Maroc : Des grèves syndicales contre les dysfonctionnements du secteur de la santé

Un débrayage national de 24 heures a eu lieu hier, jeudi 5 juillet, à l’appel des syndicats du secteur de la santé affiliés à l’UGTM, la CDT, la FDT, l’UNTM, le Conseil des facultés de médecine et de pharmacie et le Syndicat National des médecins du secteur privé. Revendications des grévistes : améliorer les conditions de travail des professionnels et représentants d’un secteur de la santé en « pleine crise ».

L’UGTM, la CDT, la FDT, l’UNTM: quatre des six organisations de la santé en grève hier

Grève générale du côté des syndicats marocains de la Santé. Six d’entre eux, des secteurs public, privé et universitaire, ont observé, ce jeudi, une grève dans tous les centres et établissements hospitalier du royaume, à l’exception des services d’urgences et de soins intensifs. Ils dénoncent les atermoiements du ministère de la Santé à engager un dialogue sérieux avec les professionnels et représentants du secteur, rapporte le site d’information CRIonline.  

L’appel à la mobilisation générale a été lancé par les syndicats qui reprochent au département de tutelle d'organiser, en lieu et place du dialogue, des séances d'audition qui n'ont fait que ressasser les questions et dysfonctionnements connus de tous. « Lors de notre dernière réunion avec le ministre au mois de mars 2012, il s’est engagé à satisfaire la majorité de nos revendications. Quatre mois plus tard, il n’en est rien. Nous en sommes toujours à la case départ », déplore le Dr. Mostafa Chanaoui, secrétaire général du Syndicat national de la santé affilié à la CDT, au journal Aujourd’hui.ma.

« Certains hôpitaux travaillent avec un médecin et un infirmier pour tous les services » 

Pour mémoire, un accord entre le gouvernement et les centrales syndicales relatif à l’amélioration des conditions du personnel de la santé avait été conclu le 5 juillet 2011, mais depuis lors, n’avait donné lieu qu'à quelques décrets d'application demeurés en suspens. Hier, les organisations syndicales ont donc exigé la mise en application immédiate de cet accord.

Ces dernières ont également appelé à l’ouverture d’un dialogue sérieux et transparent pour la réforme du secteur de la santé, notamment concernant la facilitation de l’accès aux soins, qui doit impliquer tous les intervenants du secteur, rapporte le quotidien.

Pour les syndicats en colère, les mouvements de protestations ne sont pas prêts de s’arrêter tant que le ministre de la santé, M. Lhoussein Louardi, ne répond pas à leurs doléances, notamment celle qui a attrait à l’augmentation des effectifs : « Chaque professionnel de santé effectue le travail de 5 à 6 personnes. Certains hôpitaux travaillent avec un médecin et un infirmier pour tous les services […]. Nous avions demandé à maintes reprises une augmentation du personnel de santé. En vain. 2.000 nouveaux postes sont créés chaque année alors que 1.000 personnes sortent en retraite annuellement » vitupère M. Chanaoui. 

Selon le ministre de la Santé, la plupart des doléances ont été satisfaites

Du côté du ministre évidemment, le son de cloche est bien différent. M. Lhoussein Louardi affirme pour sa part que la plupart des revendications des professionnels du secteur ont été satisfaites par l'adoption de huit décrets d'augmentation des salaires des médecins résidents et internes, ainsi que des médecins exerçant dans le secteur public. Au site CRIonline, il précise également que d'autres augmentations de salaires des professeurs universitaires ont été aussi adoptées, « outre les indemnisations pour les risques professionnels, les permanences, les astreintes et la responsabilité ».

Il ajoute par ailleurs qu’au titre de la seule année 2012, l’Etat marocain a alloué une enveloppe de 12milliards de dirhams et 2000 postes budgétaires au secteur de la santé. Enfin, et en dépit des attaques qui lui sont adressées par les grévistes, le ministre assure que le dialogue avec les organisations syndicales se poursuit en ce moment, précisant qu’un troisième round de négociations devrait avoir lieu dans les jours qui viennent. 

Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook