qui ont l'habitude de rentrer très régulièrement pour voir les proches ... l'impacte est vraiment lourd ( et je parle vraiment en connaissance de cause).
En Somalie aussi...
Auteur : bamouss
Date : le 08 août 2012 à 16h20
Le soleil existe partout dans le monde,pas uniquement en Turquie,même en Somalie ça tape fort !!

Arrêtez de vous moquez du Maroc,ici on parle d'un sujet concernant le transport aérien,si vous avez quelque chose d'intéressant à dire au gens "marhba" sinon zappes ailleurs.
@ Georges
Auteur : fatimacorse
Date : le 04 août 2012 à 19h59
Je ne sais pas si vous êtes marocain ou étranger au Maroc: tout ce que je constate c'est que vous ne manquez pas une occasion de cracher sur le Maroc et sur les Marocains! Alors si vous êtes étranger au Maroc, rien ne vous retient ici, et si vous êtes marocain caché derrière un pseudo "français", vous êtes en train de vous dénigrer par la même occasion...
tourisme
Auteur : georges
Date : le 04 août 2012 à 11h06

Une bonne claque va remettre l'horloge a l'heure
en attendant il fait beau en Turquie et ailleurs,pour prendre le soleil, la plage ,on peut facilement ignorer le Maroc et sa gestion ,oui d'epiciers et de voleurs.
Facebook