En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

La situation des handicapés au Maroc inquiète le Conseil économique et social

Dans un projet de rapport présenté jeudi dernier, le Conseil économique et social (CES) a appelé à la mise en place de « mesures appropriées visant à lutter contre tout agissement discriminatoire perpétré à l’encontre des personnes en situation de handicap ». En sus de mesures coercitives, le CES recommande également la mise en place de mesures incitatives visant à favoriser l’intégration et l’employabilité des personnes souffrant d’un handicap.   

Dans son projet de rapport, le Conseil Economique et Sociale (CES) appelle à la reconnaissance des droits fondamentaux des personnes en situation de handicap

Le Conseil économique et social (CES) a appelé, dans un projet de rapport présenté jeudi 28 juin à Rabat, à adopter l’approche universelle du handicap pour garantir la dignité et les droits fondamentaux des personnes en situation de handicap. S’inscrivant dans le cadre d’une démarche nationale de mise en œuvre de la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, ce projet de rapport recommande « la mise en place des mesures appropriées, y compris pénales, pour lutter contre tous les agissements discriminatoires, les termes et le langage stigmatisant et non respectueux et les comportements cruels, inhumains et dégradants ou attentatoire à la dignité des personnes en situation de handicap »

Qualifiant le handicap de question centrale au Maroc, le CES met l’accent, au travers de son projet de rapport, sur la nécessité de mettre en place une politique nationale intégrée pour protéger les droits des centaines de milliers de citoyens marocains touchés par le handicap (1 500 000 selon le dernier recensement de 2004). Il rappelle également que la lutte contre toutes les formes de discrimination et de protection des droits des catégories vulnérables est un engagement constitutionnel que l’article 34 de la Nouvelle Constitution consacre. «  En intégrant la question des handicapés, la nouvelle constitution oblige le gouvernement marocain à élaborer un plan d’action et une stratégie efficace pour promouvoir leur intégration » souligne à ce titre M. Errkhiss Youssef, président de l’Association Amal des handicapés.

Des mesures incitatives pour encourager le recrutement des personnes handicapées

Outre les mesures coercitives visant à punir les agissements discriminatoires, le projet de rapport du CES préconise également la mise en place d'une base de données nationale spécifique au handicap, l'actualisation des enquêtes portant sur la question du handicap, et leur inclusion dans les études et les recherches des organes institutionnels, des instituts de recherche et des universités. Pour M. Errkhiss, ce point est « très important »  puisqu’en il doit permettre de mieux préciser le profil démographique de cette catégorie de la population, et subséquemment, d’adapter la politique gouvernementale d’intégration en la basant sur leurs besoins spécifiques. Comme il le soulève d’ailleurs avec pertinence : « comment parler d’intégration, scolaire ou professionnelle, des handicapés si l’on ne connait même pas leur niveau d’étude ? »    

Au sujet des difficultés d’intégration professionnelle des personnes en situation de handicap, le projet de loi prescrit également toute une série de mesures incitatives visant à favoriser leur employabilité, notamment par l’instauration d’un quota dans le privé, comme c’est déjà le cas dans le public (7%). Pour information, une étude du Haut Commissariat au Plan publiée en 2009 révélait que le taux d’activité brut des personnes handicapées (13,1%) est plus de deux fois moins élevés que celui des non-handicapés (30,3%).

Suivre Yabiladi
1 commentaire
Des intermidiares vereux profitent sans pitie
Auteur : BINKOBIBI
Date : le 01 novembre 2013 à 20h29
Ce qui me dégoute profondément, en tant que marocain ayant un un petit neveu infirme moteur cérébral (IMC), C'est cette bande de mafieux profiteurs qui se placent en intermédiaires , interlocuteurs "connaisseur" "rassurant" et "facilitateurs" pour toutes les associations qui interviennent au Maroc. Ils se disent médecins, pédiatres, orthophonistes, directeurs, présidents d'associations fantôme avec vitrines sur le net, qui interceptent et détournent toutes les aides et matériels venant de l étranger et destinées normalement aux laissés pour comptes et handicapés du Maroc, jusqu’à dans les régions les plus reculées.
Ces gens là sont des avertis et connaissent parfaitement les rouages administrative et les combines bien huilée qui leurs permettent, sous couvert, " d intermédiaire bienfaisant volontaire, parlant bien anglais, français, espagnole, de s' en mettre plein les poches. Certain se sont fait construire de belles villa grâce au business de matériel des handicapé venant d Europe et d aileurs dont les visitable destinataire n'en voient jamais la couleur et grâce aux virement bancaire qu ils reçoivent aux noms de ces handicapés.
Je demande à tous les gens honnête qui connaissent un de ces gens, de les dénoncer car ce sont de gros profiteurs mafieux sans pitiés qui s'enrichissent sur le dos d'enfants handicapés au Maroc.
Je salut bien sure, le courage et le dévouement de toutes les autres associations d' handicapés au Maroc qui œuvrent de façon honnête, sincère, et désintéressée pour les handicapé pauvres, donc doublement handicapés,au Maroc .
Dernière modification le 01/11/2013 20:46
Facebook